R.Huret (EHESS) : "Là où beaucoup tergiversent avec la Chine, Trump a tranché"

En s’attaquant frontalement à la Chine, désormais désignée ennemie numéro 1 de l’économie américaine, le président Trump fait une fois de plus voler en éclats le consensus international. Historien spécialiste des États-Unis et directeur d’études à l’EHESS, Romain Huret revient sur les possibles effets de ce bras de fer sur une Europe où la tentation protectionniste semble plus forte que jamais.

En s’attaquant frontalement à la Chine, désormais désignée ennemie numéro 1 de l’économie américaine, le président Trump fait une fois de plus voler en éclats le consensus international. Historien spécialiste des États-Unis et directeur d’études à l’EHESS, Romain Huret revient sur les possibles effets de ce bras de fer sur une Europe où la tentation protectionniste semble plus forte que jamais.

Décideurs. S’engager dans une guerre commerciale avec la Chine constituait une promesse de campagne pour Donald Trump, quel en est l’objectif ?

Romain Huret. Pour lui, la compétition internationale est faussée par des lois fiscales inéquitables qui mènent les entreprises américaines à délocaliser dans des pays à moindre coût alors que, pendant ce temps, les produits chinois inondent le marché domestique. Tout l’enjeu de ce bras de fer consiste donc à faire revenir les emplois sur le sol américain. En désignant la Chine comme la menace, Trump met un coup d’arrêt à la tradition libre-échangiste. Jusqu’à maintenant l’Amérique était fascinée par le potentiel de consommation de la Chine ; désormais c’est son potentiel de destruction qui est pointé.

Derrière ce bras de fer se trouve donc un enjeu de compétitivité ?

De compétitivité et de concurrence déloyale, oui. Ce que Trump dénonce c’est le jeu inégal qui se joue avec la Chine. Il veut rééquilibrer l’échange. Il faut savoir que, longtemps, les droits de douanes ont financé les États ; aux États-Unis c’était le cas jusqu’à ce qu’en 1913 apparaisse l’impôt sur le revenu. Trump a envie de revenir à ça. Et comme l’Organisation mondiale du commerce a montré qu’elle ne parvenait pas à réguler les échanges, alors il passe à l’offensive comme à son habitude : avec des décisions unilatérales.

Quelle peuvent être les conséquences de ces tensions en Europe ?

Si le bras de fer se poursuit entre les deux premières puissances mondiales, le risque de déstabilisation est élevé pour nous. En attendant, l’Europe est confrontée aux mêmes risques que ceux dénoncés par Trump pour les États-Unis : nous aussi on sacrifie notre appareil productif, on délocalise nos emplois, surtout ceux qui sont faiblement qualifiés et, finalement, on fragilise nos démocraties, comme le montre la crise des gilets jaunes.

Pour l’heure, quelle est la position européenne face à cette guerre commerciale ?

Je pense qu’en Europe on applaudit discrètement aux mesures de Trump qui, de son côté, essaie clairement de nous convaincre de le suivre. On sent bien que, partout au sein de l’Union, le dogme libre-échangiste se fissure : de plus en plus de partis d’extrême gauche et d’extrême droite défendent des positions protectionnistes et il est clair que les mesures de Trump vont légitimer leur discours, d’autant plus que, depuis deux ans, les indicateurs du marché américain sont au beau fixe. En attendant, la Chine représente un marché d’un milliard de consommateurs et donc un potentiel d’exportation considérable pour les entreprises européennes même si, ici aussi, les règles de la concurrence sont faussées puisque la Chine ne répond pas aux mêmes obligations sociales, environnementales et économiques que nous.

"L'UE a un rapport compliqué à la Chine qui est à la fois un marché où l'on veut être présent et un ennemi auquel on a sacrifié des régions entières"

Qu’en est-il de la France ?

Pour l’heure nous sommes sur une position attentiste. Le Président Macron sait bien que, derrière la crise des gilets jaunes, c’est la question de la mondialisation qui se pose, du coût de l’emploi et du travail, des délocalisations et donc, de notre rapport à la Chine. Il ne l’aborde pas parce que c’est un sujet explosif. D’un côté on ne peut, socialement, s’aligner sur la Chine, de l’autre on ne peut sacrifier les entreprises qui y sont implantées en s’engageant dans un bras de fer… Comme le reste de l’Europe on a un rapport compliqué à ce pays qui est à la fois un marché où l’on veut être présent et un ennemi auquel on a sacrifié des régions entières. Là où beaucoup tergiversent, Trump a tranché et il l’a fait en faveur de l’emploi. En Europe, on continue pour l’instant à privilégier l’autre versant mais ça pourrait ne pas durer.

Propos recueillis par Caroline Castets

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Hong Kong, les banques sous tension ?

Hong Kong, les banques sous tension ?

Un mouvement de protestation oppose la population de Hong Kong, troisième place financière au monde, aux autorités chinoises. Ce conflit ouvert a-t-il...

Stanislas Guerini (LREM) : "Nous souhaitons accentuer notre présence dans les petites villes"

Stanislas Guerini (LREM) : "Nous souhaitons accentuer notre présence dans les petites villes"

Environnement, stratégie pour les municipales, réforme des retraites, politique européenne : Stanislas Guerini, député de Paris et délégué général de...

Royaume-Uni : Boris Johnson officiellement premier ministre

Royaume-Uni : Boris Johnson officiellement premier ministre

La situation était probable, elle est désormais actée. L’ancien maire de Londres succède à Theresa May à la tête de la Grande Bretagne.

Geoffroy Didier, le caméléon de la droite

Geoffroy Didier, le caméléon de la droite

Pour faire émerger une droite moderne et libérale, l’eurodéputé compte lancer son propre mouvement tout en restant chez LR. Un choix surprenant pour u...

La visite de Greta Thunberg à l'Assemblée nationale fait polémique

La visite de Greta Thunberg à l'Assemblée nationale fait polémique

Effet de mode gonflé aux réseaux sociaux pour les uns, icône incontestée d’une nouvelle génération pour les autres, Greta Thunberg n’en finit pas de d...

La fiscalité s’invite au G7

La fiscalité s’invite au G7

En votant la taxe Gafa le 11 juillet, la France a ouvert la voie. C’est tout naturellement que les sept plus grands argentiers du monde, réunis en G7...

François de Rugy donne sa démission

François de Rugy donne sa démission

Mardi 16 juillet, le ministre de la Transition écologique a annoncé qu’il quittait ses fonctions, tout en s’estimant victime d’un lynchage médiatique.

Guerre spatiale : la France passe à l’offensive

Guerre spatiale : la France passe à l’offensive

Le président de la République a présenté le 13 juillet la stratégie de défense spatiale de la France. Elle passe par un investissement de 3,6 milliard...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message