Hollywood vs Bollywood : le match

Bollywood n'est plus destiné à jouer les seconds rôles et affiche ses ambitions. Jusqu'à faire peur à son grand frère américain ?

Bollywood n'est plus destiné à jouer les seconds rôles et affiche ses ambitions. Jusqu'à faire peur à son grand frère américain ?

1- Nombre de films tournés : Bollywood

Chaque année, Bollywood produit  en moyenne 1 600 films. Un chiffre impressionnant qui correspond également au nombre de films tournés à Nollywood, les studios nigerians. Hollywood est loin derrière avec seulement 500 productions au compteur.

2 - Nombre de tickets écoulés : Bollywood

En 2017, en Inde, la recette des films bollywoodiens s'élève à 4 milliards de dollars. Sur la même période, 1,5 milliards de tickets hollywoodiens se sont écoulés au pays de l'Oncle Sam. Une différence d’autant plus remarquable que le prix moyen d’un ticket est de cinquante centimes de dollars en Inde contre un peu plus de sept dollars aux États-Unis.

3 - Revenus : Hollywood

À la traîne au niveau de la production, Hollywood explose son « concurrent » en matière de revenus. En 2016, le cinéma américain a généré cinquante milliards de dollars, contre seulement deux milliards de dollars pour Bollywood. Avec un taux de croissance moyen de 10 % par an, le cinéma indien fait tout de même mieux que les États-Unis (5 % en 2014). Pour autant, même à ce rythme-là, il faudrait à l’Inde plus de soixante-dix ans pour se hisser au niveau américain.

Chennai Express, le film indien ayant généré le plus de revenus avec près de 100 millions de dollars arrive bien loin des 2,7 milliards de dollars de recettes d'Avatar, record de tous les temps. Soulignons également qu'à Hollywood, 37 films ont dépassé le milliard de dollards de recettes. Derniers en date : Black Panther et Avengers, Infinity War.

4 - Internationalisation : Hollywood

Le succès du cinéma américain réside dans sa suprématie au niveau mondial. En Europe, les films américains représentent 82 % du marché. Pour comparaison, les films de Bollywood ne dépassent pas les 1 %. En Inde, l’industrie cinématographique américaine équivaut à environ 14 % du marché. À l’inverse, Bollywood ne représente que 0,7 % du marché américain où les productions nationales font la loi avec 96 % du secteur.

5 - Marketing : Hollywood

Pour maintenir sa domination, Hollywood investit massivement dans la communication. En moyenne, la production d’un film américain coûte 27,3 millions de dollars en marketing. Pour comparaison, ce montant n’est que de 500 000 dollars pour chaque production indienne. L’écart se réduit néanmoins dans le cadre des superproductions.

6 - Salaire des acteurs : Hollywood

Désormais, les stars de Bollywood font mieux que se défendre. Mais cela ne suffit pas. Ainsi, selon Forbes, le top 10 des acteurs les mieux payés en 2017 compte deux indiens : Akshay Kumar septième et Salman Khan, neuvième. Les huit autres positions sont occupées par des américains. La première place est trustée par Georges Clooney qui a gagné 239 millions de dollars.

7 - Rentabilité : Hollywood

Le coût de production d’un film américain est de 50 millions de dollars en moyenne, contre seulement 1,5 million de dollars pour Bollywood. Les films au budget moyen n’arrivent plus à percer face à la concurrence des superproductions. Dans ce domaine-là, Hollywood a toujours un net avantage. Sur les dix films les plus rentables de 2018 tous américains.

Résultat : Hollywood : 5 – Bollywood : 2

Reflet de la domination américaine, Hollywood est encore loin devant Bollywood. Grâce à sa mainmise à l’international, le cinéma américain génère des revenus que l’Inde, trop dépendante de son marché national, ne peut égaler. Pour autant, Hollywood a bien compris que le marché indien pouvait être source d’opportunités. Depuis 2010, la Motion Picture Association of America (MPAA), qui réunit les principaux studios, multiplie les accords pour augmenter le nombre de films indiens tournés à Hollywood. Et si Hollywood réussissait à rendre Bollywood bankable à l’étranger ?

Vincent Paes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Sophie Henry (CMAP) : « Veiller à ce que la médiation ne soit pas victime de son succès »

Sophie Henry (CMAP) : « Veiller à ce que la médiation ne soit pas victime de son succès »

Ancienne avocate au barreau de Paris et spécialiste du règlement des litiges pour les entreprises, Sophie Henry est déléguée générale du CMAP depuis 2...

Le M&A tire les performances de Lazard

Le M&A tire les performances de Lazard

Malgré une année difficile sur les marchés de la gestion d’actifs, la banque d’affaires garde le sourire grâce aux opérations de fusions-acquisitions....

Simon Larger (Région Île-de-France) : « L’autonomie  des universités doit s'inscrire dans une approche économique globale »

Simon Larger (Région Île-de-France) : « L’autonomie des universités doit s'inscrire dans une approc...

Plusieurs universités françaises ont enclenché la dévolution de leur patrimoine immobilier, comme le prévoit la LRU. Successivement consultant « finan...

Télévision : M6 rachète le pôle TV de Lagardère

Télévision : M6 rachète le pôle TV de Lagardère

Le groupe audiovisuel renforce son offre destinée à la jeunesse alors que Lagardère continue de réduire son exposition aux médias.

Valtus et Atreus acquièrent Alium Partners

Valtus et Atreus acquièrent Alium Partners

Une acquisition à parité qui renforce les synergies au sein du groupe Globalise.

CPR AM : La croissance allemande navigue en eaux troubles

CPR AM : La croissance allemande navigue en eaux troubles

Les récents événements climatiques n’ont pas fait fondre que les glaciers de l'Antarctique. Les mauvais chiffres de la croissance allemande au second...

Barclays et Rothschild pris dans l’imbroglio Covéa-Scor

Barclays et Rothschild pris dans l’imbroglio Covéa-Scor

Dans la cadre du projet d’OPA, les deux banques d’affaires sont attaquées au civil par la Scor. Et c’est une autre banque, Credit Suisse, qui a alimen...

M&A : l’Europe valide 2018 avec mention

M&A : l’Europe valide 2018 avec mention

Au niveau mondial, le M&A s’est davantage distingué par ses deals en hausse que par ses performances. Seule l’Europe a réussi une vraie belle anné...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message