Adidas vs Nike : marketing, chiffre d'affaires, part de marché...

Deux marques dominent nettement le marché de l’équipement sportif. Mais quelles sont les forces et les faiblesses de Nike et d’Adidas ? Réponse ici.

Deux marques dominent nettement le marché de l’équipement sportif. Mais quelles sont les forces et les faiblesses de Nike et d’Adidas ? Réponse ici.

Nike est une marque relativement récente puisqu’elle a été lancée en 1971 par Philip Knight et Bill Bowerman. Basée à Beaverton dans l’Oregon, elle possède également Converse depuis 2003. Le groupe a acheté puis revendu Umbro et Bauer (marque bien connue des amateurs de hockey sur glace). Nike est en outre présent dans de très nombreux sports : athlétisme, basketball, cricket, football, handball, rugby, football américain… Adidas de son côté est né en 1949. Il est concurrent frontal de Nike sur tous les sports. La marque allemande a racheté et relancé Reebok en 2005. Les deux géants sont au sommet du sport mondial et se livrent une guerre sans merci.

Chiffre d’affaires : Nike

La marque à la virgule se porte bien. En 2018, elle peut se targuer d’un chiffre d’affaires de 36,6 milliards de dollars en hausse de 6% par rapport l’année précédente. La vente de chaussures représente 60% du CA. Le textile, pour sa part, pèse 30%.

Sur la même année, la hausse du chiffre d’affaires de la marque aux trois bandes a augmenté de 15% soit plus que Nike. Mais le chiffre d’affaires demeure plus faible : 21,218 milliards d’euros soit 23,7 milliards de dollars.

Résultat net : Nike

Après impôt, en 2018, Nike présente un chiffre d’affaires de 4 milliards de dollars contre 1,1 pour Adidas.

Capitalisation boursière : Nike

En 2018, la capitalisation boursière d’Adidas est de 38 milliards de dollars contre 107 pour Nike qui une fois encore remporte le point.

Salariés : Nike

En termes de salariés, Adidas emploie 55 000 collaborateurs. Un chiffre qui reste en dessous de Nike qui emploie 70 000 personnes.

Présence mondiale : Adidas

En 2018, Nike reste encore très dépendant du marché nord-américain qui pèse 40% de son chiffre d’affaires global. La zone Europe-Moyen-Orient-Afrique correspond à 25% du total. La Chine, marché émergent et en pleine croissance contribue à 14% du CA total.

De son côté, Adidas est moins dépendant d’une seule zone géographique. C’est en Europe de l’Ouest que le groupe réalise la plus grosse partie de son CA (27%) contre 20% pour l’Amérique du Nord et 17% pour la Chine.

Digital : Adidas

Facebook, Twitter, Instagram… Ces réseaux sociaux sont stratégiques pour les marques. Les maîtriser permet de séduire les millennials. Qui l’emporte entre Nike et Adidas ? Sur Facebook, l’avantage revient à la marque aux trois bandes qui possède 35 millions d’abonnés contre 32 pour son concurrent américain. En revanche, Nike l’emporte largement sur Twitter (7,7 millions d’abonnés contre 300 000). Sur Instagram, réseau social le plus stratégique, c’est une fois encore Nike qui rafle la mise : 86,5 millions de followers contre 23,4.

Conclusion : Nike 5 – Adidas 1. Sur les six critères choisis, Nike l’emporte largement. Mais Adidas reste un concurrent tenace qui occupe une solide seconde place sur le marché. La marque aux trois bandes possède deux atouts de taille : une présence mieux répartie à l’échelle mondiale et une croissance plus rapide que le mastodonte américain.

Retrouvez les autres "matchs" de Décideurs Magazine :

Paris vs Londres

Pepsi vs Coca-Cola

Hollywood vs Bollywood

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

PayFit lève 70 millions d’euros pour doubler de taille en 2020

PayFit lève 70 millions d’euros pour doubler de taille en 2020

La start-up qui digitalise et simplifie la gestion de paie et des RH frappe un grand coup avec l’une des plus grosses levées de fonds de l’histoire de...

N. Boudot (Softbank Robotics) : "Nous avons diffusé 25 000 robots dans le monde"

N. Boudot (Softbank Robotics) : "Nous avons diffusé 25 000 robots dans le monde"

Le géant japonais de la téléphonie mobile Softbank mène depuis plusieurs années une stratégie d’investissement frénétique dans les nouvelles technolog...

A. Gressier (La Redoute) : "Une transformation digitale, ce n’est jamais terminé"

A. Gressier (La Redoute) : "Une transformation digitale, ce n’est jamais terminé"

Le groupe a réussi, in extremis, son come-back en accélérant à partir de 2014 sa transformation digitale. Le géant de Roubaix, s'est recentré sur le e...

C. Orlhac (Aurep) : "Nous sommes très fiers de notre partenariat avec l’AFFO"

C. Orlhac (Aurep) : "Nous sommes très fiers de notre partenariat avec l’AFFO"

Structurée autour d’une équipe pédagogique d’une soixantaine de personnes, l’Aurep dispense depuis 25 ans des formations en gestion de patrimoine dans...

S. Genet (Carat Capital) : "La croissance externe n’est pas exclue"

S. Genet (Carat Capital) : "La croissance externe n’est pas exclue"

Positionnement de son cabinet de gestion de patrimoine, attente de sa clientèle, montée en puissance du private equity, importance du groupement de la...

Le management de transition, avenir du directeur financier

Le management de transition, avenir du directeur financier

Ces dix dernières années, le management de transition a séduit de plus en plus de dirigeants. Cette évolution, liée au changement du marché du travail...

Cloud : Google renforce son offre avec le rachat de Looker

Cloud : Google renforce son offre avec le rachat de Looker

La transaction, d’une valeur de 2,6 MD$, est le quatrième plus gros coup de l’histoire du géant de Mountain View sur le terrain du M&A.

L.Martinez (Alstom) : "D’ici trois ou quatre ans, un certain nombre de processus seront automatisés"

L.Martinez (Alstom) : "D’ici trois ou quatre ans, un certain nombre de processus seront automatisés"

Laurent Martinez a pris ses fonctions de directeur financier d’Alstom le 1er juillet 2018 après une carrière chez Airbus, alors que le projet de fusio...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message