Widr lance son outil de paiement en ligne pour les avocats

La start-up du droit Widr crée Widr Pay afin de dématérialiser le paiement des honoraires d’avocats et de lutter ainsi contre les impayés auxquels ils sont confrontés.

La start-up du droit Widr crée Widr Pay afin de dématérialiser le paiement des honoraires d’avocats et de lutter ainsi contre les impayés auxquels ils sont confrontés.

Pour venir en aide à la profession d’avocat fragilisée par les grèves de la fin de l’année 2019 et par la crise sanitaire du covid-19, la start-up Widr, spécialisée dans les solutions numériques pour les avocats, lance Widr Pay, un outil de paiement en ligne pour les cabinets. Cette solution a pour ambition de lutter contre les impayés et d’accélérer le paiement de leurs honoraires, en réduisant le délai à 39 heures contre 3 mois en moyenne. Ce qui permettra également de récupérer plus rapidement de la trésorerie, un enjeu prioritaire pour les robes noires actuellement.

L’enjeu prioritaire de la trésorerie

« Widr Pay est aujourd’hui notre activité principale, derrière nos outils de productivité : nous avons en effet constaté que la vraie priorité des avocats se situait au niveau de leur trésorerie, explique John Banner, fondateur de Widr Pay. La profession souffrait déjà avant la crise de délais de paiement très longs, d’une comptabilité artisanale pour la plupart des cabinets (tableaux excel…) et de l’impossibilité d’utiliser des outils grand public comme Paypal dans la mesure où ces derniers ne sont pas conformes au règlement intérieur national du secteur (RIN). Nous avons donc lancé Widr Pay, outil de paiement d’honoraires en ligne, via carte bancaire ou prélèvement. » La solution a notamment été recommandée par le Réseau national des incubateurs des barreaux (RNIB), qui a listé récemment les outils numériques pouvant aider à la reprise post-confinement.

Cette nouvelle plateforme a été élaborée en partenariat avec des cabinets d’avocats. Pour répondre au mieux aux à leurs attentes et rester au plus près des réalités du terrain, la start-up a par ailleurs constitué un board « visionnaires » composé d’avocats, d’experts-comptables, d’huissiers de justice et de juristes pour concevoir Widr Pay. « Face à la crise, la force d’organisation comptable est devenue un enjeu prioritaire et une question de survie : rappelons en effet que la profession compte seulement 4 % d’avocats salariés. Les 96 % restants n’ont donc pas eu accès au chômage partiel par exemple ; ils doivent trouver d’autres issues pour sécuriser leur situation et notamment leur trésorerie », poursuit John Banner.

Comme sur un site marchand

Widr Pay s’installe en ligne gratuitement à l’aide du renseignement d’un l’Iban. L’avocat accède ensuite à un tableau de bord lui permettant de télécharger ses factures et de les envoyer à ses clients en entrant leur adresse mail. Il peut également intégrer un lien de paiement sur son site de cabinet, une option choisie par 60 % des utilisateurs. Le règlement s’effectue ensuite de manière sécurisée par carte bancaire, comme sur un site marchand, ou par prélèvement Sepa (pour les paiements ponctuels ou mensuels). L’envoi et les rappels de factures sont gérés par une intelligence artificielle pour maximiser le taux d’ouverture du mail de facturation et donc le paiement. L’avocat est informé en temps réel de chaque nouveau règlement et son client reçoit un reçu bancaire instantané suite à son paiement. Pour sécuriser les transactions, Widr Pay s’est associé à Stripe, une solution utilisée notamment par Uber pour le paiement des courses. Il permet à Widr Pay de pouvoir assurer la sécurité des paiements par carte bancaire (Visa et Mastercard), prélèvement mais aussi par Google Pay et Apple Pay, dans 135 devises.

John Banner lance Sphere en 2014, une entreprise spécialisée dans les technologies de mise en relation par intelligence artificielle. En 2019, il recentre son activité sur le marché des professions juridiques, avec la création de la filiale Widr en janvier 2019, devenue Widr Pay. Présente en France et aux États-Unis, la start-up intervient sur les marchés français et américain lors de la gestion des problématiques de digitalisation de la profession d’avocat. Son équipe se compose d’une vingtaine de collaborateurs (ingénieurs, designers et juristes) répartis entre Paris et San Francisco.

Marine Calvo

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Transactions, la nouvelle plateforme de M&A

Transactions, la nouvelle plateforme de M&A

La société Collaboration Capital lance Transactions, une plateforme dédiée à l’identification automatisée des contreparties recherchées.

Le Conseil national des barreaux lance Avoventes.fr

Le Conseil national des barreaux lance Avoventes.fr

Le Conseil national des barreaux met en ligne une plateforme d’annonces de ventes aux enchères publiques immobilières, s’adressant aussi bien aux avoc...

Nemrod Avocat, la structure des secteurs de la défense et de la sécurité

Nemrod Avocat, la structure des secteurs de la défense et de la sécurité

Après plus de dix ans d’exercice au sein de cabinets internationaux, Maxime Molkhou lance sa propre structure, Nemrod Avocat, axée sur un positionneme...

Wolters Kluwer s’associe à Della

Wolters Kluwer s’associe à Della

Wolters Kluwer annonce son partenariat avec Della, une legaltech spécialisée dans l’analyse de contrats basée sur l’intelligence artificielle pour les...

G. Nemes (Patrimmofi) : "Nous préservons notre indépendance capitalistique mais l’avenir demeure très ouvert"

G. Nemes (Patrimmofi) : "Nous préservons notre indépendance capitalistique mais l’avenir demeure trè...

Le marché des CGP est en pleine consolidation. Patrimmofi, groupe issu du spin off d’avec Primonial en 2016, sait en tirer le meilleur en conjuguant c...

J. Seraqui (CNCGP) : "Il y a un fossé entre les souhaits des pouvoirs publics et ceux des épargnants"

J. Seraqui (CNCGP) : "Il y a un fossé entre les souhaits des pouvoirs publics et ceux des épargnants...

Julien Seraqui, président de la CNCGP, fait ses propositions pour favoriser la transition énergétique et la relance économique.

Solidarité intrafamiliale : nouvelle exonération pour relancer l’économie

Solidarité intrafamiliale : nouvelle exonération pour relancer l’économie

Le troisième projet de loi de finances rectificative adopté par le Parlement le 23 juillet prévoit une exonération de droits de mutation à titre gratu...

Le CSA lance l’Observatoire de la haine en ligne

Le CSA lance l’Observatoire de la haine en ligne

Le régulateur de l’audiovisuel met en place un organe chargé de quantifier, de favoriser le partage d’information et d'améliorer la compréhension de l...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message