WeWork réalise finalement son entrée en Bourse

Après une première tentative avortée en 2019, c’est au détour d’un SPAC, special purpose acquisition company, que WeWork finalise son entrée en Bourse à New-York. Le groupe d’immobilier de bureaux partagés a fusionné avec BowX Acquisition Corp, coquille vide cotée au Nasdaq en 2020.

Après une première tentative avortée en 2019, c’est au détour d’un SPAC, special purpose acquisition company, que WeWork finalise son entrée en Bourse à New-York. Le groupe d’immobilier de bureaux partagés a fusionné avec BowX Acquisition Corp, coquille vide cotée au Nasdaq en 2020.

Fondée en 2010, WeWork s’est forgé une réputation avec son modèle de bureaux partagés pour les entreprises. L’idée, nouvelle à l’époque, a vite séduit les investisseurs permettant à la société d’atteindre une valorisation théorique de 47 milliards de dollars en janvier 2019. En annonçant vendredi sa fusion avec le SPAC de l’américain BowX Capital, la société intègre le Nasdaq et espère renouer avec le succès de ses débuts. 

Des années marquées par la défiance et la crise sanitaire

Pourtant, en septembre 2019, le groupe avait dû renoncer à son entrée en Bourse. En cause, les doutes que son modèle économique commence à soulever ainsi que l’inconstance de la ligne donnée par son dirigeant, Adam Neumann. Pour éviter la faillite, le fonds japonais Softbank, principal actionnaire, avait injecté près de 9 milliards de dollars entre 2017 et 2019 avant d’inviter le fondateur de WeWork à quitter le navire. 

Wework a enregistré une perte de 3,2 milliards de dollars sur l’année 2020, essentiellement dû au télétravail et à la distanciation sociale – complexes à concilier avec un espace de travail partagé. Selon le Financial Times, le taux d’occupation de ses bureaux est passé de 72 % au début de l’année 2020, avant la crise sanitaire, à 47 % seulement à la fin de la même année. Le quotidien britannique rapportait, la semaine passée, la volonté de WeWork de lever un milliard de dollars pour relancer sa croissance.

Une entrée au Nasdaq pour se redresser

C’est donc par le biais d’un SPAC que l’entreprise de bureaux partagés fait son entrée à Wall Street. La fusion avec BowX Acquisition Corp valorise WeWork à 9 milliards d’euros, dettes comprises, et lui permet d’obtenir "environ 1,3 milliard de dollars" d’argent frais précise le communiqué. BowX apportera 483 millions de dollars en numéraire et 800 millions supplémentaires auxquels contribuent les fonds Blackrock, Fidelity, Starwood, Insight Parners ou encore Centaurus. L’opération devrait se finaliser au cours du troisième trimestre 2021.

Après des efforts drastiques en 2020, notamment avec la réduction de ses dépenses de fonctionnement de plus de 1,1 milliard de dollars et la cession d’activités non liées à son cœur de métier, l’entreprise affirme avoir réalisé un chiffre d’affaires de 3,2 milliards de dollars, hors Chine. Son CEO, Sandeep Mathrani, a par ailleurs déclaré à la chaîne télévisée CNBC attendre un "retour au travail important", précisant que "nous commençons à voir, même à New-York désormais, un retour de l’activité, ajoutant qu’ils sont "plutôt optimistes".

S’il est trop tôt pour faire retomber la pression sur les mesures sanitaires, l’avancée des différentes campagnes de vaccination à travers le monde pourrait entraîner une reprise de l’activité de WeWork. Combinée avec sa prochaine fusion, l’avenir semble enfin s’éclaircir pour la société. 

David Glaser

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

PDG d’Allianz depuis 2014, Oliver Bäte poursuit l’expansion de son groupe d’assurance en Europe et en Afrique de l’Est. Très impliqué sur les sujets...

Adyen, la mondialisation réussie

Adyen, la mondialisation réussie

La fintech dirigée par Pieter van der Does s’adresse aussi bien aux petits commerces qu’aux multinationales. Une stratégie couronnée de succès puisque...

Mirakl, la révolution du e-commerce

Mirakl, la révolution du e-commerce

Le spécialiste des logiciels de création de marketplaces est leader dans son secteur. Une réussite française que son cofondateur et CEO explique par u...

L'Europe accélère... trop tard ?

L'Europe accélère... trop tard ?

Malgré des tours de table de plus en plus ambitieux, l’écosystème technologique européen accuse un sérieux retard sur les géants américains et chinois...

Le site Leaders League fait peau neuve et s’étoffe

Le site Leaders League fait peau neuve et s’étoffe

Quelques mois après une mise à jour de son interface, le site leader dans la recherche de classements et de sociétés poursuit son développement.

Mallorie Sia, l’énergie nouvelle génération

Mallorie Sia, l’énergie nouvelle génération

Cette diplômée de HEC a déjà une belle carrière derrière elle puisque dès ses 25 ans elle cédait son entreprise à Treatwell avant de rejoindre Deliver...

Gafam - BATX. Le marché des empereurs

Gafam - BATX. Le marché des empereurs

Valorisations stratosphériques, chiffres d’affaires dopés par les confinements, politiques publiques en leur faveur, les Gafam et les BATX règnent en...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte