Hidalgo 2022, quelles sont ses chances ?

Puisqu’aucun présidentiable ne se dégage au PS et chez EELV, la maire de Paris semble de plus en plus décidée à se lancer dans la course. Une initiative qui semble plaire aux états-majors. Un peu moins aux Français.

Puisqu’aucun présidentiable ne se dégage au PS et chez EELV, la maire de Paris semble de plus en plus décidée à se lancer dans la course. Une initiative qui semble plaire aux états-majors. Un peu moins aux Français.

"Socialistes et écologistes cherchent candidat commun pour la présidentielle de 2022. Qualités requises : plaire aux derniers éléphants socialistes et aux disrupteurs verts, séduire les communistes, mais aussi les déçus de la Macronie, s’appuyer sur l’électorat des grandes métropoles, tout en parlant aux classes moyennes et populaires de la France périphérique. Probabilité d’accéder au second tour : incertaine". Cette fiche de poste à tout l’air d’un cadeau empoisonné. Pourtant, depuis quelques mois, une personne semble de plus en plus intéressée par le défi : Anne Hidalgo, maire de Paris depuis 2014. Une possible candidature qui commence à préoccuper, de LREM au RN, en passant par les Insoumis. Une peur justifiée puisque la maire de Paris a, sur le papier, de belles cartes en main.

Séduire ses camarades

Si l’élection présidentielle est avant tout la rencontre entre un candidat et un peuple, la première phase d’une candidature est un peu moins romantique. Il s’agit, a fortiori en l’absence de primaires, de séduire les états-majors des partis. Et à ce petit jeu, Anne Hidalgo semble la mieux placée pour incarner une candidature commune PS-EELV. Côté PS, son profil fait quasi l’unanimité en interne. Contrairement à d’autres personnalités de son camp, elle est toujours restée fidèle au parti à la rose et n’a jamais cherché à fonder son propre mouvement. "Son parcours en interne, son ADN rocardien et son attachement à la social-démocratie peuvent rassurer la vieille garde", estime Pierre Monquet qui a participé à sa dernière campagne municipale. Du reste, Olivier Faure, premier secrétaire du PS est même allé jusqu’à affirmer fin décembre qu’elle ferait "une excellente présidente". D’autres élus, peu connus mais influents, poussent également à sa candidature : Valérie Rabault, présidente du groupe à l’Assemblée nationale, Patrick Kanner, son homologue au Sénat, ou encore Johanna Rolland, maire de Nantes.

Rallier les Verts

Du côté d’EELV, les choses semblent plus délicates. Chez eux, le silence règne pour deux grandes raisons : les Verts attendent le résultat des régionales pour voir s’ils seront en position de force lors des négociations visant à présenter une candidature commune. Les militants ont également voix au chapitre et devraient désigner eux-mêmes leur candidat. Celui-ci pourrait faire cavalier seul (comme semble l'espérer son secrétaire national Julien Bayou), se rallier au PS ou voir le PS se rallier à lui. Rien n’est arrêté.

La maire de Paris est populaire chez les sympathisants PS, EELV et les macronistes de gauche. Une aubaine pour une candidature commune

Par rapport à d’autres membres du PS, Anne Hidalgo semble toutefois la mieux à même de séduire les écolos. Principale corde à son arc : son bilan parisien et son rôle dans l’alliance rose-verte qui gère la capitale depuis 2001. Mais, depuis quelques mois, le moteur tousse : hommage à Samuel Paty, construction de logements sociaux, crispations sur les valeurs républicaines… Des tensions que relativise Pierre Monquet qui note que "pour l’essentiel, il s’agit de divergences de méthode plus que de fond. Elles sont liées à l’arrivée d’une nouvelle génération écolo à Paris plus intransigeante, plus militante. Les électeurs de gauche se moquent de ces querelles, en matière d'écologie urbaine, elle paraît imbattable" Un avis partagé par Mathieu Gallard, directeur d’études chez Ipsos. D’après lui, "au niveau national, elle est perçue comme la plus verte des socialistes". Tout irait donc pour le mieux dans le meilleur des mondes ? Pour rallier les appareils peut-être. Pour susciter l’enthousiasme des Français, moins.

Clivante

Un candidat à la présidence de la République doit avant tout être rassembleur. Or, dans l’opinion publique, Anne Hidalgo est perçue comme clivante. "L’anti-hidalgisme" semble même être devenu un genre littéraire à part entière. On ne compte plus les livres à charge sur son bilan à la tête de la Ville lumière ou encore les articles et comptes Twitter s’en prenant à sa gestion. Une situation qui ne semble pas préoccuper outre mesure Pierre Monquet qui estime qu’ "être clivant, c’est la preuve que l’on agit, que l’on a un bilan à présenter, des réalisations concrètes. Que l’on déplaît à certains, mais que l’on plaît également à d’autres".

Son image de parisienne bobo pourrait lui poser des difficultés pour séduire la France périphérique

Pour ce qui est de plaire à gauche, Anne Hidalgo est effectivement plutôt bien placée. Certes, selon le baromètre Odoxa Dentsu Consulting de janvier 2021, celle qui a été facilement réélue aux dernières municipales est la sixième personnalité qui suscite le plus de rejet dans l’opinion (35 %), le podium étant occupé par Jean-Luc Mélenchon (52 %), Marine Le Pen (49 %) et Marion Maréchal (44 %). Toutefois, à gauche, elle est, toujours selon le même sondage, la mieux positionnée. Si 40 % des Français ont une bonne opinion d’elle, la proportion est de 66 % chez les sympathisants PS, 67 % chez ceux d’EELV, 56 % chez ceux de LFI et 43 % chez ceux de LREM. De quoi, en théorie, réaliser le sempiternel rêve d’union de la gauche allant du PCF aux macronistes désenchantés. Mais, qui dit union dit incarnation. Et, sur ce terrain, la route semble longue.

Attention, bobo !

Si Anne Hidalgo est candidate, il lui faudra s’adresser à la France des petites villes, des campagnes et des banlieues. Un sacré défi pour celle qui est solidement ancrée dans sa commune à la sociologie très éloignée de la moyenne française. Les pistes cyclables, le bio dans les cantines scolaires, la tolérance sur les questions sociétales et migratoires ainsi que la construction de logements sociaux semblent être la martingale pour séduire un électorat cosmopolite et ouvert sur la mondialisation. Son logiciel paraît néanmoins inadapté pour s’adresser à l’ensemble de la communauté nationale.

Quand bien même son programme conçu par son équipe de campagne permettrait d’améliorer la situation de la majorité des Français, Anne Hidalgo serait-elle la mieux placée pour le "vendre" ? Son image de grande élue parisienne pourrait être néfaste dans une France post-gilets jaunes qui se plaît à rejeter ce qui vient des métropoles et à dénigrer ce qui incarne les classes sociales supérieures. Or, Anne Hidalgo est le symbole même des élites urbaines. Un problème qui, pour Pierre Monquet, n’en est pas un : "Cela fait des années qu’on lui promet des défaite, qu’on la décrit comme froide et autoritaire. En réalité, je pense qu’elle est en capacité de se présenter et de rassembler largement dans son sillage. Le défaut majeur de nos adversaires, c’est d’avoir toujours sous-estimé Anne Hidalgo"

Grâce à son poste de maire de Paris, Anne Hidalgo dispose d'un rayonnement national, voire international.

Inexpérience ?

Il lui faudra également un gros travail de persuasion pour montrer qu’elle est capable de gérer un pays de 67 millions d’habitants. Anne Hidalgo n’a jamais eu d’expérience politique au niveau national et n’a jamais exercé de fonction ministérielle, ce qui pourrait, semble-il, rebuter une partie de l’opinion publique puisque, selon l’étude mentionnée plus haut 77 % des Français estiment qu’elle n’a pas l’étoffe d’une présidente. Pourtant, ce procès en inexpérience peut être contré : Anne Hidalgo est à la tête d’une ville dont le PIB est supérieur à celui de la Suède ou de la Belgique. L’aura de Paris lui permet également d’entretenir des relations régulières avec ses homologues des grandes villes mondiales mais aussi de chefs d’État.

Une gauche (très) faible

Au-delà de l’empathie et du procès en manque d’expérience, il lui faudra répondre aux attentes des Français en matière de reprise économique, de travail, de pouvoir d’achat mais aussi de laïcité, d’immigration ou encore de sécurité. Des thématiques sur lesquelles elle semble partir avec une grosse longueur de retard par rapport à d’autres candidats de son bord politique. Bord politique qui, lui-même, semble de plus en plus minoritaire au niveau national, comme l’ont montré les dernières échéances nationales telles que la présidentielle et les législatives de 2017 ou encore les européennes de 2019 qui dévoilent une réalité cruelle : la gauche, même rassemblée n’a jamais aussi peu pesé dans l’Hexagone. Et il est peu probable que la reine des coronapistes et des salles de shoot permette de changer la donne.

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Pour qui votent les catholiques ?

Pour qui votent les catholiques ?

De moins en moins nombreux, historiquement à droite, convertis au macronisme mais allergiques à Marine Le Pen. Alors que l'Ascension et les régionales...

Exclu Décideurs. Entreprises en difficulté, ce qui se prépare

Exclu Décideurs. Entreprises en difficulté, ce qui se prépare

Oui, l’État est bel et bien adepte du "quoi qu’il en coûte". Mais les prêts qu’il a garantis s’arrêteront bien un jour. Avec à la clé une hausse inévi...

O.Nasrou : "Valérie Pécresse incarne le vote utile"

O.Nasrou : "Valérie Pécresse incarne le vote utile"

Lycées, sécurité, transports, dette… Selon le premier vice-président du conseil régional d’Ile-de-France, Valérie Pécresse peut se reposer sur un bila...

Sophie Cluzel : "La France consacre 2,2% de son PIB aux personnes en situation de handicap"

Sophie Cluzel : "La France consacre 2,2% de son PIB aux personnes en situation de handicap"

Aides aux entreprises, baromètre, mentorat… Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées revient sur les initiatives destinées à...

Édito. Haro sur les déviants

Édito. Haro sur les déviants

De nombreuses personnalités "issues de la diversité" prennent position pour défendre l’universalisme, combattre le communautarisme et l’essentialisati...

T.Lentz (Fondation Napoléon) : "L'UE ne bâtit pas son unité autour de personnages historiques"

T.Lentz (Fondation Napoléon) : "L'UE ne bâtit pas son unité autour de personnages historiques"

Historien et directeur de la Fondation Napoléon, Thierry Lentz revient sur les célébrations du bicentenaire de la mort de l’Empereur à l’échelle europ...

Quand l’UE enterre Napoléon

Quand l’UE enterre Napoléon

Le bicentenaire de la mort de l’Empereur ne sera pas célébré par l’Union européenne malgré une vraie popularité du personnage dans de nombreux États m...

UE vs Astra Zeneca : tout savoir sur les enjeux juridiques

UE vs Astra Zeneca : tout savoir sur les enjeux juridiques

La Commission européenne a saisi la justice belge vendredi 23 avril dans le cadre de son contrat conclu avec Astra Zeneca. L’Europe proteste contre le...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte