Comment devenir milliardaire...

Les riches deviennent de plus en plus riches, c'est un fait. Quelle est la "recette du succès" des milliardaires ? Faut-il nécessairement être héritier ? La Bourse est-elle l'alpha et l'omega de l'opulence ? Réponse dans notre dossier spécial.

Les riches deviennent de plus en plus riches, c'est un fait. Quelle est la "recette du succès" des milliardaires ? Faut-il nécessairement être héritier ? La Bourse est-elle l'alpha et l'omega de l'opulence ? Réponse dans notre dossier spécial.

Sans grande surprise, Jeff Bezos est actuellement, et pour la quatrième année consécutive, l’homme le plus riche du monde, avec un pactole estimé à environ 200 milliards de dollars. La facilité et le confort de faire ses emplettes en un clic de chez soi doivent y être pour quelque chose. Cocorico, notre Bernard Arnault national est lui en embuscade, devant Elon Musk qui, lorsqu’il ne manipule pas le cours du Bitcoin sur Twitter, fait croître ses ventes de véhicules électriques de plus de 50 % en 2021. Ces trois protagonistes jouent aux chaises musicales sur le podium des milliardaires au gré des fluctuations boursières d’Amazon, LVMH et Tesla. La Bourse qui semble être un ingrédient, si ce n’est indispensable, du moins fortement dopant afin d’accéder au classement Fortunes 100 élaboré par Décideurs Magazine. Les entrepreneurs Tech bien connus ont vu leur société s’apprécier en Bourse, les humains ayant dû, bon gré mal gré, utiliser depuis deux ans et de façon quasi systématique les nouvelles technologies. Mais les vraies innovations proviennent essentiellement de la biologie  médicale et ont hissé leurs possesseurs au firmament de l’opulence financière. Ces sauveurs sanitaires, tels que Stéphane Bancel (Moderna), les frères Strüngmann  (BioNTech), les frères Martin (Eurofins Scientific) ou encore le chinois Zhong Shanshan (Beijing  Wantai Biological Pharmacy) ont su apporter des solutions de dépistage ou des réponses vaccinales au fameux virus – nous ne le nommerons pas, pour une fois.

Si l’émergence de visages jusqu’ici peu connus est un fait, l’épisode viral sus-non cité n’a en réalité fait que renforcer les fortunes déjà bien établies. La Tech ne date pas d’hier. Le luxe, la grande distribution et l’industrie lourde non plus. Il semblerait que des forces structurelles propulsent les tauliers à des niveaux supérieurs année après année. Est-ce le fruit d’une bonne gestion ? Ou la préservation d’une formule qui, par le jeu de l’accroissement démographique, procure une rente exponentielle ? Les considérations pécuniaires – à dix chiffres au moins – ne constituent pas la préoccupation première de tous, mais la curiosité peut quant à elle amener à se demander comment des personnes, pour beaucoup munies des mêmes outils à disposition que nous autres mortels, ont réussi à forcer le destin en leur faveur. Outre la ténacité, nécessaire mais insuffisante, la passion, des stratégies innovantes et l’art de bien s’entourer constituent assurément la rampe de lancement de la réussite.

En 2010, la fortune de l'homme le plus riche du monde était de 40 milliards de dollars. Désormais, Jeff Bezos pèse environ 200 milliards !

En 2010, l’homme le plus riche de la planète était Bill Gates, avec 40 milliards de dollars. Cinq ans après, le même homme pesait le double. Aujourd’hui, c’est Jeff Bezos, et ses quelque 200 milliards de dollars – en août 2021 – qui prend les rênes du classement mondial. Une hausse de 150 % par rapport à 2015. Tout le classement est ainsi aspiré vers le haut, et les places deviennent chères. Pour accéder aux 20 plus grandes fortunes mondiales, vous devrez posséder la coquette somme de 54 milliards d’euros.

Portrait-robot du multimilliardaire

Et pour vous y aider, il serait préférable que vous soyez un homme blanc, américain et fondateur dans la Tech au sens large : Internet, logiciels, réseaux sociaux… Cela constituerait un bon point de départ pour vous. Une alternative plus accessible cependant serait d’œuvrer dans le luxe en France et d’avoir développé au fil du temps, et grâce à vos ancêtres, un empire de marques. LVMH, Hermès, L’Oréal, Chanel… Crise ou pas, ce sont ces noms qui attirent les flux financiers et qui font la fortune de leurs propriétaires. À défaut, mais vraiment si vous n’avez pas d’autres possibilités, nous vous conseillons de maintenir un monopole industriel dans un pays émergent.

La vie c’est la bourse

Peut-on devenir multimilliardaire sans la cotation en Bourse de son entreprise ? Théoriquement, oui. Dans la pratique, le panier des 20 milliardaires les plus riches se compose majoritairement de fondateurs dont les sociétés ont été introduites en Bourse il y a bien longtemps. Exception notable, la maison Chanel. Les frères Wertheimer se contentent de la modique somme de 71 milliards d’euros, sans velléité boursière. Tout n’est pas rose en Bourse, loin de là, mais le temps et l’effet boule de neige jouent en faveur des actionnaires de long terme. Si des fortunes se créent "du jour au lendemain", il faut en général plusieurs années, voire quelques décennies, pour profiter pleinement de l’accumulation et du réinvestissement de richesse. Warren Buffett pourra le confirmer. Elon Musk n’est pas non plus devenu milliardaire en un clignement d’œil, même s’il est vrai que l’envolée de Tesla en Bourse a fortement accéléré son ascension vers le sommet.

