Le fonctionnement de la justice à l’épreuve du Coronavirus

Face à la crise sanitaire liée à la pandémie, des mesures sont prises par les États afin de maintenir leur système judiciaire. Les solutions sont aussi variées que temporaires.
Tribunal de Paris

Face à la crise sanitaire liée à la pandémie, des mesures sont prises par les États afin de maintenir leur système judiciaire. Les solutions sont aussi variées que temporaires.

Comment sauver l’institution judiciaire en période d’urgence sanitaire ? Les mesures de confinement, qui empêchent le bon fonctionnement des juridictions, doivent tout de même prévoir la continuité, souvent a minima, de la justice. Le Premier ministre a annoncé la fermeture de tous les lieux publics non indispensables à la vie quotidienne sur le territoire national à compter du 16 mars. Dans un communiqué de presse du 15 mars dernier, Nicole Belloubet, Garde des Sceaux, rappelle que "le service public de la justice est essentiel à la vie des concitoyens". C’est la raison pour laquelle il fonctionnera mais de manière exceptionnelle. 

Une cellule de crise

Si les juridictions sont fermées, tout ce qui est relatif au traitement des contentieux importants est maintenu. Restent donc ouverts les audiences de comparution immédiate, celles du tribunal et du juge pour enfants, les référés devant le tribunal judiciaire et les permanences du parquet. De la même manière, sont maintenues les audiences de la chambre des appels correctionnels et de la chambre d’application des peines ainsi que celles de la chambre de l’instruction pour la détention. Pour la bonne continuité de ces services, les avocats ont réagi pour déplorer les conditions d’exercice dans les tribunaux. Nicole Belloubet les a rassurés ce matin au micro de France Inter en garantissant "une livraison prochaine de masques et de gels hydro alcooliques dans tous les tribunaux." Les services d’accueil du public et les différents points d’accès au droit seront, quant à eux, fermés pour limiter les risques de contagion. 

Par ailleurs, une permanence téléphonique est mise en place pour répondre aux situations d’urgence du public. Dans la même veine, le Conseil national des barreaux (CNB) a créé une cellule de crise pour informer les avocats du fonctionnement judiciaire actuel du pays. Il a en outre lancé l’opération "Covid-19/Avocats solidaires" consistant en une aide juridique par des avocats à destination des particuliers et professionnels. 

Vidéoconférence

La France s’est inspirée des mesures prises par l’Italie où le confinement depuis le 8 mars a entraîné la cessation de nombreuses activités et la fermeture temporaire de plusieurs entreprises à l’exception des services publics nécessaires – tels que l’administration de la justice – qui doivent continuer à fonctionner. En ce sens, le gouvernement italien a publié un décret-loi qui instaure une période de gel allant du 9 mars au 15 avril dont la conséquence est le report de toutes les audiences prévues entre ces dates. Par ailleurs, tous les délais de procédure et activités de médiation qui tombent dans cet intervalle sont suspendus et différés. Seules les procédures d’urgence – procédures de référés par exemple – et celles nécessitant une gestion accélérée – comme celles en lien avec les mineurs, les différends relatifs au mariage ou à l’adoption – seront traitées  durant cette période.

Aux États-Unis, les mesures sont très disparates en fonction des États : si les tribunaux fédéraux du Connecticut et du Massachussetts ont par exemple décidé de reporter à la mi-avril tous les procès devant un jury, dans le Michigan, les tribunaux d’État ont recommandé leur suspension en matière civile et pénale (sauf si un prévenu est en détention). Au Royaume-Uni, une solution innovante a été mise en place : pour la première fois, la Cour suprême a mené une affaire entièrement en vidéoconférence après avoir décidé de fermer ses portes au public. Mais en France, bien qu’il y ait eu un précédent en 2018 à Strasbourg, la solution n’a pas été retenue pour le moment par le gouvernement.

Massilva Saighi

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Marguerite Brac de La Perrière rejoint Lerins & BCW

Marguerite Brac de La Perrière rejoint Lerins & BCW

Après dix années passées au sein du cabinet Alain Bensoussan Lexing dans lequel elle a créé puis dirigé le département santé numérique, Marguerite Bra...

Matthieu Grollemund arrive chez Hogan Lovells

Matthieu Grollemund arrive chez Hogan Lovells

Matthieu Grollemund, ancien co-directeur du département corporate de Baker McKenzie, rejoint Hogan Lovells accompagné de son équipe. Sa pratique du pr...

Renforts en corporate chez Jeantet

Renforts en corporate chez Jeantet

Stephen Walters rejoint Jeantet en qualité d'associé. Accompagné de son équipe, il consolidera la pratique internationale du pôle corporate du cabinet...

Lacamp Avocat vise les contentieux franco-chinois

Lacamp Avocat vise les contentieux franco-chinois

Louis Lacamp lance Lacamp Avocat, une structure consacrée à la résolution des litiges commerciaux français et chinois.

Le costume sur mesure de Julie Couturier

Le costume sur mesure de Julie Couturier

Celle qui a revêtu la robe d’avocat le 1er mars 1995 portera à partir du 1er janvier 2022 l’habit de bâtonnier de Paris. Pas question cependant pour J...

Geoffroy Goubin devient associé chez Bougartchev Moyne

Geoffroy Goubin devient associé chez Bougartchev Moyne

Première cooptation pour le cabinet spécialiste de la défense pénale et du contentieux des affaires Bougartchev Moyne Associés : Geoffroy Goubin est p...

L’article R.442-1.a du Code de l’urbanisme a-t-il encore un avenir ?

L’article R.442-1.a du Code de l’urbanisme a-t-il encore un avenir ?

Peut-on encore se dispenser d’un permis d’aménager ou d’une déclaration préalable pour diviser un terrain en vue d’une opération immobilière important...

Nouvelle équipe en immobilier chez Altana

Nouvelle équipe en immobilier chez Altana

Altana accueille l’avocate spécialiste du droit immobilier Amélie Pinçon accompagnée de quatre de ses collaboratrices.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte