Alexandre Prot (Qonto) : "Nous cassons les codes existants"

Oui, le secteur de la banque au service des indépendants peut être disrupté. La preuve avec la success story de Qonto qui concurrence les poids-lourds du secteur. Alexandre Prot, fondateur du groupe revient sur une aventure menée tambour battant.

Oui, le secteur de la banque au service des indépendants peut être disrupté. La preuve avec la success story de Qonto qui concurrence les poids-lourds du secteur. Alexandre Prot, fondateur du groupe revient sur une aventure menée tambour battant.

Décideurs. Pourquoi avoir fondé Qonto ?

Alexandre Prot. Il y a quatre ans, avec Steve Anavi, nous nous sommes lancé le défi de réinventer les services financiers et la banque. Nous avions déjà monté une première entreprise entre 2013 et 2016 dans un domaine différent. Nous connaissions l’enfer que vivent les entrepreneurs et les patrons de TPE/PME dans la gestion de leurs finances, de leur comptabilité et de toutes les tâches administratives. Leur coût en termes de temps, de charge mentale et d’argent génère de véritables frustrations. Quand notre société a été rachetée, nous nous sommes basés sur notre propre expérience ainsi que sur plus d’une centaine d’entretiens avec des indépendants, des artisans et des dirigeants de PME pour mettre en place notre nouveau projet.

En quoi êtes-vous novateurs ?

Nous nous adressons à des clients qui ont déjà des comptes ou à des entreprises qui voient le jour. En France, il y a plus de créations d’entreprises que de naissances. Ce qui donne une idée de la vitalité du marché. Notre cocktail pour attirer les clients est très simple : un super produit. On peut ouvrir facilement un compte en ligne, effectuer des transactions en temps réel, etc. Par exemple, à partir d’une photo, le logiciel peut extraire le montant de la TVA d’une facture de restaurant, simplifiant le travail de comptabilité. Nous avons également un service client très réactif, disponible sept jours sur sept. Enfin, nous proposons des tarifs transparents avec des forfaits à partir de 9 euros par mois, sans engagement.

Quelle était votre logique de recrutement ?

Nous avons volontairement constitué une équipe de non-experts bancaires. Notre force repose sur le fait de réinventer les services financiers. Nos premiers salariés étaient surtout des designers et des développeurs qui ne connaissaient pas cet univers. Aujourd’hui notre taille et notre agrément d’établissement de paiement nécessitent de traiter des sujets réglementaires spécifiques mais, sur toute la partie produit, support, pricing, nous cassons les codes existants.

"Nous avons volontairement constitué une équipe de non-experts bancaire"

Parlez-nous de votre culture d’entreprise...

Celle-ci est un vrai sujet, surtout quand on se développe aussi rapidement dans une période où nous ne sommes pas tous physiquement au même endroit. Nous portons quatre valeurs : l’ambition, le travail d’équipe, la maîtrise et l’intégrité. Pour ce qui est de l’ambition, nous visons les 500 000 clients d’ici à 2023, contre 150 000 aujourd’hui ; ainsi qu’un net promoter score (indicateur de satisfaction et de fidélité, ndlr) de 75, contre un peu moins de 70 actuellement, sachant que les banques traditionnelles, elles, sont proches de 0. Le travail en équipe et la notion de tempo sont également centraux. Les différents départements doivent œuvrer au même rythme pour sortir le meilleur produit, le plus rapidement possible.

La question du développement personnel est également centrale...

Tout à fait. Nous le plaçons au coeur de l’entreprise. En s’assurant que nos collaborateurs grandissent, on garantit le meilleur service pour nos clients. Nous sommes actuellement 300 et pourrions être 450 d’ici à la fin de l’année. Pour arriver à déployer à plus grande échelle notre modèle, il faut que chacun s’améliore.

Ce qui est également votre cas ?

Je n’ai jamais fait ce que je suis en train d’accomplir. J’apprends tous les jours. Je dois sans cesse m’améliorer et, si possible, grandir un peu plus vite que l’entreprise. Il me faut aussi rester proche des équipes et des clients, m’intéresser à leur quotidien, tout en regardant relativement loin pour prendre les bonnes décisions et être là où l’on veut d’ici cinq ou dix ans. Par exemple, je passe une heure par semaine à regarder les tickets envoyés à notre service client. Mais je réfléchis aussi à des questions de long terme, comme le télétravail dans la durée.

Propos recueillis par Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Leadership : ces stratèges qui disruptent leur secteur

Entrepreneurs visionnaires, ils sont à l’origine de ruptures technologiques profondes. Comment les patrons de Netflix, d’Alan ou encore de Tesla ont-ils réussi à mettre leurs idées en musique, mais aussi à fédérer des équipes autour de projets qui, au départ, pouvaient paraître fous ?
Sommaire Netflix, les clés du succès Emmanuel Macron, la stratégie de l’océan bleu E.Salobir : "Les dirigeants de la Silicon Valley fonctionnent comme des chefs de clan" P. de Passorio (Adyen) : "Il ne faut jamais se couper du marché" F. Mazzella (BlaBlaCar) : "Si je n’apprends pas, je me fane" F. Arata (LinkedIn) : "Nous sommes incités à nous comporter comme des entrepreneurs" Voici comment Microsoft a failli se faire disrupter A. Loesekrug-Pietri (JEDI) : "Ce qui importe c’est de se projeter dans le coup d’après" F. Dupré (Medtronic) : "Nous nous attachons à insuffler une culture de l’essai" Sartorius Stedim Biotech, la pépite franco-allemande de la santé
Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Directeur général de Soitec depuis 2015, il a remis le fabricant de semi-conducteurs sur les rails et compte tripler le chiffre d’affaires du groupe d...

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

La présentation de la nouvelle DS4 début septembre s’est accompagnée de l’annonce d’un passage au 100 % électrique à partir de 2024 de la marque DS. J...

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Le plafond de verre ? Anne Méaux l’a crevé dès l’âge de 20 ans à une époque où les femmes influentes se comptaient pratiquement sur les doigts d’une m...

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Depuis 1997, les frères Martin développent un groupe de laboratoires d’analyse et de biologie médicale née d’une technologie découverte par leurs pare...

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

L’économie circulaire est au cœur de l’activité d’Econocom, groupe spécialisé depuis 1973 dans les services liés à la transformation digitale. Son fon...

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

PDG d’Allianz depuis 2014, Oliver Bäte poursuit l’expansion de son groupe d’assurance en Europe et en Afrique de l’Est. Très impliqué sur les sujets...

Adyen, la mondialisation réussie

Adyen, la mondialisation réussie

La fintech dirigée par Pieter van der Does s’adresse aussi bien aux petits commerces qu’aux multinationales. Une stratégie couronnée de succès puisque...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte