Jacinda Ardern, le leadership bienveillant

La jeune Première ministre de Nouvelle-Zélande s’est imposée sur la scène internationale et médiatique grâce à un leadership alliant charisme et simplicité. De quoi lui donner une légitimité mise au service de propositions politiques audacieuses.

La jeune Première ministre de Nouvelle-Zélande s’est imposée sur la scène internationale et médiatique grâce à un leadership alliant charisme et simplicité. De quoi lui donner une légitimité mise au service de propositions politiques audacieuses.

Elle s’était fait remarquer en prenant la tête du gouvernement de Nouvelle-Zélande à seulement 37 ans, ou encore en emmenant son bébé de 3 mois à une séance de l’assemblée générale des États-Unis. Mais Jacinda Ardern a pris une autre dimension au lendemain des attaques de Christchurch, qui ont coûté la vie à 51 de ses concitoyens. Elle avait alors interpellé la communauté internationale dans un discours salué pour sa compassion et sa fermeté autant que pour sa capacité à rassembler faisant d’elle un leader politique qui n’hésite pas à parler d’amour dans ses discours. À la suite de ce drame, c’est dans un temps record de trois mois qu’elle lançait un programme de rachat des armes semi-automatiques et faisait passer une loi prononçant leur interdiction. De quoi impressionner de nombreux pays, au premier rang desquels les États-Unis. "­L’Amérique a besoin d’un leader comme Jacinda Ardern ", affirmait d’ailleurs l’éditorial du New York Times en mars  2019.

Communication de crise

La vidéo est devenue virale en quelques heures. Jacinda Ardern, interviewée en direct par ABC News, gardant son calme et le sourire aux lèvres… alors qu’un tremblement de terre se déclenche sous ses pieds. Si la scène a tant marqué les esprits, c’est qu’elle illustre parfaitement la capacité de la jeune dirigeante à gérer les crises. Lorsque la Covid-19 fait son apparition en Nouvelle-Zélande début mars, la cheffe d’État affirme qu’il faut "frapper fort et frapper vite ". Dès le 14  mars, alors que son pays ne recensait que six cas, elle annonce la mise en quarantaine de tous les étrangers arrivant sur le sol néo-­zélandais avant de fermer définitivement ses frontières quinze jours plus tard. Cette décision, associée à une politique de dépistage et à sept semaines de confinement strict, se verra couronnée de succès. Le pays ne compte que 21 morts pour 4,8  millions d’habitants.

Elle se prononce en faveur de la création de nouveaux jours fériés et de la mise en place de la semaine de quatre jours.

Mais, au-delà de cette gestion efficace, ce sont les efforts de transparence et de clarté de la Première ministre qui ont impressionné. Diplômée en communication, Jacinda Ardern s’est astreinte à des conférences de presse quotidiennes, durant lesquelles son ton naturel et pédagogue lui valait l’adhésion de ses concitoyens. Elle s’est prêtée au jeu de questions-réponses lors de ­Facebook lives, gagnant ainsi la confiance des plus jeunes. Résultat : 92 % des Néo-zélandais déclarent approuver l’action de leur gouvernement face à la crise sanitaire. Un chiffre qui a de quoi faire rêver de nombreux ­responsables politiques.

À contre-courant

La jeune leader semble faire l’unanimité. Elle est en tout cas à la mode au point que la presse parle de "Jacindamania ". D’où, peut-être, sa propension à tenir des positions audacieuses. Le 15  avril, en solidarité avec les travailleurs affectés par la crise économique, elle décide de diminuer sa rémunération de 20 % pendant six mois, ainsi que celle de ses ministres. "Cela ne bouleversera pas la situation générale des finances, explique-t-elle alors, mais il s’agit ici de leadership. C’est une façon de reconnaître l’impact actuel pour de nombreux Néo-Zélandais". Un mois plus tard, alors que dans de nombreux pays, dont la France, on s’interroge sur la nécessité de modifier à la hausse la durée du travail pour rattraper le retard économique lié à la crise, la Première ministre prend une direction à contre-courant. Elle se prononce en faveur de la création de nouveaux jours fériés et de la mise en place de la semaine de quatre jours. À ses yeux, la mesure pourrait à la fois améliorer la qualité de vie des salariés et sauver le secteur du tourisme en donnant plus de temps à la population pour visiter le pays. De quoi permettre à la Nouvelle-Zélande d’oser croire au "monde d’après".

Marie-Hélène Brissot

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Édouard Philippe, la puissance du port du Havre

Édouard Philippe, la puissance du port du Havre

Qui est vraiment l’ancien premier ministre ? Un Iznogood qui veut être calife à la place du calife ou un homme fidèle au président ? Le journaliste Tu...

Transformation de la Gare du Nord : retour sur un fiasco

Transformation de la Gare du Nord : retour sur un fiasco

Controversé depuis le début, l’immense chantier de transformation de la Gare du Nord de Paris a finalement été annulé hier soir par la SNCF qui invoqu...

Vincent Le Roux rejoint Vae Solis Communications pour renforcer l'activité "Affaires publiques"

Vincent Le Roux rejoint Vae Solis Communications pour renforcer l'activité "Affaires publiques"

Le cabinet de conseil en stratégie de communication et gestion du capital réputation, Vae Solis Communications, accueille Vincent Le Roux au sein de s...

La loi Sapin 3 pour bientôt

La loi Sapin 3 pour bientôt

Depuis cinq ans, la loi Sapin 2 représente un pilier de la lutte anticorruption en France, celle-ci ayant conduit à deux avancées majeures pour la pro...

Phebe Novakovic, la patriote

Phebe Novakovic, la patriote

Alors que NavalGroup est en difficulté après l'annulation du "contrat du siècle" australien, l'américain General Dynamics se porte bien. A sa tête dep...

ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE

ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE

Souverain sur un marché de niche à l’importance vitale, ASML est la plus belle réussite de la tech européenne. Des entreprises telles qu’Apple, Samsun...

Hidalgo 2022, quelles sont ses chances ?

Hidalgo 2022, quelles sont ses chances ?

Ca y est. Dans un discours prononcé à Rouen le 12 septembre, Anne Hidalgo s’est officiellement lancée dans la course à l’Élysée. Objectif : finir en t...

Politique climatique : la sanction de l’inaction

Politique climatique : la sanction de l’inaction

Lorsque le dernier rapport du Giec insiste sur une action immédiate pour sauver la planète, la loi Climat et Résilience, "plus grande loi écologique d...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte