Fraude : la coopération, selon les Anglais

Le SFO britannique a précisé ce qu’il attendait en matière de coopération de la part des entreprises qui souhaitent bénéficier d’accords transactionnels.

Le SFO britannique a précisé ce qu’il attendait en matière de coopération de la part des entreprises qui souhaitent bénéficier d’accords transactionnels.

Les affaires de fraude et de corruption peuvent être réglées hors procès. La justice française souhaite les développer. C’est pourquoi en juillet dernier, le Parquet national financier (PNF) et l’Agence française anticorruption (AFA) ont publié les conditions de mise en œuvre des conventions judiciaires d’intérêt public (CJIP). De son côté, l’Angleterre, pays où la pratique est déjà plus courante, a dévoilé cette semaine des lignes directrices sur le sujet.

Comment coopérer

Le Serious Fraud Office (SFO), l’agence anti-fraude et corruption britannique, a clarifié les règles en matière de coopération. L’agence souhaite encourager les entreprises à dénoncer les fraudes internes. Avec à la clef, la possibilité pour les sociétés de passer des accords, voire de bénéficier de sanctions réduites. « La coopération consiste à fournir au SFO une assistance qui va au-delà de ce que la loi impose », est-il écrit. Ainsi, les entreprises sont-elles appelées à identifier les actes repréhensibles et les personnes responsables, quel que soit leur poste au sein de l’organisation, par exemple.

Le SFO précise néanmoins qu’une coopération – même solide – ne garantit pas la suite de la procédure. C’est-à-dire de pouvoir bénéficier d’un DPA (deferred prosecution agreement) et ainsi ne pas être poursuivi. Depuis cinq ans que le système existe, cinq entreprises y ont eu recours. 

Une partie du document concerne le legal privilegequi garantit la protection des avis juridiques, et que les entreprises pourraient être amenées à mettre de  côté si elles souhaitent obtenir un accord. « Les organisations qui souhaitent voir reconnaître qu’elles ont coopéré en fournissant des témoignages devraient également fournir tout enregistrement, note et/ou transcription de l’entretien et identifier un témoin compétent pour s’exprimer sur le contenu de chaque entretien. » Lorsqu’une entreprise souhaite, au contraire, faire valoir le legal privilege, elle doit fournir une attestation de la part d’un conseil indépendant. Par le passé, ces conseils étaient nommés par le SFO. Le legal privilege n'est donc pas remis en question, mais il peut toutefois être mis de côté, si l'entreprise l'accepte.

Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Quinn Emanuel se prépare au Brexit… en Belgique

Quinn Emanuel se prépare au Brexit… en Belgique

Certains avocats britanniques prennent la nationalité belge afin d’être prêts en cas de « no deal ». C’est notamment le cas de Trevor Soames, managing...

M&A : Paul Hastings se donne les moyens pour percer à Sao Paulo

M&A : Paul Hastings se donne les moyens pour percer à Sao Paulo

Deux associés de Shearman & Sterling, spécialisés en fusions-acquisitions et marchés de capitaux, rejoignent le cabinet américain. La guerre des t...

Alliance sud-coréenne pour Dentons

Alliance sud-coréenne pour Dentons

Dentons se rapproche de Lee International, un cabinet sud-coréen de premier plan à Séoul.

Corruption : de la perception à la réalité dans l’Union européenne

Corruption : de la perception à la réalité dans l’Union européenne

En juillet, la Commission européenne a publié une étude sur la corruption, qui présente la perception de la corruption par les citoyens ainsi que les...

L. Lefeuvre (La Compagnie des CGP-CIF) : "La profession a besoin de clarté"

L. Lefeuvre (La Compagnie des CGP-CIF) : "La profession a besoin de clarté"

Ardent défenseur des plus petits cabinets de conseiller en gestion de patrimoine (CGP), Laurent Lefeuvre, vice-président de La Compagnie des CGP-CIF n...

Eversheds Sutherland s’installe à San Diego

Eversheds Sutherland s’installe à San Diego

Deux semaines après l’annonce de l’ouverture d’un bureau à San Diego, Eversheds Sutherland recrute une équipe en IP.

G. Sitbon (Sycomore AM) : "La gestion passive tend à favoriser un petit nombre de grandes capitalisations"

G. Sitbon (Sycomore AM) : "La gestion passive tend à favoriser un petit nombre de grandes capitalisa...

En combinant positions acheteuses et positions vendeuses, les fonds long/short sont capables, en théorie, de mieux résister à une baisse des marchés f...

Un grand pas en Chine pour Herbert Smith Freehills

Un grand pas en Chine pour Herbert Smith Freehills

Le cabinet d’avocats fait alliance avec le chinois Kewei. Il s’agit de la sixième firme non issue de l’Empire du Milieu à obtenir le droit d’émettre d...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message