Le match : Pepsi vs Coca Cola

Les deux rivaux s'affrontent sur le marché des sodas. Diversification, digital, capitalisation... Les champs de bataille sont nombreux. Qui est le gagnant ?

Les deux rivaux s'affrontent sur le marché des sodas. Diversification, digital, capitalisation... Les champs de bataille sont nombreux. Qui est le gagnant ?

1 – Diversification : Pepsi

À leurs débuts, les deux entreprises vendaient simplement des sodas à base de cola. En 2020, elles sont plus que jamais des multinationales à plusieurs branches. The Coca-Cola Company, fondée à Atlanta à la fin du XIXe, rassemble plusieurs marques : Coca-Cola et ses dérivés Light, Zero ou encore Cherry. Mais aussi des boissons bien connues telles que Sprite, Fanta, l’eau Dasani ou encore Minute Maid. Au total, la firme compte plus de vingt marques valorisées plus d’un milliard de dollars chacune par le groupe. La diversification se poursuit année après année. En août 2018, le groupe a frappé un grand coup en déboursant 5,1 milliards de dollars pour racheter Costa Coffee à Whitbread. Un mois, plus tard, il met la main sur le groupe français Tropico.

PepsiCo, pour sa part, estime que vingt-deux de ses griffes valent plus d’un milliard de dollars. Mais la société née en 1965 de la fusion de Pepsi-Cola Company et Frito-Lay, vend également des snacks et des apéritifs. Propriétaire de Gatorade, Lay’s, Dorito ou encore de Quaker, Pepsi est l’entreprise la plus diversifiée. Dans les boissons, cette dernière a également su varier ses actifs. En rachetant Tropicana en 1998, PepsiCo est devenu le numéro un mondial des jus de fruits. Les diverses enseignes de Pepsi, dont le siège social se situe dans l’État de New York, font sa force. Cette stratégie de diversification tout azimut se poursuit année après année. Ainsi, en 2018, Pepsi a dépensé 3,1 milliards de dollars pour acheter SodaStream, une multinationale israélienne qui fabrique des appareils spécialisés dans la gazéification de boissons.

2 – Internationalisation : Coca-Cola

Au niveau de l'internationalisation, Coca-Cola prend l’avantage. Les États-Unis ne constituent plus son marché principal puisqu’ils représentent 43 % de son chiffre d’affaires en 2019. Soulignons également que c'est au Mexique que la consommation de Coca-Cola par habitant est la plus élevée (225 litres par habitants).

Pour Pepsi, la majorité du chiffre d'affaires s'effectue encore sur le marché de l'Oncle Sam où le groupe y réalise 51,3 % de ses revenus en 2019. Soulignons toutefois que Pepsi a réussi à s'implanter en URSS en 1972, s'assurant un monopole et évinçant Coca-Cola jusqu'en 1985. Pepsi était payé en Vodka qu'il revendait en dollars... Puis en navires et en sous-marins ! Pepsi fut le premier "produit capitaliste de grande consommation" disponible en URSS. Désormais, Coca-Cola domine le marché russe.

Le groupe Pepsi s'est implanté en URSS bien avant Coca-Cola

3 – Capitalisation boursière : Coca-Cola

La capitalisation boursière de Pepsi est estimée à 171 milliards de dollars en 2019. Un chiffre moins élevé que celle de Coca-Cola : 200 milliards de dollars.

4 – Stratégie : Coca-Cola

Dans les années 1980, pour soutenir la croissance exponentielle de ses ventes, Coca-Cola a intégré toute la chaîne de production autour de The Coca-Cola Company, l’entreprise productrice de concentré de coca, l’élément le plus rentable de la chaîne de valeur. La firme a ainsi racheté ses embouteilleurs pour les rendre plus efficients et réaliser des économies d’échelle. Le mouvement de concentration s’est poursuivi : en 2014, elle a vendu 86 % de son volume de concentré à ses propres embouteilleurs. En août 2015, trois représentants européens de Coca-Cola ont fusionné pour devenir Coca-Cola European Partners, donnant naissance à un groupe valorisé 28 milliards d’euros.

Pepsi a suivi cette stratégie d’intégration verticale en créant Pepsi Bottling Group. Mais avec un temps de retard et un succès moindre.