Le poids de la famille

Autre point non négligeable : la famiglia ! Les héritiers, pour peu qu’ils mettent la main à la pâte, bâtissent des empires sur le socle des patrimoines transmis de génération en génération. Ferrero, Hermès, Dassault, Peugeot, Rothschild… Des noms qui résonnent, si ce n’est depuis la nuit des temps, de longue date. Aux États-Unis, les héritiers de Sam Walton, fondateur de Walmart, ainsi que leurs familles respectives, totalisent près de 250 milliards de dollars. La famille Walmart détrône donc Jeff Bezos haut la main. Plus que d’acheter le dernier Musso en ligne, nous avons besoin de manger et d’aller renifler le melon sur place, il est vrai. Le patron d’Amazon l’a d’ailleurs bien compris, en rachetant Whole Foods et ses 470 magasins bio en 2017.

La France ça sent bon

Comme dirait Süskind : "L’intention des parfums est de produire un effet enivrant et séduisant." Dans cette perspective, le monde est saoûl des marques françaises de fragrances et autres accoutrements. Les quatre Frenchies parmi les 20 plus grandes fortunes proviennent tous du monde du luxe et des cosmétiques : LVMH, Hermès, L’Oréal et Chanel. En fin de compte, se parer convenablement semble tout aussi important que de lire Musso ou d’acheter un melon.

Marc Munier

Méthodologie

Pour ce classement, cinq critères ont été retenus :

1 Montant et croissance de la fortune sur un an

2 Origine de la fortune : familiale ou entrepreneuriale

3 Degré de responsabilité de la personne dans l’entreprise

4 Sur une base d’informations consultables publiquement

5 Segmentation géographique : France (50), Europe (20), Amérique latine (10), reste du monde (20)  Les données financières sont en date du 12/08/2021, elles sont susceptibles de varier quotidiennement.  Un travail de fond a été effectué sur base des classements des magazines Challenges, Forbes et Bilan.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Dossier Fortunes 100. Découvrez les personnes les plus riches du monde

Les milliardaires deviennent de plus en plus riches, c'est un fait. Quelle est la recette de leur succès ? Faut-il nécessairement être héritier ? La Bourse est-elle l'alpha et l'omega de l'opulence ? Réponse dans notre dossier spécial.
Sommaire Charlène de Carvalho Heineken, l’héritage liquide Fortune 100 - Classement des 20 personnes les plus riches dans le monde (hors Europe et Amérique latine) Michael Bloomberg, le milliardaire vert Phil Knight, l’homme aux semelles de vent Zhong Shanshan, l’empereur de l’eau minérale Larry Ellison, le self made man de la Silicon Valley Gautam Adani, le Rockfeller indien Fortune 100 - Classement des 10 personnes les plus riches d'Amérique du Sud Jorge Moll Filho : l’hôpital mais pas la charité Germàn Larrea Mota-Velasco, Une affaire en cuivre
Deals de l'année : les opérations qui ont marqué 2021

Deals de l'année : les opérations qui ont marqué 2021

Qu'elles prennent la forme de rachats, de fusions, d'IPO ou de levées de fonds, les opérations sélectionnées dans ce dossier racontent une période de...

Altarea Primonial : le nouvel ensemble immobilier

Altarea Primonial : le nouvel ensemble immobilier

Juin 2021, coup de tonnerre, le géant Altarea annonce l’entrée en négociations exclusives avec les actionnaires de l’ogre Primonial. L’ambition est cl...

B. Vibert (Technip Energies) : "Un carve-out est techniquement plus complexe qu’une fusion"

B. Vibert (Technip Energies) : "Un carve-out est techniquement plus complexe qu’une fusion"

Trois ans après la fusion franco-américaine, le groupe de services parapétroliers TechnipFMC s’est scindé en début d’année 2021 pour donner naissance...

HY24, la joint-venture du futur

HY24, la joint-venture du futur

TotalEnergies, Vinci et Air Liquide ont annoncé début octobre la création d’un fonds présenté comme le plus important du monde consacré au développeme...

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cet été, le fonds new-yorkais KKR prenait une participation dans l’éditeur de logiciels lyonnais, sur la base d’une valorisation de 5,5 milliards d’eu...

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Le marché des fusions-acquisitions n’a jamais été aussi florissant que depuis le deuxième semestre 2020. Même si ce dynamisme peut paraître incongru d...

M. de Bazelaire (HSBC) : "La réallocation du capital vers une économie régénérative est primordiale"

M. de Bazelaire (HSBC) : "La réallocation du capital vers une économie régénérative est primordiale"

Alors que plus de la moitié de l’économie mondiale dépend directement de la nature, l’Europe et la France font figure de bons élèves en matière de pri...

Supernova Invest lance son fonds de deeptech late-stage de 145 millions d’euros

Supernova Invest lance son fonds de deeptech late-stage de 145 millions d’euros

Le fonds d’investissement Supernova Invest, spécialisé dans le secteur des entreprises en forte rupture technologique (deeptech), vient d’annoncer le...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte