État de droit et Covid-19, l’inquiétude monte

Le Conseil d’État valide l'allongement des délais de la détention provisoire en pleine crise du Covid-19. Une décision qui intervient quelques jours après l’annonce de Nicole Belloubet, à propos de l’État de droit.

Le Conseil d’État valide l'allongement des délais de la détention provisoire en pleine crise du Covid-19. Une décision qui intervient quelques jours après l’annonce de Nicole Belloubet, à propos de l’État de droit.

Le Conseil d’État a tranché le 3 avril dernier : les recours déposés par le Conseil national des barreaux (CNB), l’Association des avocats pénalistes, l’Union des jeunes avocats, le Syndicat des avocats de France, le Syndicat de la magistrature, la Ligue des droits de l’homme et l’Observatoire international des prisons contre différentes mesures d'exception pour la justice prises dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire, sont rejetés. La plus haute juridiction administrative française valide ainsi l'allongement des délais de la détention provisoire pour les détenus non jugés, visé dans la plainte.

Limiter les mesures d’urgence

« L’État de droit n’est pas en quarantaine », déclarait Nicole Belloubet le 1er avril dernier à la presse. Une annonce qui est plutôt mal passée du côté des avocats, magistrats et autres professionnels de justice, contraints de se confiner comme l’ensemble des citoyens : certains d’entre eux dénoncent un « confinement des droits de la défense » alors que d’autres s'inquiètent du « débordement dans le droit commun d'une série de mesures dérogatoires liberticides » et réclament une limitation des mesures d’urgence. En cause : l’ordonnance du 25 mars modifiant la procédure pénale et adaptant ses dispositions au confinement qui impose aux magistrats de rester chez eux, sauf urgence.  Parmi les mesures d'exception prises en pleine crise du Covid-19, le Conseil national des barreaux (CNB), l'Association des avocats pénalistes (ADAP), l'Union des jeunes avocats de Paris, le Syndicat des avocats de France (SAF) et d’autres associations, contestaient principalement la mesure de l’article 16 allongeant de plein droit la durée maximale de la détention provisoire fixée par la loi lors d’informations judiciaires concernant certains délits. Dans leur plainte, les plaignants avaient également demandé la prise de mesures protégeant les détenus face à l’épidémie de coronavirus. Le Conseil d'État a quant à lui estimé que l'ordonnance n’avait fait qu’allonger ces délais sans apporter d'autre modification aux règles régissant le placement et le maintien en détention provisoire. À peine prononcée, cette décision de rejet fait déjà grand bruit dans le monde du droit. Elle n’est pas sans rappeler l’inquiétude générale qui gagne les États membres de l’UE.

Inquiétude européenne

Le 2 avril dernier, La France et treize autres États membres (Allemagne, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, Grèce, Irlande, Italie, Lettonie, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal et Suède) publiaient une déclaration commune pour exprimer leur préoccupation face au risque de violation des principes de l’État de droit, de la démocratie et des droits fondamentaux découlant de l’adoption de certaines mesures d’urgence prises pendant la crise sanitaire du covid-19. Si dans un premier temps ces États font preuve de compréhension face à l’adoption de mesures exceptionnelles, ils précisent que « les mesures d’urgence devraient être limitées à ce qui est strictement nécessaire, être proportionnées et provisoires par nature, faire l’objet d’un réexamen régulier et respecter les principes susmentionnés, ainsi que les obligations du droit international. Elles ne devraient pas restreindre la liberté d’expression ou la liberté de la presse. » Alors que chaque pays adopte ses propres mesures pour maintenir autant que possible le fonctionnement de la justice, l’indignation des avocats et magistrats français aujourd’hui laisse à penser que d’autres décisions pourraient bientôt intervenir.

Marine Calvo

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Gouvernement Borne : Éric Dupond-Moretti conserve le ministère de la Justice

Gouvernement Borne : Éric Dupond-Moretti conserve le ministère de la Justice

De la salle des pas perdus à l’hôtel de Bourvallais, il n’y avait, pour Éric Dupond-Moretti, qu’un pas à sauter. L’ex-pénaliste, entré au gouvernement...

L’AFA annonce une enquête sur l’état des dispositifs anticorruption en entreprise

L’AFA annonce une enquête sur l’état des dispositifs anticorruption en entreprise

L’Agence française anticorruption a annoncé le lancement d’une nouvelle enquête. L’objectif de ce diagnostic : faire un état des lieux des dispositifs...

Marc Mossé retrouve August Debouzy

Marc Mossé retrouve August Debouzy

Il y a deux décennies, Marc Mossé commençait sa carrière d’avocat chez August Debouzy. Un passage par le monde de l’entreprise et par l’AFJE plus tard...

Edgar Avocats : un an d’existence, des recrutements externes et de beaux dossiers

Edgar Avocats : un an d’existence, des recrutements externes et de beaux dossiers

En décembre 2020, Guillaume Bredon quittait brl avocats, qu’il avait ouvert vingt ans plus tôt, pour fonder Edgar Avocats. Après une première année dy...

Simon Associés se renforce en contentieux des affaires

Simon Associés se renforce en contentieux des affaires

Vanessa Ruffa rejoint Simon Associés. Elle intègre le département contentieux et arbitrage du cabinet d’affaires en qualité d’associée.

Squair crée un département droit public

Squair crée un département droit public

Quentin Maujeul s’associe au cabinet Squair. Il y animera le nouveau département consacré au droit public.

The Line, nouvelle boutique de droit des sociétés et fiscalité

The Line, nouvelle boutique de droit des sociétés et fiscalité

Caroline Zimbris-Golleau et Alexandra Ménard s’associent et lancent The Line, un cabinet spécialisé en droit des sociétés et fiscalité, mais aussi com...

Lafarge en Syrie : la mise en examen pour complicité de crimes contre l’humanité confirmée

Lafarge en Syrie : la mise en examen pour complicité de crimes contre l’humanité confirmée

La cour d’appel de Paris, qui avait annulé la mise en examen du cimentier pour complicité de crimes contre l’humanité, a opéré hier un revirement. Laf...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message