Capgemini – Altran, se diront-ils oui ?

Cinq milliards d’euros. Ce pourrait être le prix déboursé par Capgemini, leader mondial du conseil et des services informatiques, pour s’offrir Altran, champion de la R&D externalisée. Adoubée par la Commission européenne, l’opération permettrait à l’acquéreur de tirer profit de synergies dès 2022.

Cinq milliards d’euros. Ce pourrait être le prix déboursé par Capgemini, leader mondial du conseil et des services informatiques, pour s’offrir Altran, champion de la R&D externalisée. Adoubée par la Commission européenne, l’opération permettrait à l’acquéreur de tirer profit de synergies dès 2022.

Le M&A français est loin d’être flamboyant cette année. Selon Refinitiv, le volume des opérations de fusions-acquisitions a même régressé de 31 % depuis janvier pour connaître son niveau le plus bas depuis 2016 (75 Md$). Au cours de ces derniers mois poussifs, quelques deals sont toutefois sortis du lot. Par son montant et son importance stratégique, l’acquisition éventuele d’Altran par Capgemini devrait incontestablement être l’un d’eux. Le nouveau groupe, à l’issue de l’opération, emploiera plus de 250 000 collaborateurs et affichera un chiffre d’affaires de 17 milliards d’euros.

Commun accord

Les conseils d’administration des deux sociétés ont approuvé, à l’unanimité, l’accord portant sur l’OPA amicale lancée par Capgemini au prix de 14 euros par action. Un montant qui représenterait, pour les actionnaires d’Altran, une prime de 33 % sur la moyenne du cours des trois mois précédant l’annonce en juin et valorise la société 12 fois son Ebit, à plus de 5 milliards d’euros. Avec le feu vert des autorités de la concurrence européennes et américaines, le consensus semblerait général et le closing devrait intervenir d’ici à la fin de l’année. Et ce malgré l’irruption du fonds activiste Elliott au capital d’Altran. D’ailleurs, un groupe d’actionnaires mené par le fonds Apax Partners a d’ores et déjà cédé un bloc de 11 % du capital à Capgemini. 

Rapprochement stratégique

Dans un secteur où les donneurs d’ordre, à savoir les très grandes entreprises industrielles, se retrouvent face à un panorama très éclaté de petits acteurs, Altran se distingue avec ses 2,9 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2018 et ses 47 000 employés répartis dans plus de trente pays. Cependant, pour répondre aux attentes toujours plus pointues des grandes firmes, la taille du groupe – à condition que les économies d’échelle et les synergies soient bien présentes – devient un enjeu majeur.


Capgemini espère des  synergies  de coûts et  de modèles opérationnels de 70  à 100 millions d’euros  en trois ans


Cyril Perard, managing director de Perella Weinberg, conseil financier d’Altran sur l’opération, précise : « Cette acquisition résulte d’une convergence croissante et récente entre le monde de l’IT et celui de la R&D. Avec une industrie de la R&D qui n’est pas encore arrivée à maturité, la combinaison avec un géant de l’informatique constitue un tournant stratégique. En tant que leader mondial du secteur, il n’est pas étonnant qu’Altran soit la première entreprise à franchir le pas. »

Le marché américain dans le viseur

Le rapprochement entre le leader mondial du conseil, des services informatiques et de la transformation digitale et le champion des services d’ingénierie et de R&D pourrait réaliser des synergies de coûts et de modèles opérationnels de 70 à 100 millions d’euros en trois ans, ainsi qu’une relution du résultat normalisé par action dépassant les 25 %. « Ce rapprochement permettra à Capgemini de prendre un leadership sur le segment très prometteur de la transformation digitale des entreprises industrielles », confirme Paul Hermelin, PDG de Capgemini. Mais l’opération est également destinée à renforcer les positions du groupe du CAC 40 outre-Atlantique. En effet, Capgemini pourra notamment profiter de l’assise américaine d’Altran qui avait notamment fait main basse sur Aricent, fin 2017, pour 1,7 milliard d’euros. Une fois le rapprochement consolidé, le groupe devrait réaliser 31 % de son activité en Amérique du Nord.

Sandy Andrianabiby

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier 2019 : les deals de l'année

Annoncée comme une année morose, 2019 n'en a pas moins été marquée par des deals colossaux. Fusions-acquisitions, IPO, levées de fonds... Voici les opérations à retenir.
Sommaire Didier Fontaine (Verallia) : "Nous sommes là où nous voulions être à l’issue de l’IPO" Deals, rachats, M&A : l’économie en mutation permanente Meero impose sa vision Avec Gatwick, Vinci Airports décolle PSA - Fiat Chrysler, le mariage du siècle Swiss Life AM France, coup de maître à Paris Bristol-Myers Squibb et Celgene, naissance d’un géant contre le cancer Rallye-Casino : les jeux sont-ils faits ? Takeda-Shire, l’innovateur de la pharmacie
Adena Friedman, le capitalisme au sang neuf

Adena Friedman, le capitalisme au sang neuf

Depuis qu’elle a pris la tête du Nasdaq en 2017, Adena Friedman en diversifie les activités. Elle mise sur les données et les nouvelles technologies e...

Stéphane Pallez : le pari gagnant de la FDJ

Stéphane Pallez : le pari gagnant de la FDJ

À la tête de la FDJ depuis 2014, Stéphane Pallez est parvenue à transformer un ancien fleuron public en entreprise mondialisée et geek.

A. Rabec (Kingfisher France) : "L'engouement pour le bricolage pourrait durer une dizaine d'années"

A. Rabec (Kingfisher France) : "L'engouement pour le bricolage pourrait durer une dizaine d'années"

En 2020, Kingfisher France enregistrait des résultats en hausse de plus de 3 % à 5 milliards d'euros. À la tête depuis 2019 de 123 Brico Dépôt et 93 C...

Sheryl Sandberg, la femme qui a rendu Facebook rentable

Sheryl Sandberg, la femme qui a rendu Facebook rentable

La directrice des opérations a permis au groupe de Mark Zuckerberg d’atteindre des niveaux de performance historiques. Son réseau, mais aussi son expé...

La mode gagne ses galons sur le marché de l’art

La mode gagne ses galons sur le marché de l’art

Engouement pour le vintage, essor de l’économie circulaire, désir de se distinguer stylistiquement… Les raisons de chercher à s’habiller dans les sall...

Réussir son business plan : l'essentiel à connaître

Réussir son business plan : l'essentiel à connaître

Construire une vraie stratégie d'entreprise, la mettre en œuvre et évaluer ses performances représentent de vrais défis. Pour réussir chaque étape et...

Intel pourrait fondre sur GlobalFoundries

Intel pourrait fondre sur GlobalFoundries

Le fabricant américain de semi-conducteurs envisagerait de racheter les anciennes fonderies de son concurrent AMD. En parallèle, le groupe souhaite se...

C. Texier (DLA Piper) : "Il faut commencer à renégocier certains points restés en suspens pendant les périodes de confinement"

C. Texier (DLA Piper) : "Il faut commencer à renégocier certains points restés en suspens pendant le...

Dans un contexte de relance où dirigeants et investisseurs doivent composer avec les refinancements, les réorganisations et les reprises, le chemin es...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte