Yvon Chouinard, premier de cordée

Les entrepreneurs désireux de donner du sens à leur business ont une icône : l’Américain Yvon Chouinard, fondateur de Patagonia  qui, depuis 1972, place l’intérêt général au-dessus de tout.

Les entrepreneurs désireux de donner du sens à leur business ont une icône : l’Américain Yvon Chouinard, fondateur de Patagonia qui, depuis 1972, place l’intérêt général au-dessus de tout.

Alpinistes et grimpeurs le savent fort bien, la conquête des cimes est une discipline qui permet de mesurer à quel point la nature est fragile. Certains se contentent d’observer ; d’autres, à l’instar d’Yvon Chouinard, agissent. Cet accro aux parois californiennes lance en 1972 Patagonia, marque dédiée aux sports de montagne. La vision du fondateur est, à l’époque, peu répandue : tout le business model doit être tourné vers le respect de nature.

Trente ans d'avance

Alors que les problématiques environnementales commencent à devenir une priorité dans les années 2000, chez Patagonia, elles sont dès l’origine au cœur des valeurs du groupe. Notamment grâce à des actes forts : en 1985, Yvon Chouinard annonce que 10 % de son résultat avant impôt sera reversé à des associations environnementales. Le chiffre est aujourd’hui de 1 % du montant des ventes. Le Californien d’adoption est également à l’origine du collectif 1 % for the Planet, groupement d’entreprises qui s’engagent à suivre le même principe. Parmi les adhérents, les français Maisons du monde, Caudalie ou Léa Nature. En 1992, « le PDG alpiniste » lance une étude sur l’impact écologique de ses produits, initiative qui, à l’époque détonne.

En 1992, il lance une étude sur l'impact écologique de ses produits, initiative qui, à l'époque, détonne

Elle conduit à des décisions fortes comme le passage au coton bio, malgré le surcoût que cela représente pour les clients. Qui plébisciteront l’initiative. L’entreprise persévérera en fabriquant ses vêtements et équipements à partir de plastiques et de métaux recyclés. C’est le cas de 70 % du catalogue de Patagonia en 2020. Le seuil des 100 % devrait être atteint en 2025.

Evangéliser

Côté gestion du personnel, Yvon Chouinard a également déployé des initiatives qui sont notamment exposées dans l’ouvrage Let my people go surfing, devenu une bible du management. Concrètement, chez Patagonia, les salariés sont vivement invités à s’engager dans des activités environnementales. Il est possible de prendre deux mois de congés sabbatiques payés pour mener à bien une action en faveur de la nature. Les bonnes pratiques écolos peuvent être partagées par les salariés à leurs clients. Dans la boutique chamoniarde de Patagonia, les vendeurs peuvent ainsi mettre en avant leurs bonnes pratiques en faveur de l’environnement, par exemple en donnant des cours de cuisine anti-gaspi. De quoi avoir des collaborateurs engagés et fidèles. Management, logistique, dons… Le modèle Patagonia a été récompensé par l’ONU, qui en 2019, a décerné à la marque le prestigieux trophée de « Champion de la Terre ». Selon Inger Andersen, le directeur du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), le travail mené par Yvon Chouinard « offre un exemple parfait que le secteur privé peut  s’associer à la lutte contre le changement climatique, la perte de la biodiversité et d’autres menaces pour la santé humaine et planétaire ». Évidemment, en 2012, lorsque le statut de B Corp est né, Patagonia n’a eu aucun mal à décrocher le label. Quoi de plus logique, puisque ses concepteurs ont pris pour modèle la gestion d’Yvon Chouinard.

Lucas Jakubowicz,

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Raison d'être, la révolution est enclenchée

B Corp, raison d'être... Derrière les appellations et les labels promouvant un capitalisme responsable se trouvent des leaders visionnaires. Tous, par leurs actes, instillent dans le débat public une idée révolutionnaire : oui il est possible d'entreprendre en respectant environnement, consommateurs et salariés.
Sommaire P.Demurger (Maif) : "Une attente sociale croissante conduit à adapter notre modèle économique" Christian Kroll, le geek vert Ben&Jerry's, les pionniers américains Emery Jacquillat, le e-commerce à visage humain N.Notat : "La raison d'être a connu un accueil au delà de notre espérance" E.Laville (Utopies) : "Une entreprise peut être lucrative et servir l'intérêt général" F.Richard (Kersus Avocats) ; "Ethique et utilité sociale deviennent des marqueurs incontournables" Des racines et des ailes Hélène Valade (Orse) : "La raison d’être doit constituer l’objet de l’entreprise, pas celui de la direction de la communication"
Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Réforme de la fiscalité internationale : réelle révolution ou pavé dans la mare ?

Réforme de la fiscalité internationale : réelle révolution ou pavé dans la mare ?

S’il est un sujet qui aura fait couler beaucoup d’encre depuis le début de l’année 2021, c’est bien celui de la réforme de la fiscalité internationale...

Nicolas Julia (Sorare) : "Notre vision est de construire un champion mondial de l’entertainment sportif"

Nicolas Julia (Sorare) : "Notre vision est de construire un champion mondial de l’entertainment spor...

La start-up Sorare, qui développe un jeu de fantasy football permettant de collectionner des cartes numériques de football sous forme de jetons non fo...

Le mid-cap européen se réunit à Paris

Le mid-cap européen se réunit à Paris

Dans le cadre de la 21e édition du forum indépendant "European Midcap Event" qui se tiendra à Paris les 21 et 22 octobre prochains, près de 200 entrep...

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

PDG d’Allianz depuis 2014, Oliver Bäte poursuit l’expansion de son groupe d’assurance en Europe et en Afrique de l’Est. Très impliqué sur les sujets...

30 milliards d’euros pour la France de 2030

30 milliards d’euros pour la France de 2030

Mardi 12 octobre, Emmanuel Macron présentait un programme de dix objectifs pour garantir à la France une croissance pérenne et gagner en souveraineté....

O. Lenel (Mazars En France) : "81 % des Français estiment que les entreprises ont le pouvoir de changer les choses"

O. Lenel (Mazars En France) : "81 % des Français estiment que les entreprises ont le pouvoir de chan...

Mazars en France a donné la parole à 2 143 Français concernant leurs attentes vis-à-vis des entreprises en 2021, dans un contexte de sortie de crise....

Thomas Strüngmann, son investissement dans BioNTech l'a rendu milliardaire

Thomas Strüngmann, son investissement dans BioNTech l'a rendu milliardaire

Investir dans BioNTech avant la pandémie rapporte gros. Ce n'est pas Thomas Strüngmann qui dira le contraire. Le vaccin anti-covid développé par la fi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte