C. de La Marnierre (ICR) : "Je crois à la politique des petits pas"

C. de La Marnierre (ICR) : "Je crois à la politique des petits pas"

Depuis cinq ans, l’Institut du capitalisme responsable réunit des dirigeants de grandes entreprises, des représentants de fonds d’investissement et du secteur public pour les faire avancer conjointement vers un capitalisme plus responsable. "Think & do tanks", événements, rapports… La fondatrice de l’organisme Caroline de La Marnierre revient sur ses méthodes de travail.

Décideurs L’Institut du capitalisme responsable (ICR) fête ses 5 ans. Qu’est-ce qui a évolué dans ce laps de temps ?

Caroline de La Marnierre. Quand j’ai lancé l’Institut, j’ai contacté des personnes de haut niveau que je connaissais pour leur demander de rejoindre le conseil d’administration et le collège d’experts. Certains ont refusé, m’opposant que "capitalisme responsable" constituait un oxymore, qu’il vaudrait mieux parler d’économie ou d’entreprise responsable. À l’époque, lorsqu’on les tapait dans la recherche Google, on ne trouvait aucun résultat qui liaient ces deux principes. Je me suis alors interrogée sur ma démarche. Je suis arrivée à la conclusion que c’était justement parce que cela dérangeait qu’on devait faire la jonction entre les deux notions. Aujourd’hui, dans le milieu des affaires, plus personne ne se demande pourquoi on les accole. J’espère même que dans cinq ans "capitalisme responsable" deviendra un pléonasme. Mais c’est un combat et, même lorsqu’il aura avancé, il exigera une vigilance de chaque instant.

Quel est votre objectif ?

Du point de vue de l’Institut, le capitalisme responsable est un alignement progressif entre le monde de l’investissement, celui de l’entreprise et les pouvoirs publics. Ces trois univers évoluent vers la notion de responsabilité mais avec des logiciels différents. Or, lorsque les routes ne se croisent pas, on perd en efficacité. L’ICR a pour vocation d’aider les différents acteurs à saisir toute la complexité du problème et à se focaliser sur des recommandations très empiriques et testées opérationnellement par les entreprises.

Auriez-vous un exemple de "routes qui ne se croisent pas" ?

Je pense au ratio d’équité mis en place en 2020 qui a pour vocation d’apporter de la transparence sur les écarts entre la rémunération des dirigeants et la moyenne ou la médiane de celle des salariés. Ces indicateurs ne sont pas reconnus à l’unanimité par les investisseurs car le périmètre fixé par la loi n’est pas bien défini et ne peut pas l’être compte tenu de la complexité juridique des grands groupes. Le législateur est parti d’une bonne intention mais la donnée n’est pas exploitable.

 "J’espère que dans cinq ans le capitalisme responsable deviendra un pléonasme"

Comment vos recommandations sont-elles élaborées ?

Nous sommes un centre de recherche appliquée. L’Institut regroupe quatre think & do tanks thématiques qui réunissent des investisseurs, des entreprises et souvent des représentants de la sphère publique. On propose des sujets et on travaille avec des groupes qui expérimentent des mesures. Celles qui fonctionnent sont retenues. Je crois à la politique des petits pas. On ne peut pas modifier la trajectoire d’un paquebot en une fois, cela pourrait faire beaucoup de dégâts. C’est pourquoi nos recommandations ne sont pas spectaculaires mais elles permettent de faire du chemin. On organise également des prix pour mettre en lumière les meilleures pratiques et insuffler l’enthousiasme. Car le moteur le plus efficace du changement, c’est le sens

Auriez-vous un exemple de recommandation ?

Une qui me tient à cœur, que nous avons produite en 2021 et qui n’est pas encore mise en œuvre a trait à la politique de dividendes. Nous suggérons aux entreprises de mettre en perspective la distribution des dividendes au regard de leur politique ESG, d’expliquer comment elles ont arbitré en fonction des engagements qu’elles ont pris en faveur de l’environnement, du social ou de la gouvernance. Cela paraît évident et pourtant cette pratique n’existe pas, notamment parce que les dirigeants pensent que le lien va de soi. Or, il est absolument nécessaire de faire de la pédagogie

Propos recueillis par Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Capitalisme responsable : le coeur est la raison

Un capitalisme qui prenne en compte toutes les parties prenantes (salariés, fournisseurs, actionnaires, clients...) et s’inscrive dans une démarche environnementale durable ? C’est possible et même rentable. Le mouvement enclenché par certains actionnaires, représentants des pouvoirs publics et entreprises s’intensifie. Tour d’horizon d’engagements concrets en la matière.
Sommaire M. Vial (APE) : "Nous avons créé une charte RSE" BPE : "La proximité des investissements dans le territoire est essentielle" Capitalisme responsable, ce n'est qu'un début Hubert Joly : "Le monde tel qu’il existe ne marche pas" Transition environnementale et stabilité économique : l'impossible équation ? Gestion d’actifs, le virage responsable F. Lemery (Legrand) : "La performance RSE du groupe aide la performance financière" Frédérique Giavarini (Nature et Découvertes) : "La raison d'être est une boussole" Le nouveau capitalisme selon Larry Fink
Nicomatic : focus sur une entreprise libérée

Nicomatic : focus sur une entreprise libérée

Le fabricant haut-savoyard de connecteurs Nicomatic est un exemple concret d'entreprise libérée en France. Olivier Nicollin, actuel PDG de cette entre...

Maison Henriot, chai d’œuvre

Maison Henriot, chai d’œuvre

Depuis plus de deux siècles, la maison Henriot cultive sa passion de la vigne et sa fierté du produit. Plus soucieuse de qualité que de volumes, elle...

Oui, le salaire des PDG du CAC 40 dépend (un peu) du climat

Oui, le salaire des PDG du CAC 40 dépend (un peu) du climat

Lors de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron a promis d’inciter les grands groupes à davantage lier la rémunération de leurs dirigeants à des c...

Advens, success story de la cybersécurité française

Advens, success story de la cybersécurité française

Alexandre Fayeulle président et fondateur d’Advens, success story française dans l’univers de la cybersécurité, revient sur ses initiatives RSE et la...

Nathaniel Scher : "La réalité virtuelle et le métavers auront une incidence considérable en santé"

Nathaniel Scher : "La réalité virtuelle et le métavers auront une incidence considérable en santé"

Alors que les nouvelles technologies s’invitent plus que jamais dans le secteur de la santé, la médecine intégrative fait de plus en plus d’adeptes. D...

Leonardo Del Vecchio, décès d'un visionnaire

Leonardo Del Vecchio, décès d'un visionnaire

Le milliardaire italien, président du conseil d’administration d’EssilorLuxottica s’est éteint à Milan à l’âge de 87 ans. Retour sur la success story...

Zhong Shanshan, l’empereur de l’eau minérale

Zhong Shanshan, l’empereur de l’eau minérale

Première fortune chinoise, Zhong Shanshan est le patron à la fois du géant de l’eau en bouteille Nongfu Spring et de l’entreprise pharmaceutique Beiji...

Safran devance Stellantis de justesse en nombre de brevets

Safran devance Stellantis de justesse en nombre de brevets

L’INPI (Institut national de la propriété industrielle) dévoile son palmarès 2021 des déposants de brevets. Cette année encore, cette compilation soul...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message