Tracking, le vote aura bien lieu

La question du tracking sera finalement suivie d’un vote des députés. Un changement de stratégie de la part de l’exécutif qui a finalement revu sa copie pour limiter une fronde potentielle d’une partie de sa majorité.

La question du tracking sera finalement suivie d’un vote des députés. Un changement de stratégie de la part de l’exécutif qui a finalement revu sa copie pour limiter une fronde potentielle d’une partie de sa majorité.

Les connaisseurs de la mécanique parlementaire le savent bien : la conférence des présidents est stratégique. Elle rassemble chaque semaine les présidents des groupes de l’Assemblée nationale, son président Richard Ferrand et le ministre des relations avec le Parlement Marc Fesneau. L’objectif est le suivant : préparer l’ordre du jour et les questions qui seront votées.

Et surprise, la question du tracking sera bien suivie d’un vote. Pour mener à bien le déconfinement, la France compte déployer un système de tracking comme cela se fait dans d’autres démocraties telles que l’Allemagne, Taiwan et Israël. Mais des questions éthiques et sociétales demeurent. Pour y répondre, Emmanuel Macron avait promis dans son allocution du 13 avril, que le Parlement serait amené à "débattre".

Mais très vite, l’exécutif a opté pour un débat sans vote. Pour deux raisons principales : avancer rapidement et éviter de fracturer la majorité aux yeux de tous. Car sur la question des applis telles que StopCovid, les macronistes ne sont pas sur la même longueur d’onde, loin de là. Parmi les partisans du « débat sans vote », trois poids lourds de la Macronie : le secrétaire général de LREM Stanislas Guérini, le secrétaire d’État au numérique Cédric O et le président du groupe LREM Gilles Le Gendre qui, hier, sur LCI,  déclarait encore qu’un vote "n’apporterait rien de plus".

Un positionnement vivement critiqué par l’opposition, mais aussi par plusieurs députés LREM réputés loyalistes. Parmi eux, citons les députés Pierre Person ou Guillaume Chiche. Mais aussi des députés qui ont quitté le groupe Marcheur tels que Paula Forteza spécialisée dans les questions liées au numérique, Valérie Petit ou Matthieu Orphelin. Ils ont notamment cosigné, avec 45 autres députés, une proposition de résolution "invitant le gouvernement a interroger le Parlement par un débat suivi d’un vote lors du recours à une application technologique présentant des risques éthiques et sociétaux". Pour le gouvernement, l’équation était simple : ne pas écouter le Parlement et risquer une fronde potentielle. Ou laisser s’exprimer le débat. La seconde option est clairement la meilleure.

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Coopération entre l’AMF et l’AFA

Coopération entre l’AMF et l’AFA

L’objectif poursuivi par l’Agence française anticorruption (AFA) est de bénéficier du concours de l’Autorité des marchés financiers (AMF) lors de sa r...

Cédric O : "Si elles veulent survivre, les entreprises doivent accélérer sur leur transition numérique"

Cédric O : "Si elles veulent survivre, les entreprises doivent accélérer sur leur transition numériq...

Dans une interview accordée à Décideurs, le secrétaire d’État au numérique, Cédric O, évoque les grands enseignements de la crise sur la digitalisatio...

Marlène Schiappa : "Il est indispensable de déployer une offre de présence républicaine"

Marlène Schiappa : "Il est indispensable de déployer une offre de présence républicaine"

Dans un entretien exclusif accordé à Décideurs, la ministre déléguée à la Citoyenneté revient sur le médiatique projet de loi contre le séparatisme. S...

L’accord d'Abraham est avant tout un front anti-Iran

L’accord d'Abraham est avant tout un front anti-Iran

Le traité entre Israël, les Émirats arabes unis et le Bahreïn est prometteur sur le plan économique et géopolitique, mais il ne fait pas que des gagna...

Christophe Castaner, les dessous d’une campagne victorieuse

Christophe Castaner, les dessous d’une campagne victorieuse

La traversée du désert aura été de courte durée pour l’ancien ministre de l’Intérieur qui succède à Gilles Le Gendre à la tête du groupe LREM à l’Asse...

LFI, EELV : la tentation communautariste

LFI, EELV : la tentation communautariste

Influencés par la nouvelle gauche américaine et par certaines associations, une partie des Verts et des Insoumis tendent de plus en plus à abandonner...

Alain Griset : "Chaque entreprise peut participer à la transition écologique à son échelle"

Alain Griset : "Chaque entreprise peut participer à la transition écologique à son échelle"

Maintenant que le plan de relance français est annoncé, le gouvernement doit le mettre en œuvre et continuer à suivre de près la situation. Dans un en...

Coronavirus. Ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex

Coronavirus. Ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex

A l'issue d'une réunion avec le conseil scientifique, le premier ministre a fait le point sur l'évolution de l'épidémie. Malgré la hausse de cas, la s...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message