Antoine Frérot, le joueur d’échecs

Avec son sourire modeste et son ton mesuré, Antoine Frérot passe aisément pour le patron le plus flegmatique du CAC 40. Ne pas s’y fier toutefois. Habile tacticien, capable aussi bien de patience que d’action rapide, le patron de Veolia est un habitué des zones de turbulences et des effets de surprise. Lui qui, en 2011, survivait à une tentative de putsch et, contre toute attente, faisait acte d’autorité pour redresser l’entreprise, vient de susciter stupeur et tremblements en annonçant il y a peu son intention de racheter Suez. Portrait d’un faux discret et d’un authentique stratège.

Avec son sourire modeste et son ton mesuré, Antoine Frérot passe aisément pour le patron le plus flegmatique du CAC 40. Ne pas s’y fier toutefois. Habile tacticien, capable aussi bien de patience que d’action rapide, le patron de Veolia est un habitué des zones de turbulences et des effets de surprise. Lui qui, en 2011, survivait à une tentative de putsch et, contre toute attente, faisait acte d’autorité pour redresser l’entreprise, vient de susciter stupeur et tremblements en annonçant il y a peu son intention de racheter Suez. Portrait d’un faux discret et d’un authentique stratège.

Dimanche 30 août. À Paris, les températures flirtent avec les 30°, au sein des comités exécutifs comme ailleurs, on tourne au ralenti avant le coup d’envoi officiel de la rentrée. C’est le moment que choisit Veolia, leader mondial des services liés à l’environnement, du traitement de l’eau et des déchets pour fondre sur Suez, son concurrent de toujours, en lançant l’opération Sonate, une offre de rachat à 10 milliards d’euros qui prend tout le monde par surprise. Aux manettes : Antoine Frérot, le PDG du groupe au physique bonhomme et au sourire modeste. Celui chez qui l’allure de père tranquille dissimule, dit-on, un profil de tacticien hors pair doublé d’une combativité sans faille. De celles qui vous permettent de patienter dans l’ombre, le temps que les planètes s’alignent… Ce que le patron de Veolia aura fait des années durant, après que ses deux premières tentatives pour s’offrir Suez se furent soldées par des échecs.

Second rôle

Mais cette fois, tous les signaux semblent au vert et Antoine Frérot le sait. Fin juillet, Engie s’est dit prêt à céder les 32,2 % détenus dans le capital de Suez, lequel, dit-on, est aux abois et a grand besoin de liquidités – Veolia va donc proposer 298 millions d’euros – un très bon prix – pour lui racheter Osis, sa filiale spécialisée dans l’assainissement qui doit, par la suite, être revendue au fonds Meridiam –, enfin le projet a l’assentiment du gouvernement  : Antoine Frérot s’en est assuré en prenant soin, des semaines, dit-on, avant d’abattre ses cartes, de rassurer Jean Castex et Bruno Le Maire sur le bien-fondé d’un rapprochement entre les deux groupes ainsi que sur sa volonté de préserver l’emploi. De quoi baliser le terrain en amont et limiter les risques d’un nouvel échec. Résultat, alors que, quelques jours après l’annonce, on dénonce chez Suez une proposition de rachat "hostile et opportuniste", le Premier ministre apporte son soutien au projet en profitant d’une conférence de presse spéciale "plan de relance" pour déclarer que le rapprochement des deux groupes "fait sens" tandis que, dans la foulée, Matignon rappelle les états de service d’Antoine Frérot, l’homme qui, au cours des dix dernières années, aura redressé, stabilisé et modernisé Veolia. Et il y avait du boulot. Car lorsque celui-ci hérite de l’entreprise des mains d’Henri Proglio – parti prendre la tête d’EDF –, en 2011, elle affiche 14 milliards de dette au compteur pour 29 de chiffre d’affaires. Contre l’avis de son ancien mentor, lequel fera alors tout, en vain, pour l’évincer au profit de Jean-Louis Borloo, celui qui jusqu’alors s’était contenté d’incarner le parfait second rôle va se révéler un impitoyable gestionnaire de crise et un brillant visionnaire : débarrassant l’entreprise des activités qui la plombent – à commencer par la branche transports… –, faisant le ménage dans ses divisions, élaguant et réorganisant, il va la remettre en ordre de marche. Et, au passage, gagner ses lettres de noblesse en tant que nouvel homme fort et patron légitime de Veolia.

Tuer le père

Lui qui, en mai dernier, déclarait dans une lettre ouverte diffusée via l’Institut de l’entreprise, le think tank dont il prenait la tête en 2017,   "Diriger, c’est prendre sa part de risque", a montré qu’il savait prendre la sienne  ; s’imposer là où on ne l’attendait pas, trancher dans le vif et tracer un cap. Faire preuve de cette capacité d’"action" qui, estime-t-il, doit aujourd’hui "contrecarrer l’incertitude par la volonté, la méthode et l’audace". Tout cela, Antoine Frérot n’en a jamais manqué. Mais depuis l’épisode du putsch déjoué et du redressement mené tambour battant, la chose est entendue et vient compléter un profil qui semble sans faille. Outre les diplômes de Polytechnique et de l’École des ponts et chaussée, il y a la capacité de travail que l’on dit hors du commun, l’esprit rigoureux, méthodique tendance pointilleux railleraient certains, le goût du consensus plutôt que celui du management à l’autorité. Il y a aussi, bien sûr, le fait d’avoir dirigé deux branches du groupe – transports et eau – et marché dans les pas de son patron de l’époque, Henri Proglio – dont il fut le chargé de mission puis l’adjoint – avant de montrer sa capacité à "tuer le père" en n’hésitant pas à aller contre sa volonté lorsque cela s’avérera nécessaire, à la fois pour redresser l’entreprise dont il avait désormais la charge et pour y imprimer sa marque.

"L’entreprise doit être capable d’afficher une performance globale, d’intégrer des enjeux collectifs, comme les défis de l’environnement"

Pour celui dont certains imputaient l’arrivée au pouvoir au caractère discret, voire effacé, peu à même de faire de l’ombre à son prédécesseur, le coup de force relève du coup de théâtre. Tout comme son raid éclair mené cet été sur Suez. À croire que la force d’Antoine Frérot tient aussi à cela : au fait que, bien souvent, on ne le voit pas venir.

La fibre verte

Pourtant, l’homme ne cache pas ses ambitions. Sur le rôle de l’entreprise, notamment, dans laquelle il voit "un collectif qui fait que chacun – actionnaire, salarié, fournisseur, client – construit quelque chose qui n’existait pas et qu’il ne pourrait pas fabriquer seul". Pour cet engagé de la première heure, ou presque, en faveur de la raison d’être de l’entreprise qui formalisera celle de Veolia plusieurs mois avant la loi Pacte, celle-ci ne peut servir uniquement "les actionnaires et les patrons" mais, affirmait-il dans une interview récente accordée à Challenges, "doit être capable d’afficher une performance globale (…) ; d’intégrer des enjeux collectifs, comme les défis de l’environnement". Un sujet qui lui tient particulièrement à cœur, lui qui, depuis des années, réaffirme son engagement dans la lutte pour la protection de la biodiversité tout comme sa foi en l’économie circulaire, laquelle, rappelle-t-il régulièrement, permet de résoudre deux enjeux majeurs de l’époque en transformant les déchets en richesses, d’une part, – "  Aujourd’hui, la principale mine du XXIe siècle, ce sont les déchets des pays industrialisés, qui constituent le principal gisement de matières premières ", déclarait-il il y a déjà des années – et en créant de l’emploi, d’autre part. Cet emploi auquel le PDG de Veolia n’a de cesse de répéter son attachement depuis que son offensive sur Suez fait souffler un vent de panique chez son concurrent.

L’argument de l’emploi

"J’ai fait la transformation de Veolia sans casse sociale et le fonds Meridiam, auquel nous pensons céder les actifs de Suez en France pour satisfaire les autorités de la concurrence, est une "entreprise à mission" qui n’a pas revendu un seul de ses projets depuis quinze ans", déclarait-il il y a peu à Challenges, martelant son message de réassurance à destination de Suez en répétant que son ambition ne consiste pas à absorber son rival de toujours mais à unir leurs "forces d’innovation et de recherche, avec des moyens accrus" pour créer "le super champion mondial français de la transformation écologique", le tout dans une opération relance friendly qui n’aurait "pas d’impact sur l’emploi en France". D’ailleurs, Antoine Frérot l’affirme : "Non seulement les salariés de Suez n’ont rien à perdre, mais ils ont tout à gagner" de ce rapprochement  ; chacun, déclarait-il aux Échos à la mi-septembre, devant être "repris avec l’intégralité de ses avantages sociaux actuels." De quoi, en effet, transformer "l’initiative hostile" en deal gagnant-gagnant...

Caroline Castets

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

J-P. Sbraire (Total) : "Notre ambition est d’atteindre la neutralité carbone en 2050"

J-P. Sbraire (Total) : "Notre ambition est d’atteindre la neutralité carbone en 2050"

Les groupes pétroliers ont dû affronter à la fois la crise sanitaire de Covid-19 et la crise des marchés pétroliers. Jean-Pierre Sbraire, directeur fi...

V. Puche (CNAV) : "Je suis fière d’avoir internalisé des compétences UX/UI au sein de la CNAV"

V. Puche (CNAV) : "Je suis fière d’avoir internalisé des compétences UX/UI au sein de la CNAV"

DSI de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV), Véronique Puche a remporté le grand prix des Directeurs des systèmes d’information et du num...

Veolia finance le rachat de Suez par une émission d’obligations hybrides

Veolia finance le rachat de Suez par une émission d’obligations hybrides

Veolia a annoncé, le 14 octobre, l’émission de deux nouvelles obligations hybrides pour une valeur totale de 2 milliards d’euros. Cette somme doit ser...

À la rencontre de Robert Peugeot, l'homme qui s’investit

À la rencontre de Robert Peugeot, l'homme qui s’investit

Le président de la société d’investissement familiale FFP a passé une grande partie de sa carrière au sein des marques Peugeot et Citroën. Cet ingénie...

Reed Smith renforce son pôle immobilier

Reed Smith renforce son pôle immobilier

L’avocate Carole Steimlé rejoint Reed Smith comme associée. Son arrivée poursuit la vague de recrutements opérée par le cabinet depuis le début d’anné...

Conseillé par Gowling WLG, AD Éducation s’offre deux nouvelles écoles européennes

Conseillé par Gowling WLG, AD Éducation s’offre deux nouvelles écoles européennes

Le premier réseau d'écoles privées d'enseignement supérieur dédiées à la création et l’innovation, AD Éducation, acquiert deux sociétés, italienne et...

Le fonds américain Silver Lake s'offre Meilleurtaux

Le fonds américain Silver Lake s'offre Meilleurtaux

Avec cette acquisition comprise entre 700 et 800 millions d'euros, le fonds expert des technologies se promet un bel avenir.

Le fabuleux destin de Ginette Moulin

Le fabuleux destin de Ginette Moulin

Devenue en 2004 présidente du conseil de surveillance des Galeries Lafayette, Ginette Moulin est une héritière avisée qui perpétue les traditions fami...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte