Zoé Brejon​​​​​​​ (Investance Partners) : « Plus qu’une monnaie, le bitcoin est pour le moment un actif financier »

Zoé Brejon​​​​​​​ (Investance Partners) : « Plus qu’une monnaie, le bitcoin est pour le moment un actif financier »

En 2017, le bitcoin voyait sa valorisation exploser de 1 500 % pour atteindre près de 20 000 dollars mi-décembre. Après une forte baisse, son cours semble se stabiliser et oscille entre 8 000 et 10 000 dollars. Une bonne chose selon Zoé Brejon de Lavergnée, manager chez Investance Partners, qui estime, entre autres, qu’une trop grande volatilité nuit à l’émergence du bitcoin en tant que monnaie. Explications.

Décideurs. La correction subie par le cours du bitcoin en ce début d’année vous inquiète-t-elle ?

Zoé Brejon de Lavergnée. Elle était nécessaire. Au cours du dernier trimestre 2017, la valorisation du bitcoin a triplé. À elle seule, la capitalisation du bitcoin représente presque 50 % du marché des cryptomonnaies. Cette envolée n’était pas saine et s’expliquait surtout par l’arrivée massive d’investisseurs particuliers attirés par l’appât d’un gain rapide. Cette correction permet de normaliser les choses.   

Peut-on aujourd’hui considérer le bitcoin comme une monnaie ?

Pas encore. Le bitcoin se définit plutôt comme un actif financier ou encore un cryptoactif. Cela s’explique par deux principaux facteurs. L’inflation a atteint un niveau tel fin 2017 que personne ne souhaitait dépenser ses bitcoins. La normalisation des cours pourrait changer la donne à terme. La deuxième explication est que l’acceptation d’une nouvelle monnaie prend du temps. Plus que ce que certains anticipaient. Il est en effet plus facile de faire confiance à un tiers historique plutôt qu’à une technologie encore peu comprise. Mais l’essor du bitcoin comme actif financier est une première étape. En se démocratisant, les cryptomonaies gagnent en notoriété d’abord, puis en légitimité.

Les cryptomonnaies sont-elles suffisamment réglementées ?

Non, il y a des progrès à faire dans de nombreux domaines. La plupart des acteurs du marché s’accordent à dire qu’une meilleure régulation est souhaitable. Plus les gens auront confiance dans les cryptomonnaies, plus elles pourront se développer. La réglementation doit se concentrer sur trois thèmes. Le premier concerne les Initial Coin Offering (ICO). L’AMF a lancé une consultation à ce sujet l’an dernier et vient juste d’en publier les conclusions. Il y a un consensus pour aller vers plus d’encadrement afin d’éviter au maximum les dérives et de limiter les risques pour les investisseurs. L’institution devrait opter prochainement pour la mise en place d’un visa qui viendrait valider la cohérence de l’opération financière. Le second sujet porte sur la taxation des plus-values. Actuellement en France, il n’existe pas de cadre spécifique, ce n’est qu’interprétation des textes existants. Dans la plupart des cas, les gains enregistrés viennent élargir l’assiette d’imposition. La communauté souhaiterait combler ce vide juridique en créant une flat tax (qui se situerait probablement autour de 30 %). Le dernier sujet concerne les plate-formes d’échange afin de lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Très en avance sur cette thématique en France par exemple, elles sont demandeuses de réglementation pour asseoir leur réputation. Il s’agit essentiellement d’un besoin de justification de l’origine des fonds et de vérification de l’identité du client.

« En se démocratisant, les cryptomonnaies gagnent en légitimité »

Le nombre de cryptomonnaies ne cesse de grandir. Est-ce un simple effet de mode ?

Début 2018, on recensait environ 1 200 cryptomonnaies. Ce chiffre n’est bien sûr pas viable à long terme. Le marché devrait connaître une forte consolidation dans les années à venir.

Propos recueillis par Vincent Paes

 

25 000 Le nombre de détenteurs français de Bitcoin, soit moins de 0,05 % de la population. Ils sont 33 % de la population active en Corée du Sud.

17 M Le nombre de bitcoins en circulation.

21 M Le nombre maximum de bitcoins qui sera créé d’ici à 2140.

1 000 personnes détiennent 40 % des bitcoins dans le monde.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travailler main dans la main"

B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travail...

En tant que directeur financier d'Alcatel-Lucent Enterprise, Bernd Stangl est responsable des finances, de la fiscalité, de la comptabilité, de l'audi...

Dossier spécial : Le private equity de demain

Dossier spécial : Le private equity de demain

La rédaction de Décideurs Corporate Finance a sélectionné les étoiles montantes de l'univers du capital-investissement ainsi que la nouvelle génératio...

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Figure incontournable parmi les grands influenceurs économiques de la planète, Virginie Morgon se démarque autant par ses résultats probants à la tête...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

En entreprise, les impayés sont plutôt courants et il n’est pas toujours facile d’encaisser 100% de son chiffre d’affaires. Or, les retards de paiemen...

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

Avec 230 consultants, 25 associés et dix bureaux dans le monde, Advancy a réalisé, en 2021, 55% de croissance. Quelle est la recette de ce pure player...

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Pour les femmes, le secteur de la finance est plus inégalitaire que la moyenne française en termes de rémunération. Des inégalités particulièrement vi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message