Ce que les politiques (se) souhaitent pour 2017

Si le mois de janvier est l’occasion pour les responsables politiques de s’adonner à une déferlante de bons sentiments, cette année, à quelques mois de l’élection présidentielle, les traditionnels vœux aux Français ont tout de discours de campagne.

Si le mois de janvier est l’occasion pour les responsables politiques de s’adonner à une déferlante de bons sentiments, cette année, à quelques mois de l’élection présidentielle, les traditionnels vœux aux Français ont tout de discours de campagne.

C’était sans doute l’une de ses dernières allocutions. « Dans cinq mois, vous aurez à faire un choix (...). C’est vous qui aurez le dernier mot, voilà pourquoi votre responsabilité est si grande », a lancé François Hollande aux Français, à l’occasion de ses vœux diffusés sur France Télévisions le 31 décembre. Un moment de « gravité » et « d’émotion » a précisé le chef de l’État, promettant qu’il se consacrerait pleinement à sa mission jusqu’à la fin de son mandat. Profitant de la nouvelle année pour se faire entendre, les candidats à sa succession ont, eux aussi, souhaité s’adresser au plus grand nombre.

 

« Soyons à la hauteur »

 

« Je suis candidat pour créer avec vous une nation libre et puissante », a rappelé François Fillon. Son vœu ? Que 2017 soit « l’année du redressement ». « Je veux que nous soyons à la hauteur de l’idéal de résistance et d’espérance que représente la France », a déclaré le champion de la primaire de la droite d’un ton solennel. Plus conquérante que jamais, Marine Le Pen a de son côté adressé des « vœux de combat » dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux. « En 2017, la France peut renouer avec l’espérance, c’est le chemin que je vous propose », a lancé la candidate du Front national dont le premier meeting de campagne se déroulera à Lyon le 5 février prochain. Plus pacifique, et fidèle à son programme axé sur la solidarité (1), Benoît Hamon a lui souhaité aux Français une année 2017 « plus harmonieuse et bienveillante ». Quant à son adversaire Arnaud Montebourg, il s’est filmé au cœur de son QG de campagne, entouré de son équipe pour leur adresser sobrement une « belle année 2017 ».

 

Hommage au service public
 

Outre les traditionnels vœux de bonheur et de santé, certains candidats ont profité de l’occasion pour saluer le travail des fonctionnaires. Un moyen de rallier cet électorat crucial pour tout candidat de gauche ? Sans aucun doute. « Je souhaitais en ce 31 décembre venir ici, sur le territoire que je connais bien, celui d'Évry pour soutenir et rendre hommage, pour marquer mon engagement, auprès de tous les personnels, de tous les agents, de tous les fonctionnaires, qui assurent dans cette nuit la sécurité et la solidarité », a expliqué Manuel Valls au cœur d’une caserne de pompiers dans son fief. Même stratégie pour Benoît Hamon, qui s’est exprimé devant le service des urgences de l’hôpital Cochin, « pour rappeler qu’un soir de réveillon, certains vont travailler toute la nuit dans les services publics. » Le chef de l’État lui-même s’est lui aussi exprimé sur le sujet : « Je veux rendre hommage à nos policiers, à nos militaires qui se dévouent jusqu’au sacrifice ».

 

Originalité

 

D’autres ont choisi de miser sur l’originalité. L’ex-candidate à la primaire des Républicains Nathalie Kosciusko-Morizet s’est ainsi filmée dans une brasserie autour d’un verre de vin rouge et d’une planche de charcuterie. « Souhaitons-nous collectivement que 2017 nous permette de trouver la force d’agir ensemble pour protéger notre république et nos valeurs », a-t-elle déclaré dans une atmosphère pour le moins décontractée, rappelant par ailleurs son soutien à François Fillon. Pas de vidéo en revanche pour Jean-Luc Mélenchon. « Mon vœu : moins de vœux, plus d’action », a twitté le fondateur de La France insoumise. Emmanuel Macron s’est lui aussi contenté d’un simple message sur le réseau à l’oiseau le 31 décembre : « Une nouvelle histoire commence qui nous rassemblera ». Pour en connaître le dénouement, rendez-vous le 7 mai prochain.

 

Capucine Coquand

@CapucineCoquand

 

(1) : Revenu universel, économie sociale… : le programme solidaire du candidat Hamon


 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

F. Stolar (Sagard) : « Alvest, c'est d'abord un pari d'investisseur »

F. Stolar (Sagard) : « Alvest, c'est d'abord un pari d'investisseur »

Patron de l'une des sociétés de gestion les plus confidentielles du marché français du private equity, Frédéric Stolar nous livre ses impressions sur...

Publicité digitale : le pré carré des Gafa sous pression

Publicité digitale : le pré carré des Gafa sous pression

Google, Facebook et bientôt Amazon : les géants du Net captent la majorité des investissements publicitaires digitaux en France. Pourtant, les scandal...

Isabelle de Silva fait autorité

Isabelle de Silva fait autorité

Très discrète durant les douze premiers mois de son mandat à la tête de l’Autorité de la concurrence, Isabelle de Silva s’appuie sur sa grande technic...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandé.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message