Y. Masselot (CNB) : "Les innovations dans le secteur du nautisme dépendent de l’industrie automobile"

Entré chez Construction Navale Bordeaux (CNB) en 1999, Yann Masselot vient de succéder à Dieter Gust en tant que directeur général de la filiale du groupe Beneteau. Une passation qui s'inscrit donc dans une logique de transition progressive. Quels sont les objectifs qui lui ont été assignés ? Comment l’entreprise va-t-elle s’adapter aux évolutions des modes de consommation ? Yann Masselot détaille sa feuille de route.
Yann Masselot

Entré chez Construction Navale Bordeaux (CNB) en 1999, Yann Masselot vient de succéder à Dieter Gust en tant que directeur général de la filiale du groupe Beneteau. Une passation qui s'inscrit donc dans une logique de transition progressive. Quels sont les objectifs qui lui ont été assignés ? Comment l’entreprise va-t-elle s’adapter aux évolutions des modes de consommation ? Yann Masselot détaille sa feuille de route.

Décideurs. Si comme vos concurrents vous avez vu votre activité ralentir avec la crise de 2008, vous avez pu profiter pleinement de la reprise du marché grâce aux lancements de vos nouveaux produits. Quels sont ceux qui ont le mieux fonctionné ? Comment l’expliquez-vous ?

Yann Masselot. Nous sommes les leaders mondiaux sur le marché du catamaran grâce à la marque Lagoon. Durant la crise, ce marché a mieux résisté que celui de plaisance en ne baissant que de 25 %, contre 50 % pour le marché de la plaisance. Au plus fort de la crise, le Groupe Beneteau a pris la décision d’utiliser la trésorerie de l’entreprise pour accentuer son développement sur de nouveaux produits plutôt que de ne rien faire. Cette stratégie agressive a reflété notre ambition de partir à la conquête de nouvelles parts de marché. Si notre offre « Lagoon » a connu une forte chute de son chiffre d’affaires en 2009 (- 20 %), il a depuis été sans cesse en croissance. Nous avons enrichi notre gamme de manière accélérée, en lançant pas moins d’un ou deux nouveaux modelés par an. Ces décisions nous ont permis de surperformer la croissance du marché du catamaran qui est reparti à la hausse dès 2010.

"Nous constatons un fort développement des sociétés de location de bateaux »

La marque de catamaran Lagoon est le socle de votre succès. Pourquoi avoir pris le risque de créer une nouvelle marque, Excess ?

La part de marché de « Lagoon » est prépondérante. Au-delà d’un certain niveau, il est difficile de gagner des parts supplémentaires. Le marché du catamaran devient aussi de plus en plus mature. Il est en train de se segmenter et la marque « Lagoon » ne peut pas à elle seule couvrir l’ensemble du spectre. Nous pensons toutefois qu’il y a encore de la place pour un nouvel entrant, c’est pourquoi nous souhaitons éviter de laisser la porte ouverte à de nouveaux concurrents. Le succès de Lagoon a attiré les concurrents sur le segment du catamaran familial, habitable et confortable. Au milieu de tout cela, le créneau du bateau plus équilibré en termes de performance et de confort a été délaissé. Cette reconquête s’explique par l’arrivée d’une génération de jeunes trentenaires ayant des attentes différentes dans l’usage du loisir et du plaisir.

Quelles seront les prochaines innovations qui impacteront votre marché ?

La recherche porte notamment sur l’aspect autonomie électrique du bateau. En 2006, nous avons lancé un modèle de propulsion hybride. On connaît parfaitement ce milieu-là. Mais le secteur du nautisme n’a pas les moyens de se développer seul. Les innovations dépendent donc de l’industrie automobile. Il faut aussi garder en tête un point majeur, la fiabilité. Une panne au milieu d’un océan pouvant avoir des conséquences considérables. Nous y allons donc de manière extrêmement prudente, surtout que l’environnement marin est très agressif pour l’électronique.

"Nos collaborateurs avaient peur que le groupe parachute quelqu’un qui ne connaisse pas l’entreprise"

Les jeunes générations ont-elles bouleversé les habitudes de consommation ?

Elles ne souhaitent plus nécessairement être propriétaires de bateaux. Il y a un passage de la propriété à l’usage. Il faut donc être capable de proposer des alternatives, notamment en termes d’utilisation en jour ou en heure des bateaux. Nous constatons un fort développement des sociétés de location de bateaux. Nous avons donc lancé il y a un an un portail appelé « Band of Boats » qui a vocation à proposer des solutions pour aller sur l’eau au grand public (location, partage, location entre particuliers, multipropriété, solutions en fonction du budget). Dans les années à venir, nous souhaitons lui donner une envergure européenne.

Quels sont les avantages et inconvénients d’appartenir au groupe Beneteau ?

Beneteau nous donne une puissance financière et industrielle. Avec Lagoon, nous avons pu développer le meilleur rapport qualité prix du marché grâce notamment au savoir-faire du groupe, sans équivalent dans le monde du nautisme. Parfois, les prises de décisions sont cependant un peu plus longues.

Vous travaillez dans le groupe depuis plus de 25 ans et êtes devenu directeur général de CNB l’année dernière. Comment se passe la succession de Dieter Gust, fondateur de l’entreprise ? Quelles sont vos ambitions pour les années à venir ?

Dieter Gust fait le maximum pour que ce passage de témoin soit un succès. Il continue de nous accompagner dans le développement stratégique. Pour les salariés, ma nomination était une décision rassurante, car je suis dans l’entreprise depuis plus de 20 ans. Nos collaborateurs avaient peur que le groupe parachute quelqu’un qui ne connaisse pas l’entreprise. Dans les prochaines années, nous souhaitons rester leader mondial sur le marché du catamaran et accroître notre leadership. Nous voulons surperformer la croissance du marché.

Propos recueillis par Aurélien Florin

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

V. Decaux (La Poste) : "Croiser la data permettrait de faire coïncider les besoins de l’entreprise avec les projets du salarié"

V. Decaux (La Poste) : "Croiser la data permettrait de faire coïncider les besoins de l’entreprise a...

Présidente du jury du prix du DRH numérique 2020, Valérie Decaux, DRH du Groupe La Poste envisage la transformation digitale à la fois comme complémen...

Zhong Shanshan, l’empereur de l’eau minérale

Zhong Shanshan, l’empereur de l’eau minérale

Première fortune chinoise, Zhong Shanshan est le patron à la fois du géant de l’eau en bouteille Nongfu Spring et de l’entreprise pharmaceutique Beiji...

A.F Laime (John Cockerill) : "Le soutien de l’État est nécessaire pour développer l’hydrogène"

A.F Laime (John Cockerill) : "Le soutien de l’État est nécessaire pour développer l’hydrogène"

Le fournisseur de services et d’équipements aux entreprises et collectivités John Cockerill ouvrira en 2022 une usine d’électrolyseurs en Alsace. Un a...

Jorge Moll Filho : l’hôpital mais pas la charité

Jorge Moll Filho : l’hôpital mais pas la charité

Des services publics déficients et une classe moyenne supérieure nombreuse. Le Brésil présente la configuration idéale pour se lancer dans la santé pr...

D. Fleury (MACIF) : "La crise a accéléré notre transformation digitale"

D. Fleury (MACIF) : "La crise a accéléré notre transformation digitale"

Didier Fleury accompagne depuis deux ans la transformation numérique de la Macif, société d’assurance mutuelle française.  Un défi de taille pour cett...

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Directeur général de Soitec depuis 2015, il a remis le fabricant de semi-conducteurs sur les rails et compte tripler le chiffre d’affaires du groupe d...

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

La présentation de la nouvelle DS4 début septembre s’est accompagnée de l’annonce d’un passage au 100 % électrique à partir de 2024 de la marque DS. J...

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Le plafond de verre ? Anne Méaux l’a crevé dès l’âge de 20 ans à une époque où les femmes influentes se comptaient pratiquement sur les doigts d’une m...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte