Hollywood vs Bollywood : le match

Bollywood n'est plus destiné à jouer les seconds rôles et affiche ses ambitions. Jusqu'à faire peur à son grand frère américain ?

Bollywood n'est plus destiné à jouer les seconds rôles et affiche ses ambitions. Jusqu'à faire peur à son grand frère américain ?

1- Nombre de films tournés : Bollywood

Chaque année, Bollywood produit  en moyenne 1 600 films. Un chiffre impressionnant qui correspond également au nombre de films tournés à Nollywood, les studios nigerians. Hollywood est loin derrière avec seulement 500 productions au compteur.

2 - Nombre de tickets écoulés : Bollywood

En 2017, en Inde, la recette des films bollywoodiens s'élève à 4 milliards de dollars. Sur la même période, 1,5 milliards de tickets hollywoodiens se sont écoulés au pays de l'Oncle Sam. Une différence d’autant plus remarquable que le prix moyen d’un ticket est de cinquante centimes de dollars en Inde contre un peu plus de sept dollars aux États-Unis.

3 - Revenus : Hollywood

À la traîne au niveau de la production, Hollywood explose son « concurrent » en matière de revenus. En 2016, le cinéma américain a généré cinquante milliards de dollars, contre seulement deux milliards de dollars pour Bollywood. Avec un taux de croissance moyen de 10 % par an, le cinéma indien fait tout de même mieux que les États-Unis (5 % en 2014). Pour autant, même à ce rythme-là, il faudrait à l’Inde plus de soixante-dix ans pour se hisser au niveau américain.

Chennai Express, le film indien ayant généré le plus de revenus avec près de 100 millions de dollars arrive bien loin des 2,7 milliards de dollars de recettes d'Avatar, record de tous les temps. Soulignons également qu'à Hollywood, 37 films ont dépassé le milliard de dollards de recettes. Derniers en date : Black Panther et Avengers, Infinity War.

4 - Internationalisation : Hollywood

Le succès du cinéma américain réside dans sa suprématie au niveau mondial. En Europe, les films américains représentent 82 % du marché. Pour comparaison, les films de Bollywood ne dépassent pas les 1 %. En Inde, l’industrie cinématographique américaine équivaut à environ 14 % du marché. À l’inverse, Bollywood ne représente que 0,7 % du marché américain où les productions nationales font la loi avec 96 % du secteur.

5 - Marketing : Hollywood

Pour maintenir sa domination, Hollywood investit massivement dans la communication. En moyenne, la production d’un film américain coûte 27,3 millions de dollars en marketing. Pour comparaison, ce montant n’est que de 500 000 dollars pour chaque production indienne. L’écart se réduit néanmoins dans le cadre des superproductions.

6 - Salaire des acteurs : Hollywood

Désormais, les stars de Bollywood font mieux que se défendre. Mais cela ne suffit pas. Ainsi, selon Forbes, le top 10 des acteurs les mieux payés en 2017 compte deux indiens : Akshay Kumar septième et Salman Khan, neuvième. Les huit autres positions sont occupées par des américains. La première place est trustée par Georges Clooney qui a gagné 239 millions de dollars.

7 - Rentabilité : Hollywood

Le coût de production d’un film américain est de 50 millions de dollars en moyenne, contre seulement 1,5 million de dollars pour Bollywood. Les films au budget moyen n’arrivent plus à percer face à la concurrence des superproductions. Dans ce domaine-là, Hollywood a toujours un net avantage. Sur les dix films les plus rentables de 2018 tous américains.

Résultat : Hollywood : 5 – Bollywood : 2

Reflet de la domination américaine, Hollywood est encore loin devant Bollywood. Grâce à sa mainmise à l’international, le cinéma américain génère des revenus que l’Inde, trop dépendante de son marché national, ne peut égaler. Pour autant, Hollywood a bien compris que le marché indien pouvait être source d’opportunités. Depuis 2010, la Motion Picture Association of America (MPAA), qui réunit les principaux studios, multiplie les accords pour augmenter le nombre de films indiens tournés à Hollywood. Et si Hollywood réussissait à rendre Bollywood bankable à l’étranger ?

Vincent Paes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

J-L. Chetrit (Union des Marques) : "Une marque doit avoir trois bénéfices : fonctionnel, émotionnel et sociétal"

J-L. Chetrit (Union des Marques) : "Une marque doit avoir trois bénéfices : fonctionnel, émotionnel...

Dix ans après sa première initiative, l’Union des Marques a lancé en 2018 le « programme FAIRe, 15 engagements pour une communication responsable ». S...

"Tech sans affect n’est que mort de l’humanité"

"Tech sans affect n’est que mort de l’humanité"

Soixante ans de carrière dans le marketing. À faire des marques, petites d’abord, puis internationales. À coups de slogans cultes et de campagnes grav...

Rupture déclarée pour TechnipFMC

Rupture déclarée pour TechnipFMC

Le M&A n’est pas toujours la solution. Annoncé en grande pompe comme « un succès retentissant » en 2016, le mariage entre les deux groupes parapét...

J. Cherki (Contentsquare) : "La croissance externe permet un gain de temps certain"

J. Cherki (Contentsquare) : "La croissance externe permet un gain de temps certain"

Fondateur de Contentsquare, la start-up française d’optimisation de l’expérience digitale, Jonathan Cherki affiche son ambition : être un leader mondi...

Fonds long/short actions : l’heure est-elle venue ?

Fonds long/short actions : l’heure est-elle venue ?

Alors que l’environnement de marché paraît favorable aux fonds long/short actions, leurs performances ne sont pas encore au rendez-vous. Décryptage d’...

G. Gibault (Le Slip français) : "Le made in France, un engagement sociétal"

G. Gibault (Le Slip français) : "Le made in France, un engagement sociétal"

Entrepreneur invité à la première édition de l’université d’été de l’économie de demain (UEED), Guillaume Gibault dresse le bilan du made in France. U...

Hélène Bourbouloux : la référence

Hélène Bourbouloux : la référence

Depuis le 28 août, Hélène Bourbouloux est l'administratrice provisoire d'Aigle Azur. Portrait de l’administratrice judiciaire la plus capée de l’Hexag...

S'implanter en Chine : choisir le portage Salarial ou la Wfoe

S'implanter en Chine : choisir le portage Salarial ou la Wfoe

La forte croissance économique de la Chine attire chaque année de nouvelles entreprises étrangères qui souhaitent s’y implanter. Le marché chinois off...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message