5 – Communication : Coca-Cola

Historiquement Coca-Cola a l’avantage. La boisson gazeuse sucrée aux couleurs rouge et blanche est devenue un symbole des États-Unis, Coca-Cola garde la main sur quelques jackpots : sponsor officiel de la Coupe du monde Fifa et partenaire de McDonald’s depuis 1955. Une division de l’entreprise est même consacrée à la chaîne de restauration rapide.

Pepsi n’a pas dit son dernier mot. Preuve en est la marque est parvneue à remplacer Coca-Cola comme sponsor de la NBA en 2015 (Coca Cola y régnait depuis 1986). PepsiCo tente également de marquer les esprits en lançant un smartphone (fabriqué par une firme chinoise) dans l’empire du Milieu début 2016.

6  – Réseaux sociaux : Coca Cola

Séduire les millennials est en enjeu clé pour les deux mastodontes. Et les réseaux sociaux constituent un terrain de jeu privilégié. En juillet 2020, sur Facebook Coca Cola mène la danse avec 106 millions d'abonnés contre seulement 37 pour Pepsi.

Toujours en juillet 2020, c'est Coca Cola qui domine Instagram avec 2,6 millions d'abonnés contre 1,6 millions pour Pepsi.

Sur Twitter, sur la même période, les résultats sont plus nuancés. Le compte Coca Cola est suivi par 3,3 millions de twittos contre 2,9 pour Pepsi. Mais Pepsi twitté que 52 900 fois contre 20 200 pour Coca- Cola. Nous parlons ici des comptes officiels en anglais. Chaque marque duplique sa stratégie digitale au niveau local.

Conclusion : Coca-Cola : 5 – Pepsi : 1

Pepsi est plus diversifié que son concurrent. Mais Coca-Cola reste le roi du marché, notamment grâce à son rang de symbole de "l'american way of life". 

La Rédaction

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Alain Afflelou : "Le monde d’après ne sera rien d’autre que le monde d’avant, en plus pauvre"

Alain Afflelou : "Le monde d’après ne sera rien d’autre que le monde d’avant, en plus pauvre"

Alors que, partout, l’émergence imminente d’un monde d’après Covid semble faire consensus, Alain Afflelou le reconnaît : il n’y croit pas. Sans cynism...

P. Cleach (François, Cleach & Associés) : “Le pire caractère de la crise actuelle tient à l’incertitude qu’elle génère”

P. Cleach (François, Cleach & Associés) : “Le pire caractère de la crise actuelle tient à l’incertit...

Plus qu'un avocat, Philippe Cleach a également porté la casquette d'entrepreneur familial et celle de président d'un grand groupe de mode, chez Cerrut...

LFPI en pole position pour la reprise de Meeschaert

LFPI en pole position pour la reprise de Meeschaert

La société d’investissement LFPI est entrée en négociations exclusives avec Meeschaert ce week-end, d’après Les Echos. Elle figure en première place p...

D. Charlet (Anacofi) : "Les cabinets de CGP seront forcement impactés par la crise"

D. Charlet (Anacofi) : "Les cabinets de CGP seront forcement impactés par la crise"

Le modèle économique des cabinets de conseil en gestion de patrimoine peut-il les protéger de la crise ? David Charlet, président de l’Anacofi estime...

V. Placier (Quadient) : "Nous devons être capables, au quotidien, de courir un marathon plutôt qu’un sprint"

V. Placier (Quadient) : "Nous devons être capables, au quotidien, de courir un marathon plutôt qu’un...

Entre digitalisation, pilotage du risque client et gestion des talents, Vincent Placier, Directeur administratif et financier de Quadient France (anci...

Rémy Weber quitte le directoire de La Banque Postale

Rémy Weber quitte le directoire de La Banque Postale

La filière bancaire du groupe La Poste annonce le départ de son président du directoire, Rémy Weber. Une séparation liée à des désaccords sur la gouve...

Hollywood vs Bollywood : le match

Hollywood vs Bollywood : le match

Les États-Unis construisent leur puissance sur le soft power dont Hollywood est la locomotive. Avec Bollywood, l'Inde espère rivaliser à moyen-terme....

B.Revol (O2 Care Services) : "Nous avons maintenu l’activité, contrairement à nos concurrents"

B.Revol (O2 Care Services) : "Nous avons maintenu l’activité, contrairement à nos concurrents"

Leader dans les métiers de services à la personne, O2 est une entreprise en forte croissance qui a fait le choix de maintenir son activité durant la p...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message