H. Manoukian (Moovone), "Le dialogue humanise le monde du travail"

Moovone, la startup familiale et pionnière du coaching digital, vient de souffler ses cinq bougies. L’occasion d’évoquer avec l’un de ses cofondateurs, Hugo Manoukian, les transformations en cours et à venir.

Moovone, la startup familiale et pionnière du coaching digital, vient de souffler ses cinq bougies. L’occasion d’évoquer avec l’un de ses cofondateurs, Hugo Manoukian, les transformations en cours et à venir.

Décideurs. Comment expliquez-vous l’essor actuel des solutions de coaching ?

Hugo Manoukian. Le coaching est en voie de démystification et, pourtant, il revient de loin. Processus intime et très cher pour les uns, équivalent aux séances de psy et antithèse de la formation pour les autres, réservé aux personnes en situation de burn-out pour d’autres encore : les idées reçues à son sujet pullulent. Mais, grâce au digital, il a pu entrer dans les entreprises et se démocratiser sans compromis sur la qualité. Par ailleurs, on a tous et toutes besoin, à certains moments de nos vies professionnelles, d’un regard extérieur. Et, les organisations n’échappent pas à la règle. Aussi, trouvent-elles dans le coaching un partenaire stratégique pour libérer le potentiel humain et accompagner le changement des mentalités et des pratiques.

Justement que faudrait-il réinventer en priorité ?

La crise de la Covid-19 confirme l’importance de repenser l’accompagnement des collaborateurs au sein des entreprises. Aujourd’hui, plus encore que par le passé, le « one size fits all » ne répond pas aux besoins, forcément multiples et spécifiques, des individus. Il s’agit donc de ne pas retomber dans le piège des formations uniformisées qui proposent d’apprendre mécaniquement ici telle recette de management, là telle posture formatée de leadership. Aller vers plus de personnalisation, cela suppose au contraire de disposer d’un espace rien qu’à soi pour évoquer son caillou du moment, c’est-à-dire l’élément qui empêche d’avancer plus vite.

"Le coaching est en voie de démystification".

Les entreprises vous demandent-elles d’intervenir sur de nouvelles thématiques ?

Je ne vous surprendrais pas en disant que les managers restent des managers et que les collaborateurs font face aux mêmes défis qu’avant. Le gros challenge demeure, pour les individus et les entreprises, de maintenir la performance malgré les changements radicaux déjà engagés ou à venir. Des programmes comme "Gagner en leadership et fédérer", "Communiquer avec efficacité" ou "Prendre du recul et avoir une vision stratégique" comptent toujours parmi les incontournables. Néanmoins, on observe un engouement croissant pour des sujets jusqu’alors peu traités. Parmi ces axes nouveaux figurent notamment l’"organisation et la gestion du temps" ou, bien sûr, le "management à distance". Les managers désirent également "savoir communiquer des décisions difficiles aux équipes".

"Pour parer à la déshumanisation ambiante, il convient de ne pas faire l’impasse sur la verbalisation".

Quels conseils donneriez-vous à ceux devant précisément gérer des situations d’offboarding ?

Dans un premier temps, il peut s’avérer utile de se raccrocher à une brique comportementale et humaine. Un diagnostic émotionnel peut permettre de sonder le ressenti de la personne par rapport au départ de membres de son équipe, de trouver du sens à cette idée. Mais, rien ne vaut la préparation. Grâce à un travail sur l’assertivité, l’empathie, la communication non violente ou les techniques de feedback, le manager va trouver en lui les ressources et la confiance suffisantes pour porter le message de la meilleure façon qui soit, c’est-à-dire alignée avec lui-même.

Vous évoquez l’importance de l’humain. Mais, comment s’adapter à un monde du travail en voie de déshumanisation du fait du masque et de tous les autres dispositifs de distanciation ?

La période n’est agréable pour personne. Les locaux de l’entreprise ne redeviendront pas humains seulement parce que, du fait du retour au bureau des collaborateurs, des voix y résonnent mais seulement lorsqu’ils seront devenus objet de dialogue. Ce dernier, en effet, humanise le monde en général, le monde du travail en particulier. Il est un agent de liaison, d’intégration et d’échange. Aussi, pour parer à la déshumanisation ambiante, convient-il de ne pas faire l’impasse sur la verbalisation des inquiétudes, incompréhensions et autres points de blocages. Il faut veiller plus que jamais à poser la question de savoir comment chacun et chacune vit la chose. En somme, est venu le temps de la concertation.

Propos recueillis par Marianne Fougère

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Idées inspirantes des lauréats U-Spring : ce qu'il faut retenir de la cinquième édition

Idées inspirantes des lauréats U-Spring : ce qu'il faut retenir de la cinquième édition

Le 14 octobre 2020, s’est tenue la cinquième édition de U-Spring, le Printemps des Universités d’entreprise. L’occasion de revenir, liste des lauréats...

Christel Bories, transformer le minerai en or

Christel Bories, transformer le minerai en or

Patronne d’Eramet depuis l’été 2017, Christel Bories s’est attelée à sortir le groupe minier de la crise et à le désendetter. Saluée pour sa performan...

Affaire Veolia : l’avocat des salariés de Suez prend la parole

Affaire Veolia : l’avocat des salariés de Suez prend la parole

Il est celui qui a obtenu la suspension du projet de rachat par Veolia de la participation d’Engie dans Suez. Pour Décideurs Magazine, Zoran Ilic revi...

Santé et sécurité au travail : création d’un outil de prévention des risques

Santé et sécurité au travail : création d’un outil de prévention des risques

Disponible depuis septembre 2020, la plateforme Séquence Prévention accompagne les entreprises dans la mise en conformité aux règles de protection de...

Égalité des chances en entreprise : un "engagement à perpétuité"

Égalité des chances en entreprise : un "engagement à perpétuité"

Ce mercredi, le Medef dévoilait les résultats 2020 de son Baromètre de perception de l’égalité des chances en entreprise. Si les attentes des salariés...

J.F Couëc (Kardham) : "L'excès de télétravail peut abîmer l'individu et le collectif"

J.F Couëc (Kardham) : "L'excès de télétravail peut abîmer l'individu et le collectif"

Le groupe Kardham publie les résultats d’une vaste enquête portant sur les effets de la crise sanitaire sur l’environnement de travail. Son président,...

A.Vivant (Vivant Avocats) : "Avec l'épidémie de Covid-19 les partenaires sociaux voient leur lien avec le terrain se distendre"

A.Vivant (Vivant Avocats) : "Avec l'épidémie de Covid-19 les partenaires sociaux voient leur lien av...

Fort d’une solide expérience en négociation collective, Antoine Vivant plaide pour une approche collaborative et décloisonnée du droit social, au sein...

Environnement : le télétravail, pas si neutre que ça

Environnement : le télétravail, pas si neutre que ça

Le télétravail est devenu très rapidement une des rares options permettant de concilier confinement et vie professionnelle dans le secteur tertiaire....

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte