Budget 2019 : la bataille des chiffres

Emmanuel Macron compte sur le projet de loi de Finances pour redorer son image. Du côté du gouvernement, le message est clair : le budget 2019 sera celui du pouvoir d’achat. Selon l’exécutif, six milliards d’euros seront reversés aux ménages français. Mais, à y regarder de plus près, ce chiffre paraît trompeur. Inquiétant ?

Emmanuel Macron compte sur le projet de loi de Finances pour redorer son image. Du côté du gouvernement, le message est clair : le budget 2019 sera celui du pouvoir d’achat. Selon l’exécutif, six milliards d’euros seront reversés aux ménages français. Mais, à y regarder de plus près, ce chiffre paraît trompeur. Inquiétant ?

Entre une croissance économique atone et une opinion publique défavorable, le gouvernement connaît une rentrée difficile. Pour sortir la tête de l’eau, l’exécutif mise beaucoup sur le projet de loi de Finances pour 2019. Alors que celui de l’an dernier avait donné l’image d’un Président des riches avec la suppression de l’ISF, cette édition doit être celle du pouvoir d’achat. Ainsi, selon le gouvernement, les ménages gagneront 6 milliards d’euros. Ce montant comprend 4 milliards d’euros dus à la baisse des cotisations sociales des salariés, 3,8 milliards d’euros au titre de la suppression de la taxe d’habitation pour 80 % des Français et 700 millions d’euros pour l’exonération de cotisations salariales des heures supplémentaires. À cela, il faut retirer les nouvelles taxes sur les carburants (2 milliards d’euros) et sur le tabac (500 millions d’euros).

3,5 milliards d’euros

En réalité, le gain devrait être plus faible. En effet, le gouvernement avait déjà comptabilisé une partie de la baisse des cotisations sociale lors du budget précédent. Il faut également ajouter le gel des pensions, des APL et des allocations sociales qui va peser sur le pouvoir d’achat des Français. En août dernier, l’Elysée avait décidé de décorréler leur revalorisation de l’inflation. Ainsi, alors que ces prestations augmenteront de 0,3 %, la hausse des prix à la consommation devrait être comprise entre 2 % et 2,5 % en 2018. Pour l’OCDE, le pouvoir d’achats ne progressera que de 3,5 milliards d’euros. Un chiffre bien loin donc des 6 milliards d’euros annoncés en grande pompe par le gouvernement.

Cette hausse sera-t-elle suffisante pour relancer la consommation des ménages français et, in fine, la croissance ? Pas sûr, car ce « pactole » est loin d’être répartie équitablement. Les grands gagnants sont les salariés issus de la classe moyenne. Or, pour ces tranches de revenu, une légère progression de leur rémunération n’entraîne pas automatiquement une augmentation de leur consommation. Il y a un fort risque que ce cadeau fiscal se tourne plutôt vers l’épargne. À l’inverse, les retraités aux hauts revenus, qui dépensent plus facilement, sont les grands perdants de ce budget. L’autre inquiétude porte sur les classes défavorisées qui, avec le gel des allocations et la hausse des taxes sur l’essence et le tabac, seront fortement impactées. Ce sont pourtant eux qui sont le plus à même de transformer du pouvoir d’achat en consommation.

Un avenir incertain

L’exécutif joue gros. Si la consommation ne repart pas, l’année prochaine, il n’aura plus de marge de manœuvre. Et pour cause, le déficit public atteindra déjà 2,8 % du produit intérieur brut (PIB) en 2019. Quant à la dette, elle s’élèvera à 98,7 % du PIB. Dans le même temps, l’OCDE a revu ses prévisions de croissance à la baisse passant de 2 % à 1,6 %. Si la France est sortie de la procédure de surveillance pour déficit excessif (supérieur à 3 %), elle reste dans le collimateur de Bruxelles qui craint un nouveau dérapage. Au gouvernement, on demeure néanmoins confiant. Selon Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie et de Finances, la fin de la transformation du Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) en 2020 devrait permettre au déficit public de redescendre à 1,4 % du PIB. Encore une histoire de chiffre…

Vincent Paes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Super League : l’heure du putsch a sonné

Super League : l’heure du putsch a sonné

Coup de tonnerre sur le monde du foot, les "riches" font sécession. Plusieurs grands clubs veulent créer leur propre compétition quasi fermée. À la cl...

Présidentielle 2022. Qui vote quoi ?

Présidentielle 2022. Qui vote quoi ?

Emmanuel Macron candidat des classes moyennes, des seniors et des très jeunes. Marine Le Pen plus que jamais souveraine dans les milieux populaires où...

Ian Brossat (Ville de Paris) : "Dans la capitale, les prix à la location ont baissé cette année"

Ian Brossat (Ville de Paris) : "Dans la capitale, les prix à la location ont baissé cette année"

Mesures en faveur des classes moyennes, impact de la crise sanitaire sur les prix, choix d’un centre-ville dense… Le communiste Ian Brossat, adjoint a...

Stéphane Bancel, PDG de Moderna, fait une entrée fracassante dans le "club" des milliardaires

Stéphane Bancel, PDG de Moderna, fait une entrée fracassante dans le "club" des milliardaires

À la tête de la biotech Moderna depuis près de dix ans, Stéphane Bancel n’a pas attendu la crise sanitaire pour parier sur une technologie qui, en acc...

Entre 2017 et 2021, l’image de Marine Le Pen s’est dégradée

Entre 2017 et 2021, l’image de Marine Le Pen s’est dégradée

Pour beaucoup d’observateurs, Marine Le Pen est sur la pente ascendante, au point d’envisager une victoire en 2022. Mais si l’on fait abstraction des...

Régionales. Manuel Valls, candidat PS en Ile-de-France ?

Régionales. Manuel Valls, candidat PS en Ile-de-France ?

Le parti socialiste s’apprêterait à "débrancher" Audrey Pulvar. Un nom surprise sortirait du chapeau, celui de Manuel Valls qui retrouverait son parti...

Confinement, écoles, attestations, vaccins : ce qu’il faut retenir de l’allocution d’Emmanuel Macron

Confinement, écoles, attestations, vaccins : ce qu’il faut retenir de l’allocution d’Emmanuel Macron

Voici les points essentiels à retenir du discours du président de la République le 31 mars. Objectif : "fixer un nouveau cap", "garder la tête hors de...

Édito. Extrêmes limites

Édito. Extrêmes limites

Fétichisme de la race, censure, courbettes aux théocrates qui ne portent pas la République dans leur cœur : la "nouvelle gauche" se surpasse en ce moi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte