Certaines personnes changent le monde quand d’autres vivent une vie tranquille, s’affairent « simplement » à manager les affaires courantes. Des personnalités plus affirmées révolutionnent leur secteur, leur environnement, leur pays. Qu’il s’agisse de Xavier Niel, Mark Zuckerberg, Steve Jobs, Ghandi ou Nelson Mandela, quels sont les secrets du Leadership ?

Leadership & conscious capitalism

Quel est le rôle de l’entreprise ? Deux thèses, deux philosophies rivales s’affrontent depuis vingt ans. S’agit-il de servir avant tout ses actionnaires, comme le déclarait Milton Friedman, prix Nobel d’économie ? Ou de servir, outre les actionnaires, les autres parties prenantes que sont les salariés, les clients, les fournisseurs, voire au-delà ? Aujourd’hui, la seconde thèse s’affirme, les consciences se sont éveillées, les politiques et les indicateurs RSE ou ESG se sont multipliés, chez les investisseurs comme dans les entreprises.

L’entreprise consciente & responsable s’affirme

Quel est le rôle de l’entreprise ? Deux thèses, deux philosophies rivales s’affrontent depuis vingt ans. S’agit-il de servir avant tout ses actionnaires, comme le déclarait Milton Friedman, prix Nobel d’économie ? Ou de servir, outre les actionnaires...

Rajendra Sisodia (Babson College) « Le capitalisme est un jeu gagnant-gagnant et non le jeu gagnant-perdant que beaucoup

Co-auteur de Conscious Capitalism, la bible de l’entreprise consciente et responsable, Rajendra Sisodia, professeur d'économie au Babson College et fervent partisan d’un capitalisme éclairé, revient pour Décideurs Magazine sur les fondements de cette...

Loi Pacte : Quel objet social pour l’entreprise du XXIe siècle ?

Avec le projet de loi Pacte présenté en Conseil des ministres en mai, le gouvernement entend redéfinir la place des entreprises dans la société en les contraignant à prendre en compte les enjeux sociaux et environnementaux de leur activité. Cette réf...

Nicole Notat (Vigeo-Eiris) : « Pousser les investisseurs à s’interroger constitue un effet de levier sur les consciences »

Présidente de Vigeo-Eiris et coauteur du rapport sur l’objet social de l’entreprise dont les quatorze propositions alimentent depuis mars dernier le projet de loi Pacte, Nicole Notat revient sur l’ambition première de ce rapport – repenser la place e...

André Comte-Sponville : « C’est justement parce que le capitalisme est foncièrement amoral qu’il faut le moraliser»

Philosophe et écrivain, épicurien dans l’âme et fervent défenseur d’un capitalisme conscient et raisonné, André Comte-Sponville voit dans la moralisation du rôle de l’entreprise une évolution non pas naturelle mais indispensable entamée il y a plus d...

Quand Larry Fink en appelle à la moralisation du capitalisme

En janvier dernier, Larry Fink, le P-DG de BlackRock, premier fonds d’investissement mondial avec plus de 6 000 milliards de dollars d’actifs sous gestion, créait la surprise en adressant une lettre ouverte aux dirigeants des plus grandes entreprises...

Serge Papin (Système U) : « Nous devons aller vers un capitalisme plus partageur »

À la tête de Système U ̶ l’enseigne aux 1 600 magasins et 70 000 salariés depuis quatorze ans ̶ Serge Papin en est convaincu : le rôle d’un chef d’entreprise, loin de se limiter à la maximisation des profits, exige d’œuvrer à la « réconciliation...

Axelle Davezac (Fondation de France) : « Transformer l’injonction sociale en opportunité business »

Témoin du nombre grandissant d’entreprises décidées à agir pour l’intérêt général, Axelle Davezac, directrice générale de la ­Fondation de France, le « premier réseau de philanthropie » du pays, l’assure : l’engagement sociétal s’apparente dorénavant...

Philippe Joannis (5 fois 5) « Purpose before profit : cette inversion des priorités est la clé du Conscious Capitalism »

Fondateur de la société de conseil 5fois5 spécialisée dans la formation et l’accompagnement de dirigeants au « leaderhip conscient », Philippe Joannis décrypte les leviers du Conscious Capitalism. En tête de ceux-ci : la nécessité pour toute entrepri...

Jean-Marc Borello (Groupe SOS) : « Si la rentabilité à court terme est le moteur de l’entreprise, celle-ci est condamnée »

Lorsque Jean-Marc Borello crée Groupe SOS, il y a 35 ans, c’est dans le but de venir en aide à ceux « dont personne ne voulait ». Aujourd’hui l’entreprise, qui a bâti son activité autour de la lutte contre toutes les formes d’exclusion, emploie 17 0...

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message