Y. Magnan (73 Strings) : "En optimisant la recherche de deals et leur évaluation, nous offrons du temps aux analystes"

Fondateur du bureau parisien de Duff & Phelps en 2007 puis responsable EMEA en 2016, Yann Magnan est devenu, à la mi-2020, CEO de 73 strings, une start-up créée par deux anciens de la firme de conseil et qui s’attache à apporter une dimension digitale aux problématiques d’évaluation et de conseil financier. Il raconte ce nouveau projet.

Fondateur du bureau parisien de Duff & Phelps en 2007 puis responsable EMEA en 2016, Yann Magnan est devenu, à la mi-2020, CEO de 73 strings, une start-up créée par deux anciens de la firme de conseil et qui s’attache à apporter une dimension digitale aux problématiques d’évaluation et de conseil financier. Il raconte ce nouveau projet.

Décideurs. Quelle est l’histoire de la création de 73 Strings ?

Yann Magnan. Dans la sphère de la finance d’entreprise, nous sommes dans un environnement où il y a une forte propension à penser que l’essentiel des tâches ne peuvent être réalisées que par l’humain. La vision commune des deux créateurs, Abhishek Pandey et Sambeet Parija, que je partage également, est d’affirmer qu’il s’agit d’abord d’un métier d’hommes et de femmes car beaucoup de décisions sont à prendre et des jugements sont à rendre mais que, pour autant, avant d’y aboutir, de nombreuses tâches peuvent être réalisées par la machine. Les dernières évolutions en matière d’intelligence artificielle permettent d’automatiser ces tâches. C’était la vision lors du lancement de 73 Strings et c’est celle qu’on s’attache à mettre en œuvre depuis au travers du développement de nos outils.

De grands progrès ont été réalisés en matière technologique, bien sûr, mais également en matière de coût de ces technologies. Jusqu’à récemment, pour développer des algorithmes d’intelligence artificielle, il fallait s’appeler Google et mettre des centaines de millions sur la table. Aujourd’hui beaucoup d’algorithmes existent et peuvent, si vous avez une bonne équipe, être agrégés les uns aux autres pour réaliser certaines tâches. Le volet réduction de temps passé et, de manière subsidiaire, réduction de coût est assez substantiel. Mais ce n’est pas que cela : les algorithmes traitent des volumes de données que l’homme ne peut pas résoudre sans eux.

Quel est l’objectif de 73 strings ?

Notre ambition est de libérer du temps à tous ces jeunes analystes, fraîchement sortis des meilleures formations, auxquels on demande pendant les premières années de leur carrière de passer un temps précieux à recueillir de l’information, la « cruncher » et la « cross-référencer ». Toutes ces tâches sont primordiales avant d’arriver à prendre une décision sur un investissement, sur une valorisation ou sur tout ce qui peut avoir trait à la finance d’entreprise d’une société. Cependant, ce ne sont pas ces tâches qui portent la plus grande valeur ajoutée. Ainsi, si celles-ci peuvent être effectuées par une machine, cela laissera plus de temps à ces analystes pour se poser les bonnes questions, approfondir leur analyse et leur jugement, et, in fine, se concentrer sur un travail à plus forte valeur ajoutée. En optimisant la recherche de deals et leur évaluation – dans un premier temps –, 73 strings leur offre du temps.

"Les algorithmes traitent des volumes de données que l’homme ne peut pas résoudre sans eux"

Vous avez déjà développé deux outils, le premier de recherche de cible ( Proton X) et le second de valorisation (Qubit X), quels sont vos futurs projets ?

Notre feuille de route est déjà très fournie mais il est encore trop tôt pour la divulguer dans sa totalité. Par ailleurs, notre plateforme de monitoring Graviton X est en cours de développement. Elle permettra notamment pour les fonds d’investissement de réaliser un suivi de leurs participations. Nous allons également travailler à augmenter notre couverture en private equity. Avec l’outil de recherche de cible, Proton X, nous sommes au début du travail des fonds, et avec l’outil de valorisation pour le reporting, Qubit X, à la fin. Il nous reste beaucoup de tâches à traiter entre ces deux étapes. Par ailleurs, nous comptons développer notre outil de valorisation, Qubit X. Celui-ci ne traite pour le moment que des instruments equity. Nous avons pour ambition de développer un module de private debt et de compléter la partie equity avec des thématiques plus spécifiques de type « Infrastructure » et « Real Estate ». Enfin, nos produits s’adressent actuellement aux fonds d’investissement et aux grands corporates. Nous souhaitons nous étendre vers le secteur bancaire, pour lequel nos outils peuvent être un atout non négligeable. 

Que signifie le nom 73 strings ?

Abhishek Pandey et Sambeet Parija, les deux co-fondateurs sont à l’origine de ce nom. « 73 » est un nombre premier, un de ceux qui sont les plus complexes, et qui ont le plus de propriétés mathématiques. « Strings » en informatique signifie « mots » ou « suite de mots ». Ainsi, « 73 strings » c’est l’alliance de la compréhension du texte et des chiffres avec l’aide de la machine. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Fusions & acquisitions 2020-2021

Retrouvez notre dossier issu du guide-annuaire Fusions & acquisitions 2020-2021
Sommaire
Les recettes du succès de ManoMano

Les recettes du succès de ManoMano

Après une levée de fonds de 110 millions d’euros en 2019 puis de 125 millions l’année suivante, la start-up ManoMano, une marketplace spécialisée dans...

L. Soubeyrand (Swile) : "Depuis 2018, nous avons conquis 10 % du marché français"

L. Soubeyrand (Swile) : "Depuis 2018, nous avons conquis 10 % du marché français"

La start-up spécialisée dans les titres restaurants étend son offre. Elle vise désormais les comités d’entreprise en proposant des chèques cadeaux et...

Pour Deliveroo, la crise sanitaire est un jackpot

Pour Deliveroo, la crise sanitaire est un jackpot

Entre les confinements et le télétravail, la livraison de repas à domicile connaît un succès sans précédent depuis maintenant un an. Melvina Sarfati e...

M. Trabbia (Orange) : "Consommateurs et entreprises doivent se saisir de la 5G"

M. Trabbia (Orange) : "Consommateurs et entreprises doivent se saisir de la 5G"

Alors que la 5G se déploie en France, Orange lance des laboratoires où les entreprises peuvent expérimenter et s’approprier cette nouvelle technologie...

Méka Brunel, la bâtisseuse

Méka Brunel, la bâtisseuse

Depuis sa nomination à la tête de Gecina en 2017, Méka Brunel ne cesse de transformer la foncière aux 20 milliards d’euros de patrimoine. L’Iranienne...

Accord de principe pour Veolia et Suez en vue d'un rapprochement

Accord de principe pour Veolia et Suez en vue d'un rapprochement

Les deux géants français, Veolia et Suez, en pourparlers depuis de nombreux mois, sont arrivés à un accord de principe sur le projet de fusion des deu...

Eurofins Scientific acquiert le français IESPM

Eurofins Scientific acquiert le français IESPM

Eurofins Scientific, un des leaders mondiaux de services bio-analytiques, a annoncé ce jeudi l’acquisition du groupe IESPM, acteur majeur de l’analyse...

P. Soullier (Valtus) : "Nous sommes devenus des acteurs de missions à impact"

P. Soullier (Valtus) : "Nous sommes devenus des acteurs de missions à impact"

Spécialiste du management de transition Valtus accompagne des entreprises en pleine croissance ou lorsque celles-ci font face à une problématique spéc...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte