Hollywood vs Bollywood : le match

Les États-Unis construisent leur puissance sur le soft power dont Hollywood est la locomotive. Avec Bollywood, l'Inde espère rivaliser à moyen-terme. Pour le moment, les Américains sont loin devant. La preuve en chiffres.

Les États-Unis construisent leur puissance sur le soft power dont Hollywood est la locomotive. Avec Bollywood, l'Inde espère rivaliser à moyen-terme. Pour le moment, les Américains sont loin devant. La preuve en chiffres.

1- Nombre de films tournés : Bollywood

Sur la période 2014-2019, Bollywood produit en moyenne 1 600 films chaque année. Un chiffre impressionnant qui correspond également au nombre de films tournés à Nollywood, les studios nigerians. Hollywood est loin derrière avec seulement 500 productions au compteur. Mais, les longs métrages américains sont distribués sur tous les continents. Accordons tout de même le point à l'Inde.

2 - Revenus : Hollywood

À la traîne au niveau de la production, Hollywood bat à plate-couture son concurrent en matière de revenus. En 2018, le cinéma américain a généré 96,8 milliards de dollars (40 milliards pour le cinéma, le reste dépendant de la vidéo à la demande et des produits dérivés), Bollywood, de son côté, ne peut se targuer que d'une recette de 2 milliards de dollars sur la même période. Avec un taux de croissance moyen de 10 % par an entre 2017 et 2018, le cinéma indien fait même moins bien que les États-Unis (16,5 %). 

Chennai Express, le film indien ayant généré le plus de revenus avec près de 100 millions de dollars arrive bien loin des 2,7 milliards de dollars de recettes d'Avatar, record de tous les temps. Soulignons également qu'à Hollywood, 37 films ont dépassé le milliard de dollards de recettes. Derniers en date : Black Panther et Avengers, Infinity War. Dans l'histoire du cinéma, les 50 films qui ont rapporté le plus d'argent sont tous américains.

3 - Internationalisation : Hollywood

Le succès du cinéma américain réside dans sa suprématie au niveau mondial. En Europe, les films américains représentent 82 % du marché. Par comparaison, les films de Bollywood ne dépassent pas les 1 %. En Inde, l’industrie cinématographique américaine équivaut à environ 14 % du marché. À l’inverse, Bollywood ne représente que 0,7 % du marché américain où les productions nationales font la loi avec 96 % du secteur. Les chiffres donnés ci-dessus datent de 2019.

4 - Marketing : Hollywood

Pour maintenir sa domination, Hollywood investit massivement dans la communication. En moyenne, la production d’un film américain coûte 27,3 millions de dollars en marketing. En comparaison, ce montant n’est que de 500 000 dollars pour chaque production indienne. 

5 - Salaire des acteurs : Hollywood

Désormais, les stars de Bollywood font mieux que se défendre. Mais cela ne suffit pas. Ainsi, selon Forbes, le top 10 des acteurs les mieux payés en 2020 compte un seul indien : Akshay Kumar, sixième. Les autres places sont toutes occupées par des acteurs qui doivent leur célébrité à Hollywood, même s'ils ne sont pas tous américains (Jackie Chan).

6 - Rentabilité : Hollywood

Le coût de production d’un film américain est de 50 millions de dollars en moyenne, contre seulement 1,5 million de dollars en Inde. Les films au budget moyen n’arrivent plus à percer face à la concurrence des superproductions. Dans ce domaine-là, Hollywood a toujours un net avantage. Sur les dix films les plus rentables de 2019, tous sont américains.

Résultat : Hollywood : 5 – Bollywood : 1

Reflet de la domination américaine, Hollywood est encore loin devant Bollywood. Grâce à sa mainmise à l’international, le cinéma américain génère des revenus que l’Inde, trop dépendante de son marché national, ne peut égaler. Pour autant, Hollywood a bien compris que le marché indien pouvait être source d’opportunités. Depuis 2010, la Motion Picture Association of America (MPAA), qui réunit les principaux studios, multiplie les accords pour augmenter le nombre de films indiens tournés à Hollywood. Et si Hollywood réussissait à rendre Bollywood bankable à l’étranger ?

Lucas Jakubowicz et Vincent Paes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Laurent Musy (Terreal) : "L’industrie et les sociétés comme les nôtres font partie de la solution"

Laurent Musy (Terreal) : "L’industrie et les sociétés comme les nôtres font partie de la solution"

Président directeur général de Terreal, acteur de référence des matériaux de construction en terre cuite, Laurent Musy a porté de grandes transformati...

M. Agache Durand (Groupama AM) : "Investir sur les marchés financiers est créateur d’emplois"

M. Agache Durand (Groupama AM) : "Investir sur les marchés financiers est créateur d’emplois"

Dans un environnement économique et financier marqué par la crise de la Covid-19, les sociétés de gestion ont montré une certaine résilience. Si Mirel...

Stéphane Boujnah (Euronext) : "Quand on a un projet ambitieux avec un plan cohérent et clair, on gagne"

Stéphane Boujnah (Euronext) : "Quand on a un projet ambitieux avec un plan cohérent et clair, on gag...

Après l’annonce de la signature d’un accord pour l’acquisition du groupe Borsa Italiana, Euronext s’impose encore dans le paysage boursier européen. S...

J.-D. Bachot (Fidelity International) : "L’ESG s’invite dans tous les conseils d’administration"

J.-D. Bachot (Fidelity International) : "L’ESG s’invite dans tous les conseils d’administration"

2020 a confirmé la montée en puissance de la prise en compte des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance dans les décisions d’investissem...

D'épicier à milliardaire, l'incroyable destin d'Ilson Mateus

D'épicier à milliardaire, l'incroyable destin d'Ilson Mateus

La plus importante introduction en Bourse brésilienne de 2020 est signée Ilson Mateus. Ce self-made-man, parti d’une simple épicerie en 1984, est aujo...

Louis Margueritte (Ciri) : "Le prochain enjeu sera celui de la taille des bilans"

Louis Margueritte (Ciri) : "Le prochain enjeu sera celui de la taille des bilans"

Bras armé de l’État dans l’aide aux entreprises de plus de 400 salariés, le Comité interministériel de restructuration industrielle (Ciri) voit sa mis...

La crise sanitaire, catalyseur de la digitalisation des acteurs du wealth management ?

La crise sanitaire, catalyseur de la digitalisation des acteurs du wealth management ?

Attendue depuis plusieurs années mais souvent réalisée a minima, la digitalisation du Wealth Management redevient une priorité absolue dans le context...

Inégalités de genre : imposer les femmes à la table des discussions

Inégalités de genre : imposer les femmes à la table des discussions

Les femmes paient le prix fort de la pandémie. Pour limiter le recul déjà constaté en matière d’égalité, le Women’s Forum plaide pour une inclusion pl...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte