Roxanne Varza (Station F) : "Nous essayons d’être plus proche d’un modèle méritocratique"

L’incubateur Station F a ouvert ses portes le 1er  juillet 2017. Financé par Xavier Niel, installé dans l’ancienne Halle Freyssinet, il est devenu le symbole des ambitions de la France dans le digital. Bilan avec sa directrice.

L’incubateur Station F a ouvert ses portes le 1er juillet 2017. Financé par Xavier Niel, installé dans l’ancienne Halle Freyssinet, il est devenu le symbole des ambitions de la France dans le digital. Bilan avec sa directrice.

Décideurs. Les résultats de Station F, sont-ils à la hauteur de vos attentes ?

Roxanne Varza. Station F a ouvert depuis un an et demi, et le bilan est globalement positif. Nous n'imaginions pas recueillir autant de candidatures. Pas moins de 11 000 la première année, alors que je pensais n'en recevoir qu'à peine la moitié. Le plus surprenant, c’est qu’une bonne partie de ces candidats ne sont pas Français. Un tiers d’entre eux vient de l’étranger. Sur 5 000 résidents, 600 ne parlent pas français à Station F.

"Un tiers de nos candidatures viennent de l'étranger"

En matière de résultats commerciaux, nous avons atteint nos KPI : 232 start-up ont levé des fonds, pour un total de 250 millions d’euros. C'est remarquable, parce qu'il s'agit de start-up souvent très jeunes, avec moins de 3 ans d’existence. Nous avons également rencontré des échecs bien sûr : 19 d’entre elles ont arrêté leur activité. Mais sur le millier de start-up accueillies, c’est peu.

Quelles sont les technologies les plus prisées actuellement ? 

Je vois beaucoup d’acteurs dans le SaaS en B2B mais aussi dans les produits de consommation. Les grands groupes qui mènent des programmes au sein de Station F sont très attirés par toutes les technologies autour de l’intelligence artificielle.

Le quotidien à la Station F est rythmée par les « programmes ». Après un an et demi, quels sont ceux qui attirent les start-up ?

Il est difficile de les comparer, chaque projet est organisé selon un modèle différent. Il y a d'abord ceux où les gens se connaissent vraiment. Sur d'autres, les start-up se voient moins, parce qu’elles sont plus jeunes ou basées à l’étranger.

Du côté des partenaires installés à Station F, il y a, là aussi, plusieurs modèles. Celui de Vente-privée qui a installé son incubateur Impulse en 2017 par exemple. L’entreprise sélectionne les start-up, avec l’objectif de réaliser une PoC (Proof of concept) avec elles. Le second modèle, est incarné par « Facebook » qui aide d’abord les résidents à construire leur produit en utilisant leurs outils.

Les start-up passées par Station F installent-elles ensuite leur siège social à Paris ?

Ce n’est pas l’objectif de nos programmes, et nous n’avons pas l’ancienneté pour le savoir. Mais nous allons mettre en place un réseau d’alumnis pour nous permettre d’être au courant de ce que deviennent les start-up de Station F. La plupart  poursuivent leur activité. Mais si les start-up quittent Station F, c'est souvent parce qu’elles ont atteint le nombre maximum d’employés. À partir de 15 collaborateurs, elles ne peuvent plus rester chez nous.

Il existe de plus en plus d’incubateurs en Île-de-France. Quelles sont les caractéristiques qui distinguent Station F de ses concurrents ?

L'une de nos spécificités, c’est notre organisation en campus. Nous sommes les seuls à proposer une trentaine de programmes, dont un spécialement pour les start-up early-stage par exemple. Elles sont d’abord réunies sur un même plateau au sein de Station F, afin que les échanges puissent être quotidiens. Elles partagent alors leurs expériences et leurs problématiques communes. Puis nous organisons des événements afin de favoriser l’interactivité avec leurs pairs. Nous avons appelé ce modèle « Guild », un terme emprunté au monde des jeux vidéo. Mais je n’ai pas de visibilité sur tout. Je me suis aperçue que les start-up organisaient des meet-up entre elles, sans que je le sache forcément .

Seul un tiers des start-up du numérique sont dirigées par des femmes en France. Vous vous êtes particulièrement engagée cette année à promouvoir l’entrepreneuriat féminin au sein de ces entreprises. Quelles sont vos solutions ?

La question de la diversité est essentielle. Et je ne parle pas que de différence de sexe. Je parle également des profils que nous recrutons en termes de nationalités, d’origines sociales… Nous essayons à Station F d’être plus proche d’un modèle méritocratique. Nous avons tout à y gagner. Si nous recrutons des start-up dirigées à 100 % par des hommes, nous attirons moins de personnes. Sur cette première année à Station F, 40% des start-up du programme Founders Program ont été fondées par des femmes. Nous allons donc essayer d’augmenter ce pourcentage de candidatures dans les années à venir.

Comment voulez-vous concrètement améliorer les services proposés par Station F ?

Nous avons déjà commencé à faire évoluer notre activité. Nous avions développé par exemple un programme intitulé Fellowship. Il permettait aux start-up inscrites de venir 5 jours par mois à Station F, et d’avoir accès aux différents événements de l’incubateur. Nous nous sommes aperçus que cette offre ne correspondait pas aux attentes de ces acteurs, et que nous n’avions pas les moyens de leur apporter ce qu’elles voulaient. Nous l'avons donc arrêté. Nous voulons également faire évoluer les événements autour de l’accueil des start-up, avec les onboarding. Actuellement, 30 programmes d’accompagnement ont été créés à Station F, avec, pour chacun, des modalités d’accueil différentes. Nous voudrions avoir plus d’homogénéité, en créant une expérience unique. Nous pourrions par exemple créer un onboarding commun pour les nouveaux arrivants chaque début de mois.

Nous allons également modifier l’utilisation des outils numériques. Aujourd'hui nous utilisons Slack. Nous aimerions mettre en place d'autres outils, notamment de matching pour filtrer et trouver les ressources dont nous avons besoin plus facilement, ou encore un outil de forum qui permette de partager le savoir-faire de la communauté plus aisément qu'avec Slack. 

Que demandent les start-up pour améliorer leurs conditions de travail à Station F ?

Nous avons effectué un sondage sur les raisons qui poussent les start-up à envoyer leur candidature. Nous nous sommes rendu compte qu’elles l’avaient envoyée d’abord parce qu’elles souhaitaient appartenir à l’écosystème de Station F, et profiter des différents événements organisés. Nous devons donc continuer à favoriser ces échanges. En revanche, il y a  un challenge sur les levées de fonds. Les nouvelles start-up ne comprennent pas forcément comment cela fonctionne, alors que nous avons mis en place un réseau d’investisseurs pour pouvoir mieux les accompagner sur ce point. Le deuxième sujet sur lequel nous nous sommes penchés, c’est le recrutement. Beaucoup de start-up n’arrivent pas à recruter. La plateforme que nous avons montée pour centraliser les offres les a beaucoup aidées.

« Nous avons mis en place un réseau d’investisseurs pour pouvoir mieux accompagner les start-up »

Comment améliorez-vous la qualité de vie des start-up ?

Le restaurant Big Mamma a enfin ouvert ! Et il y a quasiment tout le temps la queue. Nous devions également traiter la question du logement. Alors, nous avons ouvert des logements à Ivry, avec une capacité de 600 places. La personne qui nous envoie sa candidature peut désormais demander à avoir accès à un logement. Nous avons aussi un retour de la part de start-up. Celles-ci nous demandaient de pouvoir davantage profiter du quartier. Faciliter l’achat de places pour aller dans les cinémas autour de Station F a été l'une des propositions.

Propos recueillis par Florent Detroy (@florentdetroy)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Cegid conseille les dirigeants et décideurs financiers d’aujourd’hui et de demain

Cegid conseille les dirigeants et décideurs financiers d’aujourd’hui et de demain

Depuis plus de 30 ans, Cegid est au cœur des dispositifs financiers et de gestion des entreprises françaises de toutes tailles et de tous bords. Fort...

TransferWise, la fintech qui valait 3,5 milliards de dollars

TransferWise, la fintech qui valait 3,5 milliards de dollars

Les cofondateurs de TransferWise ainsi que certains investisseurs historiques cèdent une partie de leurs titres sur la base d’une valorisation qui att...

Recherche, l'UE se donne les moyens

Recherche, l'UE se donne les moyens

De 3 milliards d’euros en 1984 à 77 milliards en 2014. La recherche est le troisième poste de dépense de l’UE. Pour aller encore plus loin, la Commiss...

Fabien Benoit : "La Silicon Valley n'aime pas la démocratie"

Fabien Benoit : "La Silicon Valley n'aime pas la démocratie"

Autrefois terre de création et de contre-culture, la Silicon Valley a muté. Au point de devenir plus menaçante que fascinante. Entretien avec le journ...

Cédric O, au cœur des réseaux

Cédric O, au cœur des réseaux

Pour succéder à Mounir Mahjoubi à la tête du secrétariat d’État au numérique, le président de la République a fait appel à un proche conseiller, march...

Pierre-François Thaler (EcoVadis) : "Nous sommes sur un marché de niche à forte croissance"

Pierre-François Thaler (EcoVadis) : "Nous sommes sur un marché de niche à forte croissance"

EcoVadis ancre la RSE dans l’ADN des entreprises. Un concept rentable et écologique qui permet un développement rapide sur tous les continents. Rencon...

Le studio EuropaCorp placé en procédure de sauvegarde

Le studio EuropaCorp placé en procédure de sauvegarde

Après cette annonce, le cours d’EuropaCorp, la société de production de films et de séries fondée par Luc Besson, s’est effondré de 32 %.

Le 5 Juin se tiendra la 9e édition du G20 Strategy & Management Summit, édition Marketing-Innovation

Le 5 Juin se tiendra la 9e édition du G20 Strategy & Management Summit, édition Marketing-Innovation

600 PDG, DG et membres du COMEX des plus grandes entreprises et d’ETI françaises ainsi qu’une sélection de start-up innovantes se réuniront au Pavillo...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message