Hollywood vs Bollywood : le match

En couronnant le film coréen Parasite aux Oscars, Hollywood montre son ouverture au monde. De quoi continuer à faire de la Californie la locomotive du cinéma mondial dans les années à venir ?

En couronnant le film coréen Parasite aux Oscars, Hollywood montre son ouverture au monde. De quoi continuer à faire de la Californie la locomotive du cinéma mondial dans les années à venir ?

1- Nombre de films tournés : Bollywood

Chaque année, Bollywood produit  en moyenne 1 600 films. Un chiffre impressionnant qui correspond également au nombre de films tournés à Nollywood, les studios nigerians. Hollywood est loin derrière avec seulement 500 productions au compteur.

2 - Nombre de tickets écoulés : Bollywood

En 2017, en Inde, la recette des films bollywoodiens s'élève à 4 milliards de dollars. Sur la même période, 1,5 milliards de tickets hollywoodiens se sont écoulés au pays de l'Oncle Sam. Une différence d’autant plus remarquable que le prix moyen d’un ticket est de cinquante centimes de dollars en Inde contre un peu plus de sept dollars aux États-Unis.

3 - Revenus : Hollywood

À la traîne au niveau de la production, Hollywood explose son « concurrent » en matière de revenus. En 2016, le cinéma américain a généré cinquante milliards de dollars, contre seulement deux milliards de dollars pour Bollywood. Avec un taux de croissance moyen de 10 % par an, le cinéma indien fait tout de même mieux que les États-Unis (5 % en 2014). Pour autant, même à ce rythme-là, il faudrait à l’Inde plus de soixante-dix ans pour se hisser au niveau américain.

Chennai Express, le film indien ayant généré le plus de revenus avec près de 100 millions de dollars arrive bien loin des 2,7 milliards de dollars de recettes d'Avatar, record de tous les temps. Soulignons également qu'à Hollywood, 37 films ont dépassé le milliard de dollards de recettes. Derniers en date : Black Panther et Avengers, Infinity War.

4 - Internationalisation : Hollywood

Le succès du cinéma américain réside dans sa suprématie au niveau mondial. En Europe, les films américains représentent 82 % du marché. Pour comparaison, les films de Bollywood ne dépassent pas les 1 %. En Inde, l’industrie cinématographique américaine équivaut à environ 14 % du marché. À l’inverse, Bollywood ne représente que 0,7 % du marché américain où les productions nationales font la loi avec 96 % du secteur.

5 - Marketing : Hollywood

Pour maintenir sa domination, Hollywood investit massivement dans la communication. En moyenne, la production d’un film américain coûte 27,3 millions de dollars en marketing. Pour comparaison, ce montant n’est que de 500 000 dollars pour chaque production indienne. L’écart se réduit néanmoins dans le cadre des superproductions.

6 - Salaire des acteurs : Hollywood

Désormais, les stars de Bollywood font mieux que se défendre. Mais cela ne suffit pas. Ainsi, selon Forbes, le top 10 des acteurs les mieux payés en 2017 compte deux indiens : Akshay Kumar septième et Salman Khan, neuvième. Les huit autres positions sont occupées par des américains. La première place est trustée par Georges Clooney qui a gagné 239 millions de dollars.

7 - Rentabilité : Hollywood

Le coût de production d’un film américain est de 50 millions de dollars en moyenne, contre seulement 1,5 million de dollars pour Bollywood. Les films au budget moyen n’arrivent plus à percer face à la concurrence des superproductions. Dans ce domaine-là, Hollywood a toujours un net avantage. Sur les dix films les plus rentables de 2018 tous américains.

Résultat : Hollywood : 5 – Bollywood : 2

Reflet de la domination américaine, Hollywood est encore loin devant Bollywood. Grâce à sa mainmise à l’international, le cinéma américain génère des revenus que l’Inde, trop dépendante de son marché national, ne peut égaler. Pour autant, Hollywood a bien compris que le marché indien pouvait être source d’opportunités. Depuis 2010, la Motion Picture Association of America (MPAA), qui réunit les principaux studios, multiplie les accords pour augmenter le nombre de films indiens tournés à Hollywood. Et si Hollywood réussissait à rendre Bollywood bankable à l’étranger ?

Vincent Paes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Le match : Pepsi vs Coca Cola

Le match : Pepsi vs Coca Cola

Les deux rivaux s'affrontent sur le marché des sodas. Diversification, digital, capitalisation... Les champs de bataille sont nombreux. Qui est le gag...

Cyrus Conseil met la main sur le cabinet V2A Patrimoine

Cyrus Conseil met la main sur le cabinet V2A Patrimoine

Désormais accompagné du fonds d’investissement Bridgepoint, Cyrus Conseil conclut sa seconde acquisition en 2020 en entrant au capital du cabinet V2A...

Ferroviaire : Alstom reprend le fabricant de disques de frein Ibre

Ferroviaire : Alstom reprend le fabricant de disques de frein Ibre

Le géant français de l’équipement pour les transports continue sa mue vers plus d’innovation et de durabilité.

Les dirigeants de PME et ETI  agissent-ils pour le climat ?

Les dirigeants de PME et ETI agissent-ils pour le climat ?

Selon une étude publiée le 8 juillet par Bpifrance le Lab, 80 % des patrons ont conscience de l’urgence climatique. Pour autant, seuls 13 % déclarent...

Webinaire : "Quels conseils apporter aux épargnants et investisseurs en période d'incertitude ?"

Webinaire : "Quels conseils apporter aux épargnants et investisseurs en période d'incertitude ?"

Quelles sont les bonnes pratiques à mettre en oeuvre pour gérer avec pertinence ses portefeuilles financiers ? Éric Bachmann, fondateur de Patrimum Gr...

J-M. Mercadal (OFI AM) : "Les marchés considèrent que le trou d’air lié au Covid-19 est terminé"

J-M. Mercadal (OFI AM) : "Les marchés considèrent que le trou d’air lié au Covid-19 est terminé"

La forte remontée des marchés actions interroge. La bourse est-elle aujourd'hui déconnectée de l’économie ? Ou est-elle tout simplement prête à payer...

Natixis et La Banque Postale unissent leurs activités de gestion de taux et assurantielle

Natixis et La Banque Postale unissent leurs activités de gestion de taux et assurantielle

Ce nouveau rapprochement entre les deux groupes bancaires annonce la naissance d’un futur leader européen en la matière.

P. Ganansia (Herez) : "Le mouvement de consolidation ne va pas s’arrêter"

P. Ganansia (Herez) : "Le mouvement de consolidation ne va pas s’arrêter"

Herez, la société de conseil en gestion de patrimoine fondée par Patrick Ganansia, vient pour la première fois de son histoire d’accueillir un actionn...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message