Qonto au cœur des ambitions chinoises

La néobanque française Qonto lève 104 millions d’euros auprès de Tencent et DST Capital. Un record sur ce segment de marché. Focus sur une opération qui révèle l’attractivité de la fintech hexagonale et européenne.

La néobanque française Qonto lève 104 millions d’euros auprès de Tencent et DST Capital. Un record sur ce segment de marché. Focus sur une opération qui révèle l’attractivité de la fintech hexagonale et européenne.

Qonto vient de lever 104 millions d’euros en série C, du jamais vu dans la fintech française. Avec cette opération, le groupe totalise 136 millions d’euros d’augmentation de capital depuis sa création en 2016. La néobanque propose des moyens de paiements et des outils de gestion comptable aux entreprises. Spécialisé sur le segment des PME, Qonto dénombre aujourd’hui 65 000 comptes professionnels. Cette nouvelle levée de fonds devrait permettre à la banque en ligne de se lancer en Italie, en Allemagne et en Espagne et ainsi de doubler le nombre de ses comptes et de passer de 200 à 300 employés en 2020. Les sommes amassées doivent aussi permettre à Qonto d’obtenir l’agrément du régulateur bancaire, l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR). Un aval qui permettrait à l’entreprise de devenir un véritable établissement de crédit.

Après avoir participé à la levée de fonds clôturée mercredi 15 janvier par Lydia, le groupe chinois Tencent entre aujourd’hui au capital de Qonto, aux côtés de DST Capital, un fonds russe par ailleurs investi dans de nombreuses entreprises de la tech comme Facebook, Twitter, Airbnb, Alibaba, Wish, Whatsapp,… La fintech européenne est une des cibles privilégiées des investisseurs internationaux, en particulier chinois, car avec la dégradation des relations avec les États-Unis, ceux-ci se tournent vers l’Europe.

Ces investissements représentent, pour Tencent, une opportunité de transfert de technologies, mais aussi un moyen de proposer leurs propres solutions de paiement à leurs clients chinois en voyage en Europe. En effet avec WeChat Pay, la société dispose du moyen de paiement le plus utilisé dans le monde avec au moins 800 millions d’utilisateurs, mais ces derniers ne peuvent pas s’en servir en dehors du territoire chinois. Pour pallier cette faiblesse, Tencent a pris l’habitude de racheter d’autres applications, leur offrant, entre autres, l’accès à différents moyens de paiement sans avoir à sortir de WeChat. Le groupe chinois semble ainsi utiliser ses énormes moyens financiers pour investir massivement dans les start-up étrangères et y puiser des synergies a posteriori. Depuis cinq ans, Tencent a réalisé 27 prises de participation dans le secteur des services financiers, contre « seulement » 15 pour les GAFA. D’ailleurs, pour améliorer son offre de contenus aux utilisateurs de la plateforme, le groupe chinois n’hésite pas à multiplier les investissements dans d’autres secteurs allant des jeux vidéo à la musique. Par exemple, en décembre dernier, Tencent a racheté 10 % des parts d’Universal Music Group, leader mondial de la musique, jusqu’ici détenu par le français Vivendi.

Baptiste Delcambre

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Une nouvelle SCPI pour Corum AM

Une nouvelle SCPI pour Corum AM

Huit ans après la création de deux SCPI, la société de gestion Corum L’épargne enrichit son offre et fonde Eurion.

Franklin Templeton acquiert Legg Mason

Franklin Templeton acquiert Legg Mason

Une nouvelle méga opération capitalistique vient d’être annoncée dans l'univers de la gestion d'actifs avec le rachat de Legg Mason par Franklin Templ...

Alstom entre en négociation pour le rachat de Bombardier

Alstom entre en négociation pour le rachat de Bombardier

Le géant du ferroviaire français, Alstom, est en passe de racheter son concurrent canadien, Bombardier, dans un contexte d’endettement massif. La tran...

Une journée avec Romain Burnand, fondateur de Moneta Asset Management

Une journée avec Romain Burnand, fondateur de Moneta Asset Management

Le fondateur de Moneta Asset Management, Romain Burnand, nous a ouvert, pendant une journée, les portes de sa société pour mieux faire connaître son t...

L’industrie 4.0 , la technologie au service de l’usine du futur

L’industrie 4.0 , la technologie au service de l’usine du futur

La technologie permet d'optimiser les rendements industriels. Avec de nouveaux outils à sa disposition, le secteur secondaire se réinvente. Tour d'hor...

Une excellente alternative au MBA

Une excellente alternative au MBA

Vous êtes contraints par le temps, mais désirez passer à un niveau de leadership supérieur sans sacrifier la qualité de votre apprentissage ? Voici un...

Thematics Asset Management lance un nouveau fonds

Thematics Asset Management lance un nouveau fonds

La société de gestion propose Thematics Subscription Economy, un fonds qui est investi sur le thème de l’économie de l’abonnement.

Covéa prêt à reprendre PartnerRe à la famille Agnelli, aux dépends de Scor

Covéa prêt à reprendre PartnerRe à la famille Agnelli, aux dépends de Scor

Depuis deux ans, l’assureur français Covéa souhaite compléter son expertise autour de son cœur de métier en rachetant un réassureur. Après un an de fe...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message