X.Legendre (Hogan Lovells) : "Je souhaite développer davantage l’esprit de conquête"

X.Legendre (Hogan Lovells) : "Je souhaite développer davantage l’esprit de conquête"

L’associée fiscaliste Xénia Legendre a succédé à Marie-Aimée de Dampierre à la tête du bureau parisien d’Hogan Lovells il y a deux ans. Dans la continuité de celle qui a pris des fonctions européennes, l’avocate d’origine russe souhaite diffuser le « reflexe Hogan Lovells » auprès des grands groupes français et internationaux

Décideurs Juridiques. Quels sont les éléments clés de la croissance du bureau de Paris ?

Xénia Legendre. Nous favorisons le travail en équipe, le partage des idées, le lancement d’initiatives et les innovations. Notre objectif est de ne jamais rester sur un statut quo mais d’avancer, de progresser pour être toujours meilleurs et nous remettre en question. C’est un vrai plus : nos décisions sont consensuelles mais rapides et business oriented. Nous avons l’habitude de « chasser en bande », c’est-à-dire de développer notre clientèle ensemble pour entretenir une méritocratie collective.

Et depuis deux ans en particulier ?

Depuis deux ans, nous avons attiré de nouveaux talents de manière stratégique, par exemple avec l’arrivée de Philippe Druon en restructuring. Nous nous étions dit que la crise de 2008 était ancienne et qu’il serait probable qu’une nouvelle crise arrive. Nous avions anticipé les difficultés des entreprises que nous conseillons. Nous avons aussi su rebondir en contentieux et droit pénal des affaires grâce à l’arrivée d’Arthur Dethomas et de son équipe, mais aussi dans le secteur des TMT, porteur pour la firme tout entière, avec le spécialiste des données personnelles Étienne Drouard. Dans le secteur de la santé, nous avons accueilli Charlotte Damiano, spécialiste du market access pour les laboratoires pharmaceutiques. À chaque événement au cabinet, nous avons su apporter une réponse pour gagner en notoriété et grandir.

Quelle empreinte souhaitez-vous marquer ?

Je souhaite développer davantage l’esprit de conquête d’Hogan Lovells tout en préservant sa culture, à savoir l’esprit collaboratif, le partage, le consensuel, la formation des jeunes, la loyauté (de nombreux avocats qui composent notre équipe ont fait toute leur carrière dans le cabinet).

La réunion de profils venus de tous horizons nous donne un avantage concurrentiel important face à des cabinets d’hommes blancs en costume et cravate

Je souhaite créer le réflexe auprès des entreprises et banques d’investissement : faire appel à Hogan Lovells en cas de problèmes complexes. Notre firme est reconnue, nous sommes dans le top 3 des marques en droit dans le monde. Mais nous devons faire plus : notre nom doit être sur la langue de tous les directeurs juridiques de France et de Navarre. Nous sommes très bons mais encore parfois trop modestes et bien que je sois pour l’humilité, je suis contre la fausse modestie.

Hogan Lovells entretient une culture de la diversité. Quels sont les éléments qui vous tiennent à cœur ?

Nous soignons la parité femmes-hommes particulièrement dans le bureau de Paris où un tiers des associés sont des femmes. Nous sommes moins bons en matière de diversité ethnique mais où que l’on soit chez Hogan Lovells, le multi-culturalisme est très visible. Notre nouveau managing partner, Miguel Zaldivar, est d’origine hispanique. Moi-même je suis d’origine russe, et mon âme slave diffère de celle d’un associé né en France. La réunion de profils venus de tous horizons nous donne un avantage concurrentiel important face à des cabinets d’hommes blancs en costume et cravate.

Le bureau de Paris fête en 2020 ses 30 ans d’existence. Qu’est-ce que cela signifie pour vous et comment voyez-vous les 30 prochaines années ?

Cet anniversaire est l’occasion de rappeler que nous ne sommes pas des petits nouveaux en France, ni des étrangers. Nous faisons partie de l’échiquier juridique français, nous sommes français. Pour autant, nous ne sommes pas statiques et innovons pour rester jeunes. Notre cap à cinq ans : être systématiquement sollicités par les plus importantes sociétés françaises lors de la réalisation de leurs opérations stratégiques.

Propos recueillis par Pascale D'Amore

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Un petit quiz avant l'été ?

Un petit quiz avant l'été ?

Le conseil de la rédaction pour des vacances sereines et reposantes ? Vérifier que l'actualité des six derniers mois est bien maîtrisée. À vous de jou...

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Le nouveau comité du label investissement socialement responsable (ISR), présidé par Michèle Pappalardo, travaille à sa modernisation. Les grandes lig...

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

La directive sur la protection des lanceurs d'alerte imposait comme date butoir de transposition par les États de l’Union européenne le 17 décembre 20...

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Jérôme Deroulez, associé fondateur du cabinet Deroulez Avocats, revient pour Décideurs Juridiques sur les thèmes qui devraient occuper les délégués à...

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Les six professionnels du cabinet Nosten Avocats ont rejoint en mai dernier le cabinet d’experts comptables GMBA, formalisant ainsi une collaboration...

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Incarner la diversité des juristes d’entreprise pour mieux répondre aux défis du métier. C’est l’objectif que l’Association française des juristes d’e...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message