Y. Garagnon (DiliTrust) : « Nous proposons des data rooms illimitées par abonnement mensuel »

Le marché des data rooms reste méconnu du grand public. C'est pourtant un service essentiel lors des rapprochements entre sociétés. Yves Garagnon, patron de la plate-forme DiliTrust, décrit son offre innovante et affirme ses ambitions quant à la prise du leadership européen.

Le marché des data rooms reste méconnu du grand public. C'est pourtant un service essentiel lors des rapprochements entre sociétés. Yves Garagnon, patron de la plate-forme DiliTrust, décrit son offre innovante et affirme ses ambitions quant à la prise du leadership européen.

 

Dealmakers. DiliTrust Data Room est votre solution pour l’organisation des Data Rooms. Où en est son développement ?

Yves Garagnon. Notre société est spécialisée dans la protection des données sensibles, le partage de documents et les informations relatives à la gouvernance des entreprises. DiliTrust Data Room fait partie des solutions de référence que nous proposons. Traditionnellement, nos data rooms électroniques avaient un positionnement français et modeste. Nous avons décidé d’adopter une approche plus offensive et de prendre une part de marché significative sur les transactions de M&A.

Quelle est votre stratégie pour prendre ces parts de marché ?

Nous appuyons notre stratégie de croissance sur trois piliers. D’abord, la conception d’une offre simple et intelligente reprenant le principe du « tout illimité », alors que nos concurrents facturent tous à l’usage. Ainsi, il n’y a plus de limitation du nombre de documents affectés à une data room, et le nombre d’utilisateurs et d’invités est aussi illimité. Nos clients connaissent le prix de leur data room dès le départ. Ensuite, nous avons souhaité renforcer le côté intuitif de nos data rooms, ce qui a débouché sur une nouvelle version de la solution. Notre data room nouvelle génération est en service et fonctionne très bien. L’interface a été repensée pour être plus intuitive et ergonomique, et surtout la sécurité a encore été améliorée. C’est la clé d’une fusion-acquisition rondement menée. Ce progrès résulte d’une mutualisation des travaux de nos équipes puisque « DiliTrust Exec », la solution permettant à la moitié des conseils d’administration du CAC 40 de partager leurs documents, en a également bénéficié. Enfin, il faut des moyens financiers significatifs pour se développer et faire valoir ses compétences : nous avons dernièrement procédé à une augmentation de capital de sept millions d’euros auprès du fonds Calcium Capital. Rapportée à notre chiffre d’affaires de dix millions d’euros, c’est une somme importante !

Comment envisagez-vous votre déploiement à l’international ?

Notre plan de développement à l’étranger commence par l’Europe du Sud car nous pensons que la maturité des services de partage de documents est moindre qu’en Allemagne ou au Royaume-Uni par exemple. Nous avons ouvert un bureau à Milan et lançons l’Espagne. Nous sommes aussi à Luxembourg. Cela va nous permettre de rester proches de nos clients même en dehors de la France, alors que nos grands concurrents américains sont plus distants. Toutes les données demeurent hébergées en France.

Qui sont vos principaux clients d’ailleurs ?

Sur les data rooms, ce sont essentiellement des fonds d’investissement, des banques d’affaires et des avocats. Chaque catégorie contribue égalitairement à notre chiffre d’affaires.

Comment allez-vous faire pour séduire un fonds espagnol ou une boutique de M&A italienne ?

Il faut bien combiner les efforts marketing et commerciaux. Sur le premier point, nous travaillons à ce que la notoriété de la marque soit positive et diffuse. Cela prend la forme de rédaction d’articles spécialisés, de communiqués et d’amélioration de référencement pour les recherches Internet. Ensuite, nous avons des équipes de télé-marketing qui vont directement contacter banquiers et avocats afin de les sensibiliser sur l’existence de notre solution. Mais ces acteurs ne répondent favorablement que s’ils ont un processus transactionnel en cours. Enfin, nos collaborateurs commerciaux sont disponibles pour faire une démonstration de l’application, réaliser un devis, et ouvrir le service de data room très vite. Dès qu’un client est intéressé, on peut lui ouvrir le service en moins d’une heure. Certaines data rooms sont aussi paramétrées en amont (plusieurs profils d’arborescence) et le client n’a pas plus qu’à ranger ses documents. Dernière précision, nous pouvons proposer le chargement des fichiers de nos clients s’ils souhaitent gagner davantage de temps encore.

Votre service est-il disponible sur smartphone ?

Oui mais l’utilisation du smartphone pour les data rooms n’est pas prévalente. Dans ce cadre, le mobile est un outil de consultation succinct. Les intervenants ont plutôt besoin d’une multitude d’écrans et de fenêtres ouvertes pour passer de la lecture d’un fichier à un autre. Pour la gestion de data rooms, le smartphone est plus un accessoire.

 

FS

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

L’environnement inscrit dans la constitution

L’environnement inscrit dans la constitution

L’assemblée nationale a voté l’inscription de la sauvegarde de l’environnement dans la constitution. Une réussite pour Nicolas Hulot qui a milité arde...

O. Requin (Matmut) : « Les outils digitaux et les tendances collaboratives transforment le métier d’assureur »

O. Requin (Matmut) : « Les outils digitaux et les tendances collaboratives transforment le métier d’...

Confronté à des tendances nouvelles et à une digitalisation massive, le monde de l’assurance connaît une transformation sans précédent. Olivier Requin...

Guerre commerciale : de lourdes conséquences sur les ETF

Guerre commerciale : de lourdes conséquences sur les ETF

La guerre commerciale déclenchée par les États-Unis entraîne un ralentissement sans précédent de la croissance des ETF.

Martin Vial (APE) : « Avec une régulation suffisante, le plein actionnariat public n’est plus nécessaire »

Martin Vial (APE) : « Avec une régulation suffisante, le plein actionnariat public n’est plus nécess...

L’heure est aux privatisations. À l’occasion de la présentation du projet de loi Pacte, le gouvernement a confirmé son intention de céder ses particip...

David Solomon devient CEO de Goldman Sachs

David Solomon devient CEO de Goldman Sachs

Goldman Sachs nomme ce 17 juillet 2018 David Solomon, banquier d’affaires, 56 ans, en tant que nouveau CEO.

Les start-up, PME et ETI à la conquête du monde

Les start-up, PME et ETI à la conquête du monde

Ce mardi 17 juillet, Pramex et Banque populaire ont dévoilé les résultats 2018 de leur baromètre sur l’implantation internationale des start-up, PME e...

Bourse : qu’arrive t-il aux sociétés de gestion ?

Bourse : qu’arrive t-il aux sociétés de gestion ?

Après un début d’année positif, les gestionnaires d’actifs semblent désormais devoir essuyer un revers du fait d’un recul des actions au premier semes...

Bank of Singapore poursuit son développement en Europe

Bank of Singapore poursuit son développement en Europe

Après avoir implanté sa banque privée à Londres, la filiale du groupe OCBC, vient de recevoir sa licence pour l’exécution d’ordres et le conseil en in...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message