Fraude : la coopération, selon les Anglais

Le SFO britannique a précisé ce qu’il attendait en matière de coopération de la part des entreprises qui souhaitent bénéficier d’accords transactionnels.

Le SFO britannique a précisé ce qu’il attendait en matière de coopération de la part des entreprises qui souhaitent bénéficier d’accords transactionnels.

Les affaires de fraude et de corruption peuvent être réglées hors procès. La justice française souhaite les développer. C’est pourquoi en juillet dernier, le Parquet national financier (PNF) et l’Agence française anticorruption (AFA) ont publié les conditions de mise en œuvre des conventions judiciaires d’intérêt public (CJIP). De son côté, l’Angleterre, pays où la pratique est déjà plus courante, a dévoilé cette semaine des lignes directrices sur le sujet.

Comment coopérer

Le Serious Fraud Office (SFO), l’agence anti-fraude et corruption britannique, a clarifié les règles en matière de coopération. L’agence souhaite encourager les entreprises à dénoncer les fraudes internes. Avec à la clef, la possibilité pour les sociétés de passer des accords, voire de bénéficier de sanctions réduites. « La coopération consiste à fournir au SFO une assistance qui va au-delà de ce que la loi impose », est-il écrit. Ainsi, les entreprises sont-elles appelées à identifier les actes repréhensibles et les personnes responsables, quel que soit leur poste au sein de l’organisation, par exemple.

Le SFO précise néanmoins qu’une coopération – même solide – ne garantit pas la suite de la procédure. C’est-à-dire de pouvoir bénéficier d’un DPA (deferred prosecution agreement) et ainsi ne pas être poursuivi. Depuis cinq ans que le système existe, cinq entreprises y ont eu recours. 

Une partie du document concerne le legal privilegequi garantit la protection des avis juridiques, et que les entreprises pourraient être amenées à mettre de  côté si elles souhaitent obtenir un accord. « Les organisations qui souhaitent voir reconnaître qu’elles ont coopéré en fournissant des témoignages devraient également fournir tout enregistrement, note et/ou transcription de l’entretien et identifier un témoin compétent pour s’exprimer sur le contenu de chaque entretien. » Lorsqu’une entreprise souhaite, au contraire, faire valoir le legal privilege, elle doit fournir une attestation de la part d’un conseil indépendant. Par le passé, ces conseils étaient nommés par le SFO. Le legal privilege n'est donc pas remis en question, mais il peut toutefois être mis de côté, si l'entreprise l'accepte.

Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Nouvel associé en droit de la distribution chez Delcade

Nouvel associé en droit de la distribution chez Delcade

Le cabinet d’avocats d’affaires français, Delcade, annonce l’arrivée de Jean-Philippe Chenard en qualité d’associé au sein du département dédié au dro...

Lutte contre la corruption : les États-Unis font un pas de plus

Lutte contre la corruption : les États-Unis font un pas de plus

Le Department of Justice (DoJ) vient de publier ses nouvelles recommandations en matière de lutte contre la corruption. Des changements à la marge cer...

Alliance stratégique d'Actecil et Data Legal Drive en matière de RGPD

Alliance stratégique d'Actecil et Data Legal Drive en matière de RGPD

Data Legal Drive, n°1 français des logiciels RGPD, et la société de conseil Actecil spécialisée dans la formation et l’accompagnement RGPD, annoncent...

Suisse : un associé fiscaliste chez Bär & Karrer

Suisse : un associé fiscaliste chez Bär & Karrer

Raoul Stocker rejoint le département fiscal du cabinet indépendant suisse en tant qu’associé.

Luxembourg : Allen & Overy change sa gouvernance

Luxembourg : Allen & Overy change sa gouvernance

Le bureau luxembourgeois d’Allen & Overy change de modèle de gouvernance et nomme à sa tête Patrick Mischo comme office senior partner.

Evguenia Dereviankine crée son propre cabinet

Evguenia Dereviankine crée son propre cabinet

L’avocate spécialiste du droit des douanes, de la logistique, de l’environnement et de la gestion des déchets quitte Parme Avocats pour ouvrir Paradig...

Patrick Artus (Natixis) : "La dette devient gratuite"

Patrick Artus (Natixis) : "La dette devient gratuite"

Chef économiste et membre du comité exécutif de Natixis, Patrick Artus travaille depuis de nombreuses années sur les politiques monétaires menées par...

Le cabinet bruxellois Van Bael & Bellis s’installe à Londres

Le cabinet bruxellois Van Bael & Bellis s’installe à Londres

La firme spécialisée en droit de la concurrence, regulatory et droit commercial ouvrira son premier bureau à Londres. Situé à Chancery Lane, l’antenne...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message