Pari tenu pour Boris Johnson

En provocant des élections législatives anticipées Boris Johnson jouait son poste et le Brexit. Réélu avec une large majorité, il a désormais les mains libres pour mettre en œuvre le Brexit comme il s’y était engagé : au 31 janvier.

En provocant des élections législatives anticipées Boris Johnson jouait son poste et le Brexit. Réélu avec une large majorité, il a désormais les mains libres pour mettre en œuvre le Brexit comme il s’y était engagé : au 31 janvier.

Il le savait, le risque était élevé. En provoquant des élections législatives anticipées, Boris Johnson jouait son poste de premier ministre et, avec lui, l’avenir du Brexit. Son opposant travailliste, Jérémy Corbyn avait été clair sur ses intentions : lui élu, il s’engageait à renégocier l’accord arraché à Bruxelles en octobre dernier, puis à le soumettre à l’approbation des citoyens britanniques via un nouveau référendum leur donnant le choix entre une sortie de l’Union avec cet accord nouvelle version et… pas de sortie du tout.

Les coudées franches

Boris Johnson, de son côté, s’y était engagé : s’il remportait l’élection, il mettrait le Brexit en oeuvre selon les modalités négociées à Bruxelles et une fois de plus rejetées par le parlement britannique au 31 janvier prochain. Pour cela obtenir la majorité ne suffisait pas. Il lui fallait être réélu avec la majorité absolue afin d’avoir enfin les coudées franches. Le pari était donc risqué et l’enjeu, majeur.

Pour BoJo, c'est la fin du suspense et pour le Brexit, la sortie de l'impasse.

Le 12 décembre, le résultat du scrutin lui donnait pourtant raison en le réélisant à la tête du gouvernement et en accordant à son parti, avec 364 sièges contre 203 pour les Travaillistes, la majorité absolue dont il avait besoin. Pour Boris Johnson, c’est la fin du suspense et pour le Brexit, la sortie de l’impasse. Une double victoire que les Conservateurs doivent en partie au ralliement du Brexit Party de Nigel Farage.

Négociations, suite et fin

Première étape du nouveau calendrier politique: la présentation, prévue avant Noël, de l’accord négocié avec Bruxelles aux 650 députés nouvellement élus de manière à tenir la date de sortie du 31 janvier et écarter tout risque d’un quatrième report. Passée cette date, restera au gouvernement britannique à organiser l’après, à savoir à définir et négocier les termes des nouvelles relations commerciales que le Royaume-Uni entretiendra, à l’avenir, avec les différents pays partenaires. Tâche qui devrait s’avérer aussi ardue, sinon plus, que l’aura été sa sortie effective de l’Union européenne, c’est dire… et qui devrait occuper le gouvernement une bonne partie de l’année prochaine, la deadline pour voir ces négociations aboutir à des accords définitifs ayant été fixée à la fin décembre 2020. Toujours prompt a réagir, Donald Trump a immédiatement rassuré son homologue britannique en promettant au Royaume-Uni un accord commercial "potentiellement bien plus gros et lucratif que tout accord conclu avec l’Union européenne."

Caroline Castets

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Sophie Cluzel : "La France consacre 2,2% de son PIB aux personnes en situation de handicap"

Sophie Cluzel : "La France consacre 2,2% de son PIB aux personnes en situation de handicap"

Aides aux entreprises, baromètre, mentorat… Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées revient sur les initiatives destinées à...

Édito. Haro sur les déviants

Édito. Haro sur les déviants

De nombreuses personnalités "issues de la diversité" prennent position pour défendre l’universalisme, combattre le communautarisme et l’essentialisati...

T.Lentz (Fondation Napoléon) : "L'UE ne bâtit pas son unité autour de personnages historiques"

T.Lentz (Fondation Napoléon) : "L'UE ne bâtit pas son unité autour de personnages historiques"

Historien et directeur de la Fondation Napoléon, Thierry Lentz revient sur les célébrations du bicentenaire de la mort de l’Empereur à l’échelle europ...

Quand l’UE enterre Napoléon

Quand l’UE enterre Napoléon

Le bicentenaire de la mort de l’Empereur ne sera pas célébré par l’Union européenne malgré une vraie popularité du personnage dans de nombreux États m...

UE vs Astra Zeneca : tout savoir sur les enjeux juridiques

UE vs Astra Zeneca : tout savoir sur les enjeux juridiques

La Commission européenne a saisi la justice belge vendredi 23 avril dans le cadre de son contrat conclu avec Astra Zeneca. L’Europe proteste contre le...

Régionales. Valérie Pécresse peut-elle perdre ?

Régionales. Valérie Pécresse peut-elle perdre ?

Pour de nombreux observateurs de la vie politique, pas besoin de faire campagne en Ile-de-France. Les jeux sont déjà faits. Grâce à son bilan et à une...

Allemagne : les écolos aux portes du pouvoir

Allemagne : les écolos aux portes du pouvoir

Après quinze années à la tête du gouvernement, Angela Merkel cédera son siège en septembre. Une alternance semble plus que jamais possible et pourrait...

Super League : l’heure du putsch a sonné

Super League : l’heure du putsch a sonné

Coup de tonnerre sur le monde du foot, les "riches" font sécession. Plusieurs grands clubs veulent créer leur propre compétition quasi fermée. À la cl...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte