Marc-Elie Bernard (Altran) : « Nous sommes numéro un mondial de la R&D externalisée »

Altran a réalisé la plus grosse acquisition de son histoire avec l'américain Aricent, pour un montant de 1,7 milliard d'euros. Plus que jamais leader de la R&D externalisée, le groupe a dû redoubler de patience et de toucher pour réussir ce rachat. Retour sur l'opération avec l'un de ses premiers artisans, Marc-Elie Bernard, Group Vice President en charge du M&A et des financements.

Altran a réalisé la plus grosse acquisition de son histoire avec l'américain Aricent, pour un montant de 1,7 milliard d'euros. Plus que jamais leader de la R&D externalisée, le groupe a dû redoubler de patience et de toucher pour réussir ce rachat. Retour sur l'opération avec l'un de ses premiers artisans, Marc-Elie Bernard, Group Vice President en charge du M&A et des financements.

Décideurs. Altran est un pure player de l'innovation. Pouvez-vous nous rappeler son histoire en quelques mots ?

Marc-Elie Bernard. Altran a créé le métier de la R&D externalisée. En trente ans, le groupe s'est considérablement développé, notamment par la voie des fusions-acquisitions. Cette croissance a été ralentie en 2002 lors de l'acquisition malheureuse d'Arthur D. Little, une société de conseil en stratégie. D'une part, cette entreprise ne permettait pas de réaliser de synergies avec le cœur de métier d'Altran. D'autre part, sa culture était nettement différente de la nôtre. Cet échec nous a empêché de consolider le secteur pendant dix ans. Entretemps, le fonds Apax Partners est entré au capital d'Altran en 2008, et en 2011, Philippe Salle est arrivé à la tête du groupe avec un plan stratégique de recentrage des activités. Arthur D. Little a alors été cédé à ses managers, et fin 2012, une politique de croissance externe a été refait surface. C'est l'époque à laquelle je suis arrivé en tant que responsable M&A et financements.

Depuis 2012, tout va beaucoup mieux pour le groupe ?

Nous sommes en croissance, 35 deals ont été réalisés – essentiellement des rachats d'entreprises plus petites – depuis 2012. En novembre dernier, nous avons acté notre première acquisition transformante avec l'américain Aricent, pour un montant de 1,7 milliard d'euros.

D'une façon générale, quelle est votre politique de croissance externe ?

La politique de croissance externe doit absolument correspondre au plan stratégique. Entre 2012 et 2015, la stratégie d'Altran était de se renforcer dans des zones géographiques et des métiers où nous n’étions pas leader. C'est pourquoi nous avions racheté des sociétés en Allemagne, en Inde et au Benelux par exemple. Aujourd'hui, le groupe est en position de force sur la plupart de ses marchés. Il peut réaliser des acquisitions plus ambitieuses comme celle d'Aricent...

Justement, l'arrivée d'Aricent vous fait-elle changer de dimension ?

Plus que jamais, nous sommes numéro un mondial de la R&D externalisée. Aricent est leader sur le marché américain. Cela faisait un moment que nous envisagions de réaliser une opération d'envergure avec ce groupe détenu par le fonds d'investissement KKR. Mais nous ne pouvions pas agir plus tôt. Pour rappel, Aricent a été surendetté par un LBO conclu avant 2008, et cinq patrons se sont succédé à sa tête en l'espace de dix ans. Autant dire que la patience était de rigueur. En août dernier, malgré d'autres sollicitations, KKR a décidé de nous céder sa participation et nous avons rachété 100 % du capital. C'est Dominique Cerutti, successeur de Philippe Salle à la présidence d'Altran, qui a pris les commandes de cette opération.

Comment avez-vous financé l'acquisition d'Aricent, un groupe d'une taille aussi importante ?

Le financement fut le gros morceau de la transaction. Nous ne pouvions pas financer par nos propres moyens l'acquisition d'un groupe aussi gros. Nos lignes de crédit n'étaient pas suffisantes. Nous avons ainsi réalisé, dans des conditions très satisfaisantes, une augmentation de capital significative (750 millions d'euros) et syndiqué un nouveau crédit. Cela nous a conduits à obtenir des ratings des agences de notation financière.

La réussite d'une opération de M&A repose essentiellement sur la capacité à intégrer la nouvelle société et à créer des synergies avec elle. Quel est votre plan ?

Nos activités sont extrêmement complémentaires. Altran est très présent en Europe et ne réalise que 100 millions d'euros de revenus aux États-Unis. Aricent emploie 11 000 collaborateurs ingénieurs dont 10 000 sont basés en Inde et travaillent surtout pour des clients nord-américains dans les secteurs des télécommunications, des semi-conducteurs et des softwares (modèle offshore). De notre côté, bien que nous ayons développé récemment nos offres en mode « projet » au gré d’acquisitions, nos ingénieurs œuvrent encore surtout on-site et near shore, et pour le compte d'industries européennes traditionnelles telles que la construction automobile, aérienne, spatiale... Il y a peu de recoupement. Enfin, Aricent est propriétaire d'une célèbre société de design, Frog, à l'origine des premiers ordinateurs d'Apple notamment.

 

@ Firmin Sylla

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Santé, Biotech & Medtech : les 10 pépites qui montent !

Santé, Biotech & Medtech : les 10 pépites qui montent !

Positionnées sur les secteurs porteurs de la Santé, des Biotechs et des Medtechs, voici les 10 pépites qui montent en France et en Europe.

Dassault Systèmes, le français qui fait trembler IBM

Dassault Systèmes, le français qui fait trembler IBM

Le groupe dirigé par Bernard Charlès est le leader mondial des logiciels de simulation industrielle. Depuis quelques années, il se lance avec succès d...

Pieter van der Does, l’amiral de la Fintech

Pieter van der Does, l’amiral de la Fintech

Atteint du "virus de l’entrepreneuriat", le Néerlandais est devenu milliardaire en moins de quinze ans grâce à sa dernière création : Adyen.

Phebe Novakovic, la patriote

Phebe Novakovic, la patriote

Alors que NavalGroup est en difficulté après l'annulation du "contrat du siècle" australien, l'américain General Dynamics se porte bien. A sa tête dep...

La direction de Rimini Street change de dirigeante pour la région EMEA

La direction de Rimini Street change de dirigeante pour la région EMEA

Le fournisseur mondial de produits et services logiciels d’entreprises confie la direction de la région EMEA à Emmanuelle Hose, jusque-là directrice r...

ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE

ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE

Souverain sur un marché de niche à l’importance vitale, ASML est la plus belle réussite de la tech européenne. Des entreprises telles qu’Apple, Samsun...

L. Comte-Arassus (GE Healthcare) : "Il n’y a pas de citadelle imprenable"

L. Comte-Arassus (GE Healthcare) : "Il n’y a pas de citadelle imprenable"

Le 15 février 2021, Laurence Comte-Arassus a été nommée General Manager de GE Healthcare pour la zone France, Belgique, Luxembourg et Afrique francoph...

C&S Partners : Le leadership, tangible et concret

C&S Partners : Le leadership, tangible et concret

C&S Partners fête ses trois ans, l’occasion de revenir sur un modèle unique, à contre-courant de ce que propose la concurrence.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte