François Pelen, comment le fondateur de Point Vision casse les codes

Diplômé de HEC, cet ophtalmologue a déroulé sa carrière dans le privé avant de fonder Point Vision. Gérés comme
des entreprises, ses centres médicaux proposent à leurs patients des consultations dans des délais rapides
et à des prix raisonnables. Portrait d’un dirigeant qui plaide pour une médecine adaptée au XXIe
 siècle.

© B. Paget

Diplômé de HEC, cet ophtalmologue a déroulé sa carrière dans le privé avant de fonder Point Vision. Gérés comme des entreprises, ses centres médicaux proposent à leurs patients des consultations dans des délais rapides et à des prix raisonnables. Portrait d’un dirigeant qui plaide pour une médecine adaptée au XXIe siècle.

Il y a bientôt dix ans, alors qu’il occupe le poste de vice-président de Pfizer France, François Pelen dresse un constat : les délais de consultation pour les yeux sont trop longs. La raison ? Les ophtalmologues passent en moyenne 30 % de leur temps à remplir des tâches techniques, tout autant à se consacrer à de l’administratif, le reste étant dévolu aux patients. Or la partie technique peut être déléguée à des orthoptistes quand l’administratif revient aux secrétaires médicaux.

Non sans hésitations, à 53 ans, François Pelen se lance dans l’entrepreneuriat. Sur les conseils d’investisseurs, il s’entoure de deux autres diplômés de HEC où il a fait un MBA, l’un en provenance de Pfizer, l’autre spécialisé dans le droit. C’est le début de Point Vision. "Mon idée consistait à permettre une consultation de qualité, dans un délai raisonnable et à des tarifs raisonnables", explique le dirigeant qui a été attaché à l’hôpital Henri-Mondor de Créteil pendant quarante ans en parallèle de ses fonctions dans le privé.

Répartition des tâches

Aujourd’hui, près de 1 000  personnes dont 700 salariés et 300 ophtalmologues travaillent dans son entreprise, qui dispose de 38 centres et devrait atteindre la cinquantaine d’ici à la fin de l’année. Mais Point Vision, qui a accueilli 1,2 million de patients en 2019, veut aller plus loin et s’attaque au fléau des déserts médicaux. Un projet dont François Pelen, président du directoire, s’occupe personnellement et qu’il qualifie de "deuxième étage de sa fusée".

François Pelen a toujours voulu exercer "un métier tourné vers l’autre"

Afin que les petites villes puissent bénéficier de spécialistes des yeux, le dirigeant crée les "postes avancés". C’est-à-dire des centres plus petits dans lesquels pourront être traités les sujets techniques et administratifs. Les résultats des examens seront ensuite télétransmis à un ophtalmologue du centre principal qui peut échanger à distance avec le patient ou venir sur place entre deux et quatre fois par mois. Développé en partenariat avec la Caisse d’assurance maladie, ce concept va faire ses premiers pas entre Lille et Saint-Quentin.

Médecin entrepreneur

Les centres médicaux de Point Vision fonctionnent à la manière d’entreprises. Les ophtalmologueschefs bénéficient d’une formation en management à HEC et la satisfaction client est considérée comme la clé de la réussite, souligne le dirigeant féru de marketing. De là à déshumaniser la médecine ? Non, répond François Pelen pour qui des prises de soins plus rapides avec des ophtalmologues qui ont le temps de recevoir les patients sont, au contraire, une manière de réhabiliter cette science. Il a d’ailleurs publié en octobre dernier un ouvrage sur le sujet pour partager son expérience ainsi que ses méthodes de travail, et dont le titre est sans équivoque, Crise sanitaire : pourquoi il faut presque tout changer.

Car François Pelen a toujours voulu exercer "un métier tourné vers l’autre". Plus jeune, celui qui se qualifie lui-même d’"extraverti" se rendait souvent à Europe 1 et collectionnait à 15 ans tous les numéros du Point, lui qui songeait à devenir journaliste. Alors qu’il hésitait entre Sciences Po, une école de commerce ou la médecine, c’est finalement cette troisième voie qu’il choisit et plus spécialement l’ophtalmologie : "Quand j’étais étudiant je trouvais que les gens mettaient des heures à se déshabiller, explique-t-il avec humour, qualité dont il est bien doté. Comme je suis hyperactif, je trouvais l’ophtalmologie pratique car il n’y a pas besoin d’enlever des pelures pour commencer une consultation." Un goût pour l’efficacité qui se retrouve dans la gestion des centres de Point Vision et à l’origine de leur succès.

Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Intermarché et le groupe Casino signent un nouveau partenariat en matière d’achats

Intermarché et le groupe Casino signent un nouveau partenariat en matière d’achats

Les deux grandes chaînes de la distribution alimentaire, Intermarché et Casino, annoncent un partenariat stratégique pour une période de 5 ans, en mat...

Démarrage réussi pour Stellantis

Démarrage réussi pour Stellantis

Quelques semaines après l’officialisation de leur fusion, PSA et FCA dévoilaient des résultats 2020 dans le vert malgré un contexte difficile pour le...

STMicroelectronics, c'est l'heure des semi-conducteurs

STMicroelectronics, c'est l'heure des semi-conducteurs

Certaines entreprises ont vu leur croissance de 2019 fondre l’année suivante. Pour le concepteur franco-italien de semi-conducteurs, c’est l’inverse....

VallJet, la bonne altitude

VallJet, la bonne altitude

La compagnie aérienne VallJet, spécialisée dans l’aviation privée, se déploie en France et devrait bientôt se lancer en Europe. En un an, son chiffre...

Sommet Education met le cap sur l'Afrique

Sommet Education met le cap sur l'Afrique

Le groupe d’enseignement spécialisé dans l’hôtellerie, les arts culinaires et pâtissiers, Sommet Education, a annoncé l’acquisition de la majorité du...

Bertrand Andriani (Linklaters) : "Nous visons une équipe corporate de huit associés ou plus"

Bertrand Andriani (Linklaters) : "Nous visons une équipe corporate de huit associés ou plus"

Le spécialiste du financement Bertrand Andriani est la tête du bureau de Paris de Linklaters depuis début 2019. Aux commandes d’une équipe de 170 avoc...

Nicolas Hieronimus. Qui est le nouveau patron de L’Oréal ?

Nicolas Hieronimus. Qui est le nouveau patron de L’Oréal ?

Nicolas Hieronimus, prendra la tête du leader mondial de la beauté à compter du 1er mai. La récompense ultime pour ce fidèle de la maison qui a grimpé...

Les recettes du succès de ManoMano

Les recettes du succès de ManoMano

Après une levée de fonds de 110 millions d’euros en 2019 puis de 125 millions l’année suivante, la start-up ManoMano, une marketplace spécialisée dans...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte