Motion de censure : Theresa May sauvée de justesse

Maintenue à son poste à quelques voix près, Theresa May survit à la motion de censure et reprend les négociations sur les conditions de mise en œuvre du Brexit.

Maintenue à son poste à quelques voix près, Theresa May survit à la motion de censure et reprend les négociations sur les conditions de mise en œuvre du Brexit.

Il s’en est fallu de peu, de 19 voix précisément, mais Theresa May est maintenue à son poste, les députés ayant finalement rejeté la motion de censure déposée contre elle mardi soir par l’opposition travailliste, à 325 voix contre 306. Pas de quoi pavoiser, certes, ni faire taire durablement l’opposition, mais de quoi la maintenir à la tête du gouvernement et lui permettre de « continuer le travail », à savoir : organiser les conditions du Brexit d’ici au 29 mars. Une mission qui semble aujourd’hui impossible tant les positions des uns et des autres sur les conditions du retrait paraissent irréconciliables, mais à laquelle la Première ministre a souhaité s’atteler sans attendre en rencontrant dans la foulée du vote l’ensemble des dirigeants de l’opposition « dans un esprit constructif ».

Parcours du combattant

 Pas sûr que cela suffise toutefois à dépasser les divisions internes. Le leader travailliste Jeremy Corbyn lui ayant déjà fait savoir qu’il ne s’assiérait à la table des négociations que si elle excluait l’option du « no deal » et beaucoup appelant encore à la mise en place d’un second référendum… et à parvenir à un compromis d’ici le lundi 21 janvier, date butoir à laquelle Theresa May devra présenter un « plan B » au Parlement avant, s’il est validé, d’aller le « vendre » à Bruxelles. Un parcours du combattant pour la Première ministre qui, mercredi soir, ne doit sa survie politique qu’au soutien du parti unioniste nord-irlandais – le DUP – et au ralliement des députés de son propre camp dont 118 l’avaient lâchée la veille, votant contre son projet d’accord.

« Je ne prends pas cette responsabilité à la légère, a-t-elle déclarée. Nous continuerons à travailler pour mettre en œuvre la promesse solennelle faite au peuple de ce pays ». À savoir : organiser sa sortie de l’Union européenne dans moins de dix semaines. Le week-end promet d’être long.

Caroline Castets

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Phebe Novakovic, la patriote

Phebe Novakovic, la patriote

Alors que NavalGroup est en difficulté après l'annulation du "contrat du siècle" australien, l'américain General Dynamics se porte bien. A sa tête dep...

ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE

ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE

Souverain sur un marché de niche à l’importance vitale, ASML est la plus belle réussite de la tech européenne. Des entreprises telles qu’Apple, Samsun...

Hidalgo 2022, quelles sont ses chances ?

Hidalgo 2022, quelles sont ses chances ?

Ca y’est. Dans un discours prononcé à Rouen le 12 septembre, Anne Hidalgo s’est officiellement lancée dans la course à l’Élysée. Objectif : finir en t...

Politique climatique : la sanction de l’inaction

Politique climatique : la sanction de l’inaction

Lorsque le dernier rapport du Giec insiste sur une action immédiate pour sauver la planète, la loi Climat et Résilience, "plus grande loi écologique d...

Amine El Khatmi, le Danois

Amine El Khatmi, le Danois

Le président du Printemps républicain publie un ouvrage programmatique. Certaines mesures sont pertinentes, d’autres plus critiquables. Mais toutes so...

Marseille en grand, la France en petit

Marseille en grand, la France en petit

Le plan d’Emmanuel Macron pour Marseille, annoncé en grande pompe jeudi dernier au Pharo, ressemble à s’y méprendre à un lancement de campagne. Conden...

Saïgon, Kaboul : même combat

Saïgon, Kaboul : même combat

Le retrait américain d'Afghanistan ressemble fâcheusement à la fin de la guerre du Vietnam. Les Etats-Unis doivent-ils pour autant avoir peur du décli...

Rentrée 2021. Alerte rouge, la France manque de profs de maths

Rentrée 2021. Alerte rouge, la France manque de profs de maths

En dix ans, le nombre de candidats au Capes de mathématiques a baissé de 30%. Ce qui oblige le ministère de l’Education nationale à recruter des ensei...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte