Les pays qui dépensent le plus dans la santé font-ils mieux face au Coronavirus ?

"Si la France avait dépensé plus en matière de santé, l’épidémie de Coronavirus aurait été moins meurtrière." Cette affirmation, présente dans le débat public depuis le début du confinement, part du postulat suivant : plus un pays investit dans la santé, plus le nombre de décès liés au Covid-19 serait faible. Vraiment ?

"Si la France avait dépensé plus en matière de santé, l’épidémie de Coronavirus aurait été moins meurtrière." Cette affirmation, présente dans le débat public depuis le début du confinement, part du postulat suivant : plus un pays investit dans la santé, plus le nombre de décès liés au Covid-19 serait faible. Vraiment ?

À l’échelle mondiale, cinq pays sont parvenus à combattre l’épidémie de Covid-19 et constituent, à cet égard, un vrai cas d’école : l’Allemagne, Israël, Taïwan, la Corée du Sud et le Vietnam. Mis à part notre voisin d’outre-Rhin, tous ont un point commun. Leur part de PIB dépensée dans la santé est inférieure à la moyenne mondiale.

En revanche, ils ont fermé très tôt leurs frontières et mis en place d’ambitieuses politiques de protection basées sur des tests massifs, des distributions de masques et de gants et, pour certains une stratégie de tracking d’envergure. Ce qui a limité la pandémie à des clusters sous contrôle, empêché la saturation des hôpitaux, parfois peu équipés en respirateurs. En matière de gestion de crise, il semble donc que l’anticipation et la distribution d’équipements de protection soient le meilleur moyen de faire face. Les pays asiatiques, échaudés par l’épidémie de Sras en 2003, ne dépensent pas autant que les pays européens dans leurs hôpitaux. Mais un plan "anti-pandémie" était prêt et a immédiatement été activé. Avec, à la clé, des résultats bluffants : aucun mort au Vietnam, six à Taiwan.

Certes, l’Italie et l’Espagne, pays qui comptent le plus de morts pour 100 000 habitants, dépensent moins que la moyenne mondiale et leur budget consacré à la santé a connu des coupes importantes depuis une dizaine d’années. Mais le nombre de victimes est avant tout lié au fait qu’ils ont été les premiers pays européens à être massivement touchés. Lorsqu’ils ont commencé à confiner, la situation était déjà, en partie, hors de contrôle.

Surprise, ce sont les États-Unis qui consacrent la plus grosse part de PIB à la politique de santé. Pourtant, certains comtés américains sont les zones qui comptent le plus de morts pour 100 000 habitants à l’échelle mondiale. La raison est simple : si le pays de l’oncle Sam ne rechigne pas à la dépense, certaines personnes ne peuvent être prises efficacement en charge puisque le système, en partie privatisé, exclu les plus démunis. Ce n’est donc pas un hasard si les Afro-Américains, plus pauvres que la moyenne américaine, sont les plus mortellement touchés par le virus.

En comparant la gestion française avec celle de certains pays étrangers, force est de constater que, si la distribution de masques avait été massive dès le début de l’épidémie et si les mesures de confinement avaient été prises une semaine plus tôt, le nombre de décès aurait été bien moins élevé. L’Allemagne qui a confiné alors que moins de 100 décès ont été déplorés dans le pays, compte 6 334 décès le 29 avril contre 23 660 pour l’Hexagone. Pourtant, la part du PIB consacrée à la santé est légèrement plus élevée en France (11,5%) qu’en Allemagne (11,3%).

Il est donc mathématiquement faux d’affirmer qu’il existe un lien de causalité entre dépenses en matière santé et mortalité liée au Coronavirus. C’est la manière dont les investissements sont menés qui constituent le facteur principal. Dans le cas du Covid-19, le nombre de masques, de gants et de tests semble jouer un rôle plus grand que le nombre de lits dans les hôpitaux ou le nombre de médecins pour 1 000 habitants. L’aspect "réactivité" est également à souligner puisque, plus un pays a confiné tôt, plus il a été épargné.

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Plan Marshall et cantonnement de la dette : les propositions de François Bayrou

Plan Marshall et cantonnement de la dette : les propositions de François Bayrou

Le haut-commissaire au Plan a dévoilé plusieurs pistes pour faire de la crise sanitaire un levier de croissance pour l’économie tricolore.

Édito. Vers de nouveaux clivages

Édito. Vers de nouveaux clivages

La fracture entre droite et gauche semble plus vivace que jamais. Mais les questions sociales sont remplacées par des débats sociétaux tels que le bio...

Le gouvernement affronte la menace digitale

Le gouvernement affronte la menace digitale

Pour garantir la protection numérique de nos institutions, le gouvernement annonce une stratégie nationale pour la cybersécurité.

Emmanuel Macron, la stratégie de l’océan bleu

Emmanuel Macron, la stratégie de l’océan bleu

Partir de rien et atteindre le sommet à toute vitesse. Le parcours du président de la République comporte quelques similitudes avec celui des rois de...

Manifestations en Russie. Et après ?

Manifestations en Russie. Et après ?

Les cortèges de ce début d’année 2021 auraient pu ébranler le régime russe. Il n’en a rien été. Le pouvoir a noyé dans l’œuf la contestation en manian...

Ngozi Okonjo-Iweala, une battante à l'OMC

Ngozi Okonjo-Iweala, une battante à l'OMC

Nommée à la direction générale de l’Organisation mondiale du commerce, cette Nigériane déroule une grande partie de sa carrière à la Banque mondiale a...

Florian Philippot, la dérive complotiste

Florian Philippot, la dérive complotiste

Depuis un an, le patron des Patriotes drague sans vergogne l’électorat complotiste en se basant sur les réseaux sociaux. Cette mutation idéologique lu...

L’UE veut renforcer sa stratégie industrielle

L’UE veut renforcer sa stratégie industrielle

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, et Thierry Breton, commissaire européen au marché intérieur, tenaient le 15 février une conférence de presse l...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte