L’“Environmental Start-up Accelerator” de Microsoft : un appel aux licornes vertes

Le 10 novembre,  Brad Smith, président de Microsoft, épaulé par la présidente de Microsoft France, Corine de Bilbao, et le directeur du développement durable et de la transformation, Côme Perpère, ont entériné l’implication de Microsoft dans l’innovation durable. Depuis la station F, ils ont dévoilé l’“Environmental Start-up Accelerator”, un programme de soutien aux start-up engagées dans la réduction de l’empreinte carbone des entreprises.
De gauche à droite : Côme Perpère et Corine de Bilbao (Microsoft), Roxane Varza (Station F), Hélène Chinal (Capgemini) et Mehdi Coly (Time for the Planet)

Le 10 novembre, Brad Smith, président de Microsoft, épaulé par la présidente de Microsoft France, Corine de Bilbao, et le directeur du développement durable et de la transformation, Côme Perpère, ont entériné l’implication de Microsoft dans l’innovation durable. Depuis la station F, ils ont dévoilé l’“Environmental Start-up Accelerator”, un programme de soutien aux start-up engagées dans la réduction de l’empreinte carbone des entreprises.

Selon son président, Microsoft se trouve à l’intersection "entre tech et société". Si le numérique ne représente que 4% des émissions de carbone, un taux voué à doubler d’ici à 2022, le géant du numérique souhaiterait contribuer à redresser les 96% en provenance des autres secteurs grâce à l’innovation. Fort de sa récente participation à la COP 26, Brad Smith a déclaré vouloir passer des promesses à la performance, et in fine, au progrès. Cet accélérateur en faveur des start-up s’inscrit dans ses engagements pour réduire et compenser les émissions de carbone.

De l’importance de la mesure

Ce seraient les outils de mesure des émissions GES qui font défaut aux entreprises, résume Côme Perpère. Reprenant les chiffres du Boston Consulting Group, il constate que 20% des entreprises se seraient engagées en matière de réduction des émissions, alors que seulement 10% d’entre elles affirment les mesurer. Et ce, alors qu’on compte 30 à 40% de marge d’erreur dans la mesure même des émissions. Or, à travers son algorithme communautaire, le cloud de Microsoft permettrait justement d’établir un "benchmark" des sociétés entre elles, afin d’encourager la transparence et la prolifération des bonnes pratiques.

À la recherche de licornes vertes

D’envergure européenne, cet accélérateur sélectionnera une dizaine de start-up dont le cœur de métier serait de réduire et compenser les émissions de carbone. Microsoft, et ses partenaires, tels que l’Ademe, Perfesco (groupe EDF), Suez, Elaia, Citizen Capital, ou encore Loamics, espèrent dénicher la prochaine start-up dont l’innovation présenterait un bond en faveur de l’économie durable. Présents au lancement de l’accélérateur, trois des partenaires, Roxane Varza, directrice de la Station F, Mehdi Coly, co-fondateur de Time for the Planet, et Hélène Chinal, directrice de la transformation chez Capgemini, ont mis en lumière le soutien qu’ils pourraient octroyer à la petite dizaine de start-up gagnantes. Au-delà du recours matériel, ils proposent une expertise entrepreneuriale, afin d’accompagner chaque start-up dans la maïeutique des innovations environnementales.

"Ce nouvel Environmental Start-up Accelerator va nous permettre de guider de jeunes entreprises européennes dans la réalisation de projets d’utilité publique pour la réduction de l’empreinte carbone des organisations.", affirme Corine de Bilbao. "Nous poursuivons en ce sens une action entamée de longue date en France visant à soutenir les start-up prometteuses via des programmes d’incubation ou d’accélération dédiés." Ouvert depuis cet événement du 10 novembre, l’appel à candidatures se poursuivra jusqu’au 10 décembre, pour un programme de six mois à partir de janvier 2022.

En plus d’un impact carbone négatif à l’horizon 2030, Microsoft espère ainsi que l’“Environmental Start-up Accelerator” saura contribuer aux technologies de disruption durables. 

Alexandra Bui

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Deals de l'année : les opérations qui ont marqué 2021

Deals de l'année : les opérations qui ont marqué 2021

Qu'elles prennent la forme de rachats, de fusions, d'IPO ou de levées de fonds, les opérations sélectionnées dans ce dossier racontent une période de...

Altarea Primonial : le nouvel ensemble immobilier

Altarea Primonial : le nouvel ensemble immobilier

Juin 2021, coup de tonnerre, le géant Altarea annonce l’entrée en négociations exclusives avec les actionnaires de l’ogre Primonial. L’ambition est cl...

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cet été, le fonds new-yorkais KKR prenait une participation dans l’éditeur de logiciels lyonnais, sur la base d’une valorisation de 5,5 milliards d’eu...

F. Chauviré (SAP) : "La croissance du cloud en France est supérieure à celle de l’Allemagne "

F. Chauviré (SAP) : "La croissance du cloud en France est supérieure à celle de l’Allemagne "

Directeur général de SAP France depuis le début de l’année 2020, Frédéric Chauviré revient sur sa feuille de route et les grands chantiers de SAP en F...

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Le marché des fusions-acquisitions n’a jamais été aussi florissant que depuis le deuxième semestre 2020. Même si ce dynamisme peut paraître incongru d...

Une étude décode les impacts de l’IA en médecine

Une étude décode les impacts de l’IA en médecine

Des économies de plus d'un milliard d'euros par an, des procédures techniques réduites de 90%, des délais de dépistage divisés par deux ou encore une...

Gérald Karsenti (SAP) : "Nous voulons recruter 3000 experts SAP sur les trois prochaines années"

Gérald Karsenti (SAP) : "Nous voulons recruter 3000 experts SAP sur les trois prochaines années"

À la tête de la filiale française du géant allemand SAP, le spécialiste de l’ERP, Gérald Karsenti revient sur le plan d’investissement et de dépenses...

Y.Le Gélard (Engie) : "Ce qui tire le digital dans l’énergie aujourd’hui, c’est le temps réel donc l’IoT"

Y.Le Gélard (Engie) : "Ce qui tire le digital dans l’énergie aujourd’hui, c’est le temps réel donc l...

En charge du digital et des systèmes d’information du groupe Engie, Yves Le Gélard revient sur les effets de la crise sanitaire, la stratégie multi-cl...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte