S.Imbert (Microsoft) : "Nous voulons devenir le leader de l’intelligence distribuée "

Sébastien Imbert, nommé Chief Marketing Manager (CMO) de Microsoft en juillet 2018, connaît la maison depuis presque vingt ans. Il nous délivre sa vision de l’accélération de la transformation digitale en France et revient sur le sujet, épineux mais essentiel, de la fidélisation des clients.

Sébastien Imbert, nommé Chief Marketing Manager (CMO) de Microsoft en juillet 2018, connaît la maison depuis presque vingt ans. Il nous délivre sa vision de l’accélération de la transformation digitale en France et revient sur le sujet, épineux mais essentiel, de la fidélisation des clients.

Décideurs. Quelle vision portez-vous sur l’accélération de la transformation numérique des entreprises ?

Sébastien Imbert. Nous observons des tendances fortes comme l’accélération des innovations, aussi bien pour la conception de nos produits que sur le marché de manière générale. L’évolution des comportements d’achat et le développement des innovations ont entraîné une destruction des business model classiques. Le changement est principalement dû à l’arrivée de nouveaux entrants sur le secteur qui ont totalement bouleversé des pans entiers d’activités à l’image de Uber et de Airbnb.

Pour Microsoft comment cela se matérialise-t-il ?

Chez Microsoft, les sujets liés à l’innovation sont centraux et nous ont poussés à nous transformer. L’émergence du tout numérique a changé notre positionnement. Au départ, nous étions connus pour deux produits non cloud : Windows et Office. L’arrivée de notre nouveau CEO [Satya Nadella, Nldr] a fait souffler un vent nouveau et nous a permis de déterminer un nouveau positionnement pour Microsoft : Permettre à chaque personne, à chaque organisation sur la planète de pouvoir réaliser ses ambitions.

Nous sommes passés d’un environnement de vente de licences à celui de l’usage de services Cloud. Nous sommes devenus une Cloud company, c’est-à-dire que désormais nous vendons un ensemble de programmes, d’Api et d’algorithmes dans des datacenters. Pour ce faire, Microsoft a dû effectuer des investissements conséquents sur les datacenters dans le monde entier afin de répondre aux enjeux du cloud. Notre objectif est de proposer des datacenters et des solutions cloud innovantes qui respectent l’ensemble des régulations en vigueur dans tous les pays. À ce titre, nous sommes les premiers en France à avoir obtenu en novembre dernier, une certification d’hébergeur de données de santé dit HDS.

Quel est votre prochain objectif ?

Devenir le leader de l’intelligence distribuée « l’Intelligent Edge » - est au centre de nos préoccupations. Cette technologie, alliée au cloud, va permettre de connecter tout type d’objet et de les faire communiquer entre eux. Avec la montée en puissance de l’intelligence artificielle, nous allons avoir la possibilité de créer de nouveaux scénarios de maintenance prédictive, par exemple dans les domaines de la santé ou de l’industrie

Auriez-vous un exemple ?

Dans les toutes premières approches en Intelligent Edge nous avons utilisé cette technologie pour une ferme en Australie qui rencontrait des problèmes de gestion de ses troupeaux de vaches. Un partenariat avec Fujitsu Siemens et Azure a été conclu afin d’équiper chaque animal de bracelet connecté. La principale avancée réside dans la possibilité d’analyser la température corporelle des génisses afin de déterminer le moment propice à la réalisation d’une insémination artificielle. L’intelligence distribuée, via la connexion de service cloud intelligent, nous a permis d’augmenter le taux de fécondation de plus de 30% et d’orienter consciemment le sexe de l’animal en fonction du moment de l’insémination.

Quels sont les principaux enjeux technologiques majeurs pour Microsoft ?

Ils sont nombreux pour Microsoft, cependant nous en retenons quatre qui sont d’importants facteurs de disruption. Le premier est de devenir un leader reconnu et incontesté dans le domaine de la réalité mixte.  À ce titre, L’AP-HP [assistance publique des hôpitaux de Paris, ndlr] a réalisé sa première opération chirurgicale en réalité mixte avec notre casque Microsoft HoloLens. Cette technologie a permis de voir en trois dimensions ce qui devait être opéré et d’améliorer les conditions sanitaires au sein du bloc opératoire. Grâce à ce système, on peut également obtenir une démultiplication des conseils afin de réunir simultanément plusieurs spécialistes localisés dans des pays différents.

Le deuxième défi concerne l’intelligence artificielle et tout ce qui est en lien avec la confiance numérique et la sécurité. Nous nous positionnons également sur les sujets en rapport avec la blockchain. Tous les systèmes de paiement et de contrat seront, à termes, liés aux protocoles de blockchain. Le quantum computing se développe de manière liminaire mais certaine et fait partie de notre stratégie de développement. C’est une nouvelle manière de faire de l’informatique et de traiter les données. Au niveau ingénierie chez Microsoft, il s’agit d’un enjeu majeur dans la course à la compétitivité puisque la capacité de traiter des données de masse est une nécessité que cette technologie permet d’obtenir.

Quelle place occupe aujourd’hui la data dans votre proposition de service ?

Disposer des solutions pour gérer tout le flow de données structurées ou non structurées est devenu primordial. Pour y répondre, nous avons développé toute une gamme de services Cloud disponibles via Microsoft Azure, permettant de stocker, de traiter et d’analyser les données.

En lien avec Microsoft 365nous avons développé un Microsoft graph qui permet d’identifier les habitudes de chaque personne et de déterminer le type d’informations susceptibles de les intéresser. Pour aller plus loin, avec l’application my analytics, nous pouvons proposer de déterminer, de manière individualisée, le temps consacré au travail et celui consacré à la collaboration afin d’établir des suggestions d’amélioration du niveau de productivité au quotidien.

"Le quantum computing est un enjeu majeur dans la course à la compétitivité."

Aujourd’hui, le secteur de la tech est ultra concurrentiel. Comment fidéliser efficacement et durablement une clientèle toujours plus exigeante et volatile ?

Les comportements d’achats sont en perpétuel changement et les clients sont en effet devenus très volatiles. La question centrale est de savoir comment les garder dans son écosystème de manière positive. La capacité des entreprises et des marques à pouvoir répondre aux enjeux sociétaux, notamment dans le domaine de l’éducation, de l’énergie, de la diversité, de l’inclusion devient essentielle à la concrétisation de cet objectif. Le tout doit, évidemment, être incarné par les valeurs de l’entreprise, relayé par ses dirigeants et les salariés.  Par exemple nous avons ouvert en partenariat avec Simplon une première école de l’IA en mars 2018             envers les publics demandeurs d’emplois en reconversion, des personnes issues de formations alternatives en développement web ou des personnes éloignées de l’emploi. Aujourd’hui 10 écoles existent et nous visons de doubler ce nombre dans les tous prochains fort des résultats en matière de retour à l’emploi des premières promotions.

Par ailleurs d’un point de vue engagement et relation client nous avons engagé depuis 2014 une transformation totale de notre marketing et plateformes « tech » associés. Nous utilisons désormais des solutions best of bridge présentes sur le marché telles qu’Adobe et Marketo pour la segmentation, la compréhension, et la relation avec nos clients, ou Sprinklr pour la gestion des réseaux sociaux

Quel est le projet le plus innovant mené en 2018 ?

Sans doute notre nouvel indicateur de performance du marketing, le Marketing engagement index que nous avons activé en juillet 2018. Une grande évolution est en marche car cet index permet de passer du monde du marketing traditionnel mesurant la dernière action dite du last clic, à une multi-attribution en lien direct avec le monde multicanal dans laquelle nous évoluons. Cet index permet notamment de mesurer l’engagement marketing que l’on a avec l’ensemble de nos comptes stratégiques que ce soit via les réseaux sociaux, les événements, les webinars, ou par exemple les newsletters. Mesurer la proximité que nous avons avec les différentes grandes marques clientes de Microsoft, voilà toute l’avancée de ce nouvel outil. L’analyse de ces précieuses données nous servira à affiner chacune de nos relations afin de créer un cercle vertueux d’engagement et d’usage autour de nos solutions cloud.

Quelle est votre devise ?

« The more you share, the more you grow »! Nous vivons actuellement un changement de paradigme. Jusque-là, détenir l’information était synonyme de pouvoir, aujourd’hui, c’est de la partager et de la diffuser qui fait grandir. L’important dans ce nouveau contexte économique et dans cette nouvelle ère des technologies, c’est d’apprendre aux autres, tout en continuant d’apprendre d’eux.

Alexandre Lauret

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Les télécoms, entre mutations et opportunités : panorama d’un secteur propice au M&A

Les télécoms, entre mutations et opportunités : panorama d’un secteur propice au M&A

TABLE-RONDE. Le marché des télécoms oscille entre mega-deals et mouvements stratégiques. L’émergence annoncée de la 5G, la convergence des réseaux, l’...

Dawn raid en entreprise : Bird & Bird sort un outil ludique

Dawn raid en entreprise : Bird & Bird sort un outil ludique

Bird & Bird lance la version française de son application Dawn Raid Game destiné à simuler les enquêtes d’autorités de concurrence au sein des ent...

J-L. Chetrit (Union des Marques) : "Une marque doit avoir trois bénéfices : fonctionnel, émotionnel et sociétal"

J-L. Chetrit (Union des Marques) : "Une marque doit avoir trois bénéfices : fonctionnel, émotionnel...

Dix ans après sa première initiative, l’Union des Marques a lancé en 2018 le « programme FAIRe, 15 engagements pour une communication responsable ». S...

"Tech sans affect n’est que mort de l’humanité"

"Tech sans affect n’est que mort de l’humanité"

Soixante ans de carrière dans le marketing. À faire des marques, petites d’abord, puis internationales. À coups de slogans cultes et de campagnes grav...

Pour tout savoir sur la récupération des données en entreprise

Pour tout savoir sur la récupération des données en entreprise

Savoir que l’on peut retrouver et réutiliser les données, même celles qui ont été effacées, constitue une véritable garantie de paix d’esprit pour une...

T. Bulabois (FDJ) : "Le risk manager se doit d’être éclairant sans bloquer l’activité"

T. Bulabois (FDJ) : "Le risk manager se doit d’être éclairant sans bloquer l’activité"

Au cœur de l’actualité avec la possible privatisation de la Française des jeux (FDJ), Thibault Bulabois, ingénieur de formation et dans le Groupe FDJ...

Tim Cook, le consolidateur

Tim Cook, le consolidateur

Plus orienté que jamais vers les services, l’Apple de Tim Cook est entré en phase de consolidation, alors que les ventes de smartphones atteignent un...

G. Gibault (Le Slip français) : "Le made in France, un engagement sociétal"

G. Gibault (Le Slip français) : "Le made in France, un engagement sociétal"

Entrepreneur invité à la première édition de l’université d’été de l’économie de demain (UEED), Guillaume Gibault dresse le bilan du made in France. U...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message