Voici pourquoi l’UDI soutient Benjamin Griveaux

Le parti dirigé par Jean-Christophe Lagarde se range derrière LREM dans la capitale. Un soutien bienvenu qui pourrait être monnayé au prix fort : l’absence de candidats marcheurs dans les villes dirigées par l’UDI.

Le parti dirigé par Jean-Christophe Lagarde se range derrière LREM dans la capitale. Un soutien bienvenu qui pourrait être monnayé au prix fort : l’absence de candidats marcheurs dans les villes dirigées par l’UDI.

Le 27 février 2019, dans un entretien accordé à Ouest-France, Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI se veut ferme : « nous avons toujours été dans l’opposition ». C’est donc logiquement que le petit parti centriste présente sa propre liste aux élections européennes. Avec un résultat décevant : 2,4% des voix ; un score qui ne permet même pas le remboursement des frais de campagne; il faut 3% des suffrages pour cela.

De quoi mettre fin aux velléités d’indépendance du parti qui doit, pour survivre, garder des sources de revenus. Et les principales sont ses élus locaux. Pour ne pas disparaître de la carte électorale, il est dans l’obligation de garder des maires lors des prochaines municipales et éviter de se confronter à des candidats LREM.

L’UDI parisienne se met en marche

Pour éviter, dans la mesure du possible, ce « scénario noir », Jean-Christophe Lagarde est prêt à faire des concessions. Ce week-end, il a annoncé que son parti soutenait la candidature de Benjamin Griveaux à la mairie de Paris. Selon le député de Seine-Saint-Denis, « Benjamin Griveaux porte en lui cette volonté de rassemblement propre à tout maire ». Il serait en outre le seul en capacité à mettre fin « à des alternances droite-gauche, claniques ». Malgré ce ralliement à un ancien responsable du PS, Jean-Christophe Lagarde l’assure, « l’UDI, c’est le centre-droit et ça le restera ».

Ce soutien permet au candidat LREM, à défaut de rassembler son camp, d’attirer vers lui tout le centre droit de la capitale : Agir Les Constructifs, LR modérés et désormais l’UDI. Il assèche ainsi LR qui, quel que soit le candidat, verra probablement son électorat réduit à portion congrue.

Il permet aussi de donner tort aux « anti-Griveaux » qui jugent que l’ancien porte-parole du gouvernement n’est pas apte à rassembler. L’image est donc forte. Electoralement parlant, lors des dernières élections européennes, l’UDI n’a fait que 1,75% dans la capitale. Mais, la course à la mairie de Paris semblant plus difficile que prévu, chaque voix est bonne à prendre.

Arrières-pensées

Jean-Christophe Lagarde l’assure, « nous n’avons pas discuté des places ». Peut-être. Pourtant ce ralliement à un candidat qui se voit contesté par son propre camp (Cédric Villani devrait se lancer dans la course) devrait se faire contre quelques « cadeaux ».

Le deal ? l'UDI soutient Benjamin Griveaux? En échange LREM ne présente pas de candidats contre les maires UDI

Dans la région Ile de France, l’UDI possède quelques mairies telles que Bobigny, Epinay sur Seine, Brétigny-sur-Orge ou encore Issy-les-Moulineaux. Que le président de l’UDI espère garder en évitant que la présence de candidat LREM. Un soutien à Benjamin Griveaux contre la probabilité de garder ses bastions, voilà le deal probablement conclu entre les deux formations. D’ailleurs lorsque Jean-Christophe Lagarde déclare « se projeter dans la gouvernance future de la métropole », il sous-entend évidemment que cela ne peut se faire sans maires UDI…

Ailleurs dans l’Hexagone, les édiles UDI tentent également de garder leurs mairies en faisant preuve de « Macron compatibilité ». Ainsi la maire d’Amiens Brigitte Fouré ou le maire d’Arras Frédéric Leturque sont parmi les initiateurs de la Tribune des 72 maires et élus locaux de droite et du centre qui ont annoncé leur soutien à Emmanuel Macron le 8 juin 2019.

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Forum pour la paix 2019 : quelle troisième voie pour l’économie mondiale de demain ?

Forum pour la paix 2019 : quelle troisième voie pour l’économie mondiale de demain ?

L’édition 2019 du Forum pour la paix rebat les cartes de l’ordre international : quelles modalités de coopération économique sont-elles possibles entr...

Dirigeants politiques : leurs amies les bêtes

Dirigeants politiques : leurs amies les bêtes

Présidents ou ministres ne rechignent pas à poser aux côtés d’animaux de toutes sortes. Réel amour ou stratégie de communication bien ficelée ? Il sem...

Rachida Dati : la stratégie du noyau dur

Rachida Dati : la stratégie du noyau dur

C’était officieux, c’est désormais officiel : Rachida Dati sera la candidate LR à la mairie de Paris. Le plus dur commence pour la maire du VIIe arron...

Livres de novembre, la sélection de Décideurs

Livres de novembre, la sélection de Décideurs

Un Françoise Sagan surprenant, le dernier Stiglitz, une enquête sur le système Amazon, un roman historique et un livre politique. Voici les ouvrages q...

Rencontre avec Leïla Slimani

Rencontre avec Leïla Slimani

D’aussi loin qu’elle s’en souvienne, Leïla Slimani a toujours été réfractaire aux injonctions. Celles des adultes, d’abord, celles de la société ensui...

Trump, la menace de la destitution

Trump, la menace de la destitution

Improbable il y a encore quelques mois, le scénario d’une possible condamnation d’impeachment elle-même susceptible de déboucher sur une procédure de...

Procès du Mediator, autopsie d'un système

Procès du Mediator, autopsie d'un système

Considéré comme hors-norme en raison de l’ancienneté des faits et du nombre de victimes supposées, le procès du Mediator l’est également par ce qu’il...

Extrême droite et Russie, les affinités électives

Extrême droite et Russie, les affinités électives

En soutenant ouvertement la droite populiste du Vieux Continent, Vladimir Poutine agit dans l’intérêt de la Russie. De quoi trembler ? Pas vraiment pu...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message