W. Sels (HSBC) : "La Chine anticipe une réduction du taux de référence de la banque centrale"

Les investisseurs doivent-ils céder à la panique face au risque de pandémie mondiale ? Chief Market Strategist pour la Banque privée HSBC Monde, Willem Sels conseille aux investisseurs de rester positionnés sur les marchés financiers à condition de privilégier les actions de qualité. Il s’en explique.
Willem Sels

Les investisseurs doivent-ils céder à la panique face au risque de pandémie mondiale ? Chief Market Strategist pour la Banque privée HSBC Monde, Willem Sels conseille aux investisseurs de rester positionnés sur les marchés financiers à condition de privilégier les actions de qualité. Il s’en explique.

Décideurs. Comment protéger les portefeuilles dans le contexte du coronavirus ?

Willem Sels. Quand il y a un niveau élevé d'incertitudes, il est important de s'appuyer sur les données macroéconomiques. Si la croissance globale est actuellement en dessous de la moyenne historique, celle-ci demeure toutefois positive, une situation qui concerne notamment la Chine. Pour 2020, nous restons investis mais privilégions des actions de qualité, offrant des revenus stables. Nous visons par conséquent des entreprises œuvrant sur des secteurs avantageusement positionnés sur le long terme tels que la technologie et l'urbanisation ainsi que la thématique de la démographie. Cela peut aider à protéger les portefeuilles à long terme et parer en partie aux incertitudes importantes à court terme. Nos portefeuilles apportent une diversification géographique, une surpondération en or et une limitation de la concentration des risques. La volatilité est assez basse. Les options ne sont pas chères et peuvent apporter une protection supplémentaire. Sur la partie obligataire, le soutien des banques centrales favorise la baisse des taux d'intérêts. Nous continuons de privilégier le segment de l'investment grade en ciblant des entreprises de qualité.

Les banques centrales mettent actuellement en oeuvre des revues stratégiques sur leur politique. Quels sont les impacts à venir pour les investissements ?

La politique de la Fed devrait rester inchangée pour 2020 et 2021. Les USA sont moins impactés en ce moment par le coronavirus, leur croissance est solide, le chômage faible et les consommateurs ont confiance. Il y a donc peu de changements à attendre. Pour la Zone Euro, le statut quo est également attendu. En Angleterre, une réduction des taux est anticipée. En Chine, on anticipe une réduction du taux de référence. Cette dynamique concerne également d'autres banques centrales au sein des pays émergents (Inde, Chine, Mexique, Malaisie …). De telles décisions constituent un soutien supplémentaire aux marchés obligataires émergents que nous surpondérons.

"Les risques d’interruption de la production de composants en Chine pourraient durer plus longtemps que prévu"

Quelles sont vos perspectives d'investissement dans le secteur de la technologie pour 2020 ?

Nous avons longtemps surpondéré ce secteur. Nous venons de réaliser un profit partiel aux USA. Dans la mesure où les risques d’interruption de la production de composants en Chine pourraient durer plus longtemps que prévu, nous devenons plus sélectifs. Globalement, dans le secteur de la technologie, nous avons des préférences pour les thématiques des fintechs, des health technology services (vieillissement de la population dans les pays développés, meilleurs accès aux soins pour la population des pays émergents) et à la 5G. C'est sur ces thèmes que la croissance y est la plus importante.

Quels sont selon vous les défis qui vont amener les investisseurs à faire évoluer leur style d’investissement ?

Au sein de la zone euro, la quête de rendement est toujours prioritaire. Il est important de ne pas exagérer le niveau de cash parce qu’il n'offre pas une bonne rémunération.

De plus en plus de personnes commencent à investir leurs liquidités. Il faut regarder les opportunités sur les marchés obligataires, en dollars et dans les marchés émergents, tout en veillant à ne pas prendre un risque trop élevé. La priorité étant de garder de la qualité au sein des portefeuilles. Le niveau des dividendes distribués par les entreprises nous ouvre aussi des pistes de réflexion. Le real estate est une autre source de rendement. Quoi qu'il en soit la recherche de rendement est aujourd'hui plus difficile qu'il y a cinq ans.

Les valorisations élevées représentent un autre défi, et pas seulement dans le secteur de la technologie. Nous ne pensons cependant pas qu'il y ait des risques d’une correction majeure à long terme. Les banques centrales continuent en effet d'apporter un précieux soutien aux marchés. Nous pouvons être amenés à conseiller à nos clients des solutions de type Hedge Funds, comme des fonds equity long short. Le private equity est une autre classe d'actifs pertinente, qui permet d'apporter de la valeur ajoutée. Les clients institutionnels, privées et les family office y montrent d'ailleurs beaucoup d'intérêt.

Propos recueillis par Aurélien Florin (@FlorinAurélien)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La rémunération des patrons de la finance scrutée par les superviseurs

La rémunération des patrons de la finance scrutée par les superviseurs

Après les dividendes, c’est au tour des rémunérations des patrons des plus grandes banques d’être passées au crible par les superviseurs. En pleine cr...

La Financière DV devient DLCM Finances Paris

La Financière DV devient DLCM Finances Paris

Le cabinet de gestion de patrimoine DLCM Finances renforce sa présence à Paris en finalisant son rapprochement avec La Financière DV.

Les affaires de la famille Trump dans la tourmente

Les affaires de la famille Trump dans la tourmente

Le coronavirus n’épargne rien ni personne. La holding qui gère les affaires de la famille du président des États-Unis, la Trump Organization, en fait...

L'Eurogroupe met 240 milliards d’euros sur la table pour aider les pays en difficulté

L'Eurogroupe met 240 milliards d’euros sur la table pour aider les pays en difficulté

Selon le président de l’Eurogroupe Mario Centeno une ligne de crédit de 240 milliards d’euros ouverte à tous les pays va prochainement être activitée...

M. Azogui (Cyrus) : "Bridgepoint a une grande expérience sur les opérations d’acquisition"

M. Azogui (Cyrus) : "Bridgepoint a une grande expérience sur les opérations d’acquisition"

Le groupe Cyrus gère près de 3,8 Mds€ d’encours financiers et 1,5 Mds d’investissements immobiliers pour le compte de 4 500 familles. Pour accélérer s...

D. Mahé (Human & Work): "L'État n'est pas le père Noël"

D. Mahé (Human & Work): "L'État n'est pas le père Noël"

Les dirigeants doivent prendre des décisions financières stratégiques et accompagner leurs équipes dans un environnement incertain. David Mahé, fondat...

Jean-Philippe Taslé D’héliand (Oddo BHF) : "La crise sanitaire rabat les cartes sur les fonds en euros"

Jean-Philippe Taslé D’héliand (Oddo BHF) : "La crise sanitaire rabat les cartes sur les fonds en eur...

Pour Jean-Philippe Tasle d'Heliand, président de ODDO BHF Banque Privée France, la chute des marchés actions remet en perspective la rémunération des...

USA : 10 millions d'inscriptions au chômage en deux semaines

USA : 10 millions d'inscriptions au chômage en deux semaines

Les chiffres du chômage explosent aux États-Unis. On compte plus 6,6 millions de nouveaux demandeurs d'emploi en l’espace d’une semaine.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message