Steve Ballmer, le milliardaire qui aime le show

Personnage atypique et haut en couleur, Steve Ballmer fait carrière et fortune à la tête de Microsoft de 2000 à 2014. Sixième
milliardaire mondial du top 400 de Forbes, il est notamment connu sur Internet pour ses nombreux accès de folie sur scène.

Personnage atypique et haut en couleur, Steve Ballmer fait carrière et fortune à la tête de Microsoft de 2000 à 2014. Sixième milliardaire mondial du top 400 de Forbes, il est notamment connu sur Internet pour ses nombreux accès de folie sur scène.

Si le nom de Steve Ballmer ne vous évoque rien, il est pourtant bien connu outre-Atlantique. Né à Détroit en 1956, d’un père suisse et d’une mère soviétique, le jeune homme se fait rapidement remarquer par son goût prononcé pour les mathématiques. Entré à Harvard, il fait la rencontre de sa vie: Bill Gates. Il commence un MBA à Stanford avant de céder aux demandes de son ami et de finalement abandonner ses études pour entrer chez Microsoft en 1980.

Alter ego de Bill Gates

Steve Ballmer accède au poste de président de l’entreprise en 1998. S’il en a d’abord le titre, l’homme d’affaires n’en a pas toutes les prérogatives, ce qui abîme sa relation avec Bill Gates. Après plusieurs querelles médiatisées entre les deux hommes, Steve Ballmer devient directeur général en 2000. Et c’est sous son impulsion que Microsoft décolle ! L’éditeur de logiciel parvient notamment à s’imposer dans le monde de l’entreprise grâce à des outils comme Sharepoint, Dynamics CRM ou encore Windows Server. Ce parti pris permet à Microsoft de doubler ses profits et de tripler son chiffre d’affaires, mais également de passer de 40 000 employés en 2000 à près de 130 000 en 2014, lors du départ à la retraite de son CEO. Si Microsoft devient le premier éditeur de logiciel mondial grâce à Steve Ballmer, il essuie également quelques échecs. Après s’être démené plusieurs années pour s’aligner avec Apple et Google sur le plan de la téléphonie mobile, le géant s’incline.

Il est fait chevalier de la Légion d'honneur en 2011

À la sixième place de l’édition 2020 des 400 plus grands milliardaires de Forbes, la fortune de Steve Ballmer s’élève à 73 milliards de dollars en octobre 2020. Un chiffre qui ne cesse d’augmenter, car l’homme d’affaires multiplie les investissements dans divers domaines, notamment dans le sport.

Le sens du spectacle

Extravagant, bouillonnant, Steve Ballmer correspond parfaitement au cliché que se font les Européens de l’homme d’affaires américain. Sa personnalité haute en couleur, en décalage avec ses fonctions l’a rendu très populaire aux États-Unis. Sur Internet, des dizaines de vidéos du businessman sont devenues virales et certaines sont même parodiées par les internautes. Fausses publicités hilarantes vantant les mérites de Microsoft, ou encore conférences de présentation de nouveaux produits où le PDG apparaît en transe, transpirant, hurlant et courant d’un bout à l’autre de la scène : nul doute que Steve Ballmer a le sens du spectacle !

En 2014, le milliardaire met 2 milliards d’euros sur la table pour acquérir l’équipe de basket des Los Angeles Clippers

Et le show continue. En 2014, le milliardaire met 2 milliards d’euros sur la table pour acquérir l’équipe de basket des Los Angeles Clippers. Toujours en 2014, Steve Ballmer met son humour ainsi que ses talents au service d’Arnold Schwarzenegger et se lance comme son conseiller personnel dans l’émission de télévision The Celebrity Apprentice.

Outre son goût pour le show, Steve Ballmer profite de son temps libre pour s’engager dans de nouvelles causes. Il donne plus de 2 milliards de dollars à un fonds d’investissement destiné à sortir les Américains de la pauvreté. En 2018, l’ancien dirigeant de Microsoft investit 59 millions de dollars dans "social solutions", pour la fabrication de logiciels à destination des organismes sans but lucratif et des agences gouvernementales.

Laura Breut

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Fortunes 100 : les chemins de la réussite

Sommaire Vagit Alekperov : le patriarche russe de l'or noir Vladimir Lissine, qui est l'homme le plus riche de Russie ? Larry Page, programmé dès l'enfance Warren Buffett : l'alchimiste Julia Koch : l'héritière Mukesh Ambani, le maharadjah Eduardo Saverin, le phénix Anne et Henri Beaufour, actionnaires discrets mais de long terme Éric Guerlain, comme un parfum de réussite
Patrick Blethon (Saur) : "En France, on ne connaît pas le prix de l’eau"

Patrick Blethon (Saur) : "En France, on ne connaît pas le prix de l’eau"

Président de Saur depuis un an et demi, Patrick Blethon déroule son plan stratégique. Au menu : s’internationaliser, se rapprocher de ses clients et s...

Red River West ouvre les portes de l’Eldorado aux start-up françaises

Red River West ouvre les portes de l’Eldorado aux start-up françaises

Le fonds de capital-risque indépendant, sponsorisé par la holding de François Pinault Artémis, mise sur les entreprises françaises et européennes qui...

La renaissance de la foodtech

La renaissance de la foodtech

L’année 2020 aura été une année record pour l’écosystème des foodtech européennes. Celles-ci atteignent un niveau de deals de 2,7 milliards d’euros....

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Contrairement à ce que le premier confinement du printemps 2020 laissait présager, la crise du Covid a été une fois de plus un révélateur de la formid...

Vincent Rouaix, le conquistador

Vincent Rouaix, le conquistador

Le PDG d’Inetum, entreprise spécialisée dans les services informatiques, a mené 38 acquisitions depuis son arrivée en 2009. À la tête d’un groupe qui...

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

Alors que le débat autour de la levée des brevets sur les vaccins s’intensifie et que Joe Biden comme Emmanuel Macron y seraient favorables, Aurore Si...

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

Avocat aux barreaux de Paris, Barcelone, Madrid et New York, Emeric Lepoutre travaillait chez Gide lorsqu’il a été approché par l’un de ses clients po...

S. Golshani (White & Case) : "Nous sommes intervenus sur les deux premiers Spac français"

S. Golshani (White & Case) : "Nous sommes intervenus sur les deux premiers Spac français"

Le bureau parisien de White & Case a développé au cours de ces dernières années une expertise de pointe sur les opérations complexes. Du LBO large...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte