Vous avez dit « plafond de verre ? »

Année après année, les constats sont les mêmes : il y a trop peu de femmes en politique, au sommet des entreprises, ou associées en cabinets d'avocats...

Année après année, les constats sont les mêmes : il y a trop peu de femmes en politique, au sommet des entreprises, ou associées en cabinets d'avocats...

Dans cet univers que je fréquente depuis plus de vingt ans, les chiffres sont troublants. 20% des femmes quittent les cabinets d'avocats d'affaires au bout de 5 ans, a relevé le rapport de Me Kami Haeri (1). Selon l'association Femmes & Droit (2), les avocates gagnent en moyenne moitié moins que leurs confrères. Reste que même si Marie-Aimée Peyron est aujourd'hui à la tête du Barreau de Paris et Christiane Feral-Schuhl à la présidence du Conseil national des barreaux, rares sont les femmes à occuper des postes à fortes responsabilités.

Faut-il alors reconnaître l'existence d'un plafond de verre ? Et par conséquent plaider pour une politique de quotas ou de discrimination positive ? Cela semble en tout cas être la recommandation de Marlène Schiappa, Secrétaire d'État à l'égalité femmes-hommes, qui a déclaré récemment qu'il fallait porter le quota de femmes à 50% « dans tous les domaines. » (3)

À cette double interrogation, je réponds sans détour par la négative. Je m'oppose à toute instauration d'une politique de discrimination positive, en tout cas dans le domaine que je connais, celui des avocats. Il me semble qu’il s'agit d'une fausse solution à un constat erroné.

Je suis en effet persuadée que le plafond de verre n'existe pas, autrement dit que dans l'univers des avocats, tout est possible à condition d'être volontaire, persévérant... et d'en avoir envie ! Certaines femmes n'ont pas le désir d'être associée, et ne souhaitent pas mener la vie qui va avec ce statut. C'est tout à fait respectable et c'est un choix personnel.

En revanche, d'autres peuvent être freinées par des peurs et des croyances fausses sur le sujet, et donc ne jamais postuler à des postes de responsabilité. J'en croise beaucoup qui ne franchissent pas le pas tant qu'elles ne se sentent pas 150% légitimes. Ou qui, bonnes élèves attendent sagement qu'on vienne leur en faire la proposition, sans se mettre en position de visibilité. C'est le fameux complexe de Cendrillon, un désir inconscient d'être prise en charge, décrit par l'américaine Colette Dowling.

Pour faire sauter ces verrous psychologiques, pourquoi ne pas se faire accompagner ? Les hommes n'hésitent pas à se faire coacher, bien au contraire. Pour tenir la longue route jusqu'au statut d'associé, il faut s'entraîner, comme dans toute discipline ! La vie d'associée est difficile. Les hommes en ont parfaitement conscience, et semblent avoir moins de difficultés à se faire aider. Reconnaître « je n'y arrive pas » pour une femme serait-il synonyme de défaite absolue au lieu de revers provisoire, de faiblesse « féminine » au lieu de fatigue bien compréhensible, d'erreur de parcours, toutes choses qui les angoissent alors qu'elles se sont tellement investies dans leur choix professionnel ?

Durant cet accompagnement, on travaille en particulier sur l'autocensure qui paralyse les femmes les plus compétentes. On se penche aussi sur une description précise des qualités requises pour être associée et sur la posture, notamment la manière d'ancrer ce statut dans une réalité accessible.

Bien sûr, cela demande du savoir, de l'organisation, une gestion de l'énergie : cela, toutes les femmes associées vous le diront. Mais ce n'est pas impossible. Il n'y a pas de plafond de verre qui puisse empêcher une avocate motivée de parvenir à son objectif.

Anne Bassi, présidente-fondatrice, Sachinka 

Notes

1) www.justice.gouv.fr/publication/rapport_kami_haeri.pdf

2) http://www.femmesetdroit.fr/

3) http://madame.lefigaro.fr/societe/parite-egalite-marlene-schiappa-veut-relever-a-50-les-quotas-de-femmes-dans-tous-les-domaines-020619-165396

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

H. Gebel, H. Saïd (Lusis Avocats), "Le champ des possibles de l’accord de performance collective reste très large"

H. Gebel, H. Saïd (Lusis Avocats), "Le champ des possibles de l’accord de performance collective res...

Associées chez Lusis, cabinet d’avocats spécialisé en droit social, Hortense Gebel et Hélène Saïd encouragent les entreprises à se saisir de tous les...

Tirez les leçons de la crise : Zoom sur Facebook et PSA

Tirez les leçons de la crise : Zoom sur Facebook et PSA

La crise sanitaire a contraint des millions d’actifs à faire l’expérience prolongée du télétravail. Et si, dans un futur proche, il devenait la norme...

Le DRH de demain

Le DRH de demain

En première ligne pendant la crise, à pied d’œuvre pour accompagner la relance économique, les DRH ont un rôle considérable à jouer pour façonner non...

Congé paternité, les entreprises, moteur du changement

Congé paternité, les entreprises, moteur du changement

La déclaration de la ministre déléguée à l’égalité femmes-hommes, Élisabeth Moreno, en faveur de son allongement, relance le débat autour du congé pat...

A. Boring (économiste) : "Croire au jour où le sexe ne sera plus un signal de compétence"

A. Boring (économiste) : "Croire au jour où le sexe ne sera plus un signal de compétence"

Titulaire de la chaire pour l’entrepreneuriat des femmes de Sciences Po, l’économiste Anne Boring encourage les entreprises à lutter contre les stéréo...

B.Revol (O2 Care Services) : "Nous avons maintenu l’activité, contrairement à nos concurrents"

B.Revol (O2 Care Services) : "Nous avons maintenu l’activité, contrairement à nos concurrents"

Leader dans les métiers de services à la personne, O2 est une entreprise en forte croissance qui a fait le choix de maintenir son activité durant la p...

Dialogue social : opération séduction signée Jean Castex

Dialogue social : opération séduction signée Jean Castex

À l’occasion de la première "grande conférence du dialogue social", le Premier ministre a pu mesurer l’accueil réservé à sa "nouvelle méthode".

A.Richard (ANDRH) : "Pas de pause pour les DRH"

A.Richard (ANDRH) : "Pas de pause pour les DRH"

La crise sanitaire a bousculé les organisations, en matière de télétravail et de digitalisation notamment. La fonction de DRH, surexposée et très so...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message