Voici comment la Corée du Sud a vaincu le coronavirus

Début février, le pays avait tout pour être l’épicentre de l’épidémie. Trois mois plus tard, il n’en a rien été. Il faut dire que le pays a très vite pris les mesures nécessaires, le tout sans confinement drastique

Début février, le pays avait tout pour être l’épicentre de l’épidémie. Trois mois plus tard, il n’en a rien été. Il faut dire que le pays a très vite pris les mesures nécessaires, le tout sans confinement drastique

Comme en France, c’est un rassemblement religieux qui a grandement contribué à l’introduction du Covid-19 en Corée du Sud. Au pays du matin calme, les premiers cas sont apparus fin janvier après une réunion de l’église évangélique Shincheonji, que certains observateurs qualifient de secte. Pendant quelques jours, la presse internationale s’est inquiétée du cas coréen, nouvel épicentre de la pandémie. Pourtant, début mai, les chiffres sont catégoriques. Le pays asiatique, peuplé de 51 millions d’habitants, déplore 255 décès pour 11 000 cas (dont la moitié sont des membres de Shincheonji). Les autorités locales sont donc parvenues à faire ce que peu de pays ont fait : limiter l’épidémie à un cluster principal et à quelques autres plus secondaires.

Un pays bien préparé

Pour cela, le gouvernement du président Moon Jae- in a pu, comme de nombreux pays asiatiques compter sur un plan anti-pandémie conçu à la suite de la crise du Sras. Concrètement, le gouvernement a décrété un confinement bien plus léger qu’ailleurs, mais a obligé les habitants à porter des masques, qui sont présents en abondance dans le pays. Ils font d’ailleurs partie de la culture nationale puisque de nombreux Coréens sont déjà habitués à en porter, qu’il s’agisse de protéger les autres d’une grippe bénigne ou de préserver ses poumons lors de pics de pollution.

Pour limiter les pénuries, un système de distribution a été mis en place : chaque Coréen, selon un calendrier établi en fonction de l’année de naissance, achète une fois toutes les deux semaines le stock de masques dont il a besoin. À l’instar de l’Allemagne, les autorités de Séoul ont pu tester une grande partie de la population en se reposant sur le géant pharmaceutique local SD Biosensor qui, dès la fin du mois de janvier, a été capable de produire 350 000 tests par semaine. Le pays est allé encore plus loin que les autres en généralisant les tests dans des "drive-in" ou en menant des tests de groupe. Israël, à plus petite échelle, a agi de manière similaire. La stratégie a permis très rapidement d’isoler les principaux foyers et de limiter la contagion. Le système hospitalier, qui compte 12  places en réanimation pour 100 000 habitants n’a donc jamais été pris au dépourvu.

Les opérateurs mobiles et les émetteurs de cartes bleues ont participé à l'élaboration du système de tracking

Collaboration public-privé

Pays high tech par nature, la Corée du Sud a également mis en place un système de tracking sophistiqué. À l’inverse de Taïwan ou d’Israël, celui-ci a été déployé grâce à un partenariat entre l’administration et le secteur privé. En plus d’une appli classique, le gouvernement a agrégé les données fournies par trois opérateurs mobiles et vingt-deux émetteurs de cartes bleues. Ce qui permet de retracer le parcours complet d’un individu en dix minutes. Les nouveaux arrivants, pour leur part, peuvent entrer sur le territoire coréen après une prise de température, une quatorzaine et l’instauration d’un bracelet électronique, lui aussi relié au système de surveillance nationale. Si un malade est dans la rue, la police intervient dans un délai de vingt minutes.

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Gagner la guerre sanitaire : cas pratiques, armes et boucliers

La guerre sanitaire contre le Covid-19 se joue sur de très nombreux terrains. Déclarations politiques, plans d'action, stratégies de déconfinement, cas pratiques pays, mais aussi armes sanitaires pour remporter la bataille contre le virus, telles que les masques, respirateurs et vaccins, Décideurs fait le point sur cette pandémie inédite en ampleur.
Sommaire La bataille du vaccin est lancée A.Calvo (NG Biotech) : "Nous pourrons produire un million de tests par mois en juillet" Essais cliniques. Où en est la recherche ? Tracer les cas contacts : l'apport "indispensable" des applications numériques de tracing Contrôles de température : indispensable plan B contre les clusters de Covid-19 Demain, ouvrez une porte avec le pied ! L'immunité, clé d'une guerre d'usure contre le Covid-19 Coronavirus au Brésil, le fiasco Bolsonaro Isolement des malades, le casse-tête français Stop Covid, double feu vert !
Sondage. Éric Zemmour : qui sont ses électeurs ?

Sondage. Éric Zemmour : qui sont ses électeurs ?

Les électeurs potentiels d’Éric Zemmour viennent de milieux sociaux divers, contrairement à certaines idées reçues. Mais sur le plan des idées, ils so...

Édouard Philippe, 2027 pour horizons

Édouard Philippe, 2027 pour horizons

Non, avec la création de son propre mouvement politique, l’ancien premier ministre ne compte pas trahir Emmanuel Macron à qui il doit beaucoup. Son ob...

Stéphane Le Foll, le poil à gratter du PS

Stéphane Le Foll, le poil à gratter du PS

Lors de la primaire du PS, qui s’est volontairement déroulée en catimini, l’ancien ministre de François Hollande a réalisé un score plus qu’honorable...

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Le plafond de verre ? Anne Méaux l’a crevé dès l’âge de 20 ans à une époque où les femmes influentes se comptaient pratiquement sur les doigts d’une m...

Enquête. Syndicats : où sont les femmes ?

Enquête. Syndicats : où sont les femmes ?

Les entreprises déploient de nombreux dispositifs afin de réduire les inégalités hommes-femmes. Pourtant, certains secteurs restent hermétiques à cett...

Comment les dirigeants politiques nous manipulent… avec des animaux !

Comment les dirigeants politiques nous manipulent… avec des animaux !

Quel est le point commun entre Emmanuel Macron, Kim Jong-un, Vladimir Poutine ou Joe Biden ? Tous utilisent une puissante technique de manipulation de...

LGBT, un vote convoité

LGBT, un vote convoité

Une gauche qui reste dominante mais déclinante, une droite classique à la peine. Et une extrême droite en pleine ascension qui surfe sur les agression...

30 milliards d’euros pour la France de 2030

30 milliards d’euros pour la France de 2030

Mardi 12 octobre, Emmanuel Macron présentait un programme de dix objectifs pour garantir à la France une croissance pérenne et gagner en souveraineté....

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte