F. Mazzella (BlaBlaCar) : "Si je n’apprends pas, je me fane"

Décideurs s’est entretenu avec Frédéric Mazzella, fondateur et président de BlaBlaCar. L’occasion pour lui de revenir sur ses débuts d’entrepreneur, son rôle de manager et les valeurs d’un groupe plébiscité par 90 millions d’utilisateurs. Une interview inspirante !

Décideurs s’est entretenu avec Frédéric Mazzella, fondateur et président de BlaBlaCar. L’occasion pour lui de revenir sur ses débuts d’entrepreneur, son rôle de manager et les valeurs d’un groupe plébiscité par 90 millions d’utilisateurs. Une interview inspirante !

Décideurs. Quel a été votre plus grand risque professionnel ?

Frédéric Mazzella. Sans surprise, quand j’ai décidé de devenir entrepreneur. Ce jour-là j’ai pris conscience que j’allais devoir construire de mes mains le bateau sur lequel naviguer, sans pouvoir me raccrocher à une structure existante, à une bouée. On a tendance à oublier que les entreprises, start-up comme grands groupes, ne jaillissent pas ex nihilo. Elles ne naissent pas clés en main mais dans la fragilité, avec une ou deux personnes à bord. Aujourd’hui, il y a bien sûr des incubateurs, des mentors, des coachs, etc. Mais, à l’époque, rien de tout cela n’existait. Je me suis donc inscrit à l’Insead pour suivre un MBA et prendre tous les cours d’entrepreneuriat possibles et imaginables. Je ressentais le besoin de me former, d’explorer ce que renfermait l’entrepreneuriat. En somme, il me fallait apprendre à nager directement, sans bouée ni bateau.

Mais comment garder le cap quand certaines portes se referment ?

J’ai, en effet, lu de la compassion plus d’une fois dans les regards ! Du genre "C’est dommage, il était bien parti. De bonnes études, un boulot à la Nasa, et là il crée un site pour les beatniks !" Dans de tels moments de solitude, la réflexion rationnelle aide à ne pas se laisser déstabiliser. C’est comme si vous étiez confronté à une montagne et que l’ensemble de la cordée pense que seule la face nord offre un point d’accès au sommet. Le problème ? Elle est beaucoup trop raide donc impossible à escalader. Mais vous, vous avez repéré un petit chemin. Tous les jours, vous devez vous assurer qu’il est suffisamment solide. Vous répondez une par une aux multiples questions qui émergent pour vous en convaincre.

"La réflexion rationnelle aide à ne pas se laisser déstabiliser"

Et pour persuader les autres de s’engager avec vous ?

Vous ne réussirez pas à les embarquer si vous n’êtes pas vous-même convaincu de la pertinence de votre idée. Les réponses apportées à ses propres questions servent à désamorcer les interrogations de ses interlocuteurs, à lever leurs doutes et dernières réserves. Mais, seule, la raison ne suffit pas. Il faut faire preuve de beaucoup d’empathie dans sa manière de communiquer. Les gens doivent avoir envie de travailler avec vous. D’où l’importance de formuler dès le début de l’aventure un socle culturel qui agira comme un tissu de résilience pour permettre à l’équipe de surmonter les épreuves et de conserver intacte sa motivation.

Une culture qui, chez BlaBlaCar, accorde beaucoup d’importance à l’apprentissage…

Dans ce domaine, il y a deux façons d’appréhender les choses : apprendre de ses propres expériences ou de celles des autres. Il faut utiliser l’une et l’autre car sinon on avance deux fois moins vite. Share more. Learn More. Ce premier BlaBlaPrinciple traduit sans doute combien l’apprentissage a toujours constitué pour moi un moteur. Si je n’apprends plus, je me fane. Pour une équipe, un tel growth mindset est gage de connexion avec le réel, de progression par rapport aux obstacles qui peuvent se dresser en chemin. En somme, Fail. Learn. Succeed. À condition toutefois de ne pas amalgamer trop vite le fail à l’échec ou l’erreur. D’ailleurs, vous ne trouvez pas particulièrement révélateur qu’il n’existe pas de traduction française pour ce terme ? Fail renvoie à l’essai dans l’esprit pionnier, entièrement tourné vers le futur, des Américains. À l’inverse, la peur franco-française de l’échec dit beaucoup de notre rapport craintif à l’égard de tout ce qui est nouveau…  

"Les gens doivent avoir envie de travailler avec vous. D’où l’importance de formuler dès le début de l’aventure un socle culturel"

Est-ce à dire que la France et l’Europe ont définitivement perdu la bataille de l’innovation ?

Sur le numérique, je pense effectivement que nous avons perdu le premier set, mais le match n’est pas terminé. Il faut d’ores et déjà penser au deuxième set voire au troisième. La bulle des années 2000 nous a refroidis contrairement aux Américains qui se sont simplement calmés, conscients d’avoir été un peu trop gourmands. Nous pensions que ce n’était qu’une bulle, ce qui a nourrit notre scepticisme à l’égard de l’industrie numérique. Cela nous a surtout énormément ralentis et a rendu de fait la relève européenne beaucoup plus compliquée.

Sur quels leviers miser pour rattraper ce retard ?

Nous avons de grands atouts à faire valoir, des valeurs sociétales et environnementales ou même une forme de frugalité qui résonnent avec les enjeux du monde de demain. Pensez à des entreprises comme BlaBlaCar, Ynsect, Phenix ou Back Market. Toutes ont dans leur ADN la volonté d’utiliser la technologie pour optimiser notre quotidien et pas uniquement pour produire des choses nouvelles. Elles témoignent d’un esprit différent que vous ne retrouverez pas en Chine ni aux États-Unis. Pouvez-vous, par exemple, citer le nom d’un équivalent américain de BlaBlaCar ? Uber ? Non. Lyft ? Non plus. BlaBlaCar est leader dans son domaine, preuve que l’Europe n’est pas aussi à la traîne qu’on se l’imagine. Après, il faut rompre avec une certaine naïveté qui pousse le législateur à voter des mesures antitrust pour empêcher l’émergence de champions européens… En réalité, aucune autre zone géographique ne joue cette partition. Heureusement, le Digital Markets Act (DMA) et le Digital Services Act (DSA) vont enfin dans le bon sens. Il ne reste plus qu’à miser sur les technologies de rupture qui viennent plutôt que de tenter de rattraper un retard dans d’autres domaines.

"Sur le numérique, nous avons perdu le premier set, mais le match n’est pas terminé"

Qu’est-ce que pour vous qu’une innovation qui a du sens ?

Une innovation porteuse d’un meilleur avenir. Le principe du futur c’est qu’on ne peut le prédire avant qu’il n’advienne. Mais, parfois, il arrive qu’on le pressente. Pour moi, la problématique centrale, c’est le changement climatique et ses conséquences sociétales, écologiques, démographiques, etc. Beaucoup estiment que deux degrés supplémentaires, finalement, ce n’est pas grand-chose. Pourtant, quand la température de notre corps passe de 36,8 à 39°C, ne ressent-on pas clairement la différence ? Pourquoi, ce ne serait pas la même chose pour la Terre, si quatre tout petits degrés suffisent à entraîner la mort de l’espèce qu’on estime la plus développée ? En 2021, nous n’avons plus le choix : nous devons consacrer toute notre énergie à cette problématique que plus personne ne peut nier.

Propos recueillis par Marianne Fougère

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Leadership : ces stratèges qui disruptent leur secteur

Entrepreneurs visionnaires, ils sont à l’origine de ruptures technologiques profondes. Comment les patrons de Netflix, d’Alan ou encore de Tesla ont-ils réussi à mettre leurs idées en musique, mais aussi à fédérer des équipes autour de projets qui, au départ, pouvaient paraître fous ?
Sommaire Netflix, les clés du succès Emmanuel Macron, la stratégie de l’océan bleu E.Salobir : "Les dirigeants de la Silicon Valley fonctionnent comme des chefs de clan" P. de Passorio (Adyen) : "Il ne faut jamais se couper du marché" F. Arata (LinkedIn) : "Nous sommes incités à nous comporter comme des entrepreneurs" Voici comment Microsoft a failli se faire disrupter A. Loesekrug-Pietri (JEDI) : "Ce qui importe c’est de se projeter dans le coup d’après" F. Dupré (Medtronic) : "Nous nous attachons à insuffler une culture de l’essai" Sartorius Stedim Biotech, la pépite franco-allemande de la santé
Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Directeur général de Soitec depuis 2015, il a remis le fabricant de semi-conducteurs sur les rails et compte tripler le chiffre d’affaires du groupe d...

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

La présentation de la nouvelle DS4 début septembre s’est accompagnée de l’annonce d’un passage au 100 % électrique à partir de 2024 de la marque DS. J...

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Le plafond de verre ? Anne Méaux l’a crevé dès l’âge de 20 ans à une époque où les femmes influentes se comptaient pratiquement sur les doigts d’une m...

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Depuis 1997, les frères Martin développent un groupe de laboratoires d’analyse et de biologie médicale née d’une technologie découverte par leurs pare...

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

L’économie circulaire est au cœur de l’activité d’Econocom, groupe spécialisé depuis 1973 dans les services liés à la transformation digitale. Son fon...

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

PDG d’Allianz depuis 2014, Oliver Bäte poursuit l’expansion de son groupe d’assurance en Europe et en Afrique de l’Est. Très impliqué sur les sujets...

Adyen, la mondialisation réussie

Adyen, la mondialisation réussie

La fintech dirigée par Pieter van der Does s’adresse aussi bien aux petits commerces qu’aux multinationales. Une stratégie couronnée de succès puisque...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte