Vladimir Lissine, qui est l'homme le plus riche de Russie ?

L’homme le plus riche de Russie est plutôt discret. De l’extraction à l’exportation, il contrôle pourtant une grande partie de l’industrie métallurgique du pays.

© Grigory Sysoev / Sputnik

L’homme le plus riche de Russie est plutôt discret. De l’extraction à l’exportation, il contrôle pourtant une grande partie de l’industrie métallurgique du pays.

Le saviez-vous ? Dans la langue de Pouchkine, Staline signifie littéralement "homme d’acier". Un surnom qui pourrait également convenir à Vladimir Lissine, magnat des métaux qui trône cette année à la première place des Russes les plus fortunés avec un compte en banque que Forbes estime à 22,8 milliards de dollars. Un pécule amassé sans tambours ni trompettes, sans liens avec le monde politique, mais avec une vraie maîtrise de la métallurgie.

Technicien plus que financier

Car plus qu’un financier audacieux, Vladimir Lissine est avant tout un technicien. Né en 1956 à Ivanovo, ville située à 250 kilomètres à l’est de Moscou, il grandit dans l’URSS kroutchevienne puis brejnévienne. Un pays où les bons élèves comme lui sont dirigés vers le secteur industriel. Il commence sa vie professionnelle comme mécanicien dans une mine de Sibérie en 1975 et y gravit peu à peu les échelons pour devenir ingénieur en chef en 1986.

Bien que milliardaire, Vladimir Lissine reste toujours un ingénieur dans l’âme. Il continue à étudier les techniques d’extraction ou d’acheminement et n’hésite pas à partager son savoir en enseignant ou en publiant des articles dans des magazines spécialisés (une centaine depuis 30 ans). En 1989, il est même titulaire du prix des sciences et de l’ingénierie.

De l’extraction à l’exportation

Au début des années 90, alors que l’URSS est en plein effondrement, quelques Russes malins et formés au capitalisme font main basse sur les ressources du pays soudainement privatisées. C’est le cas de Lissine qui, associé à trois financiers, met la main sur une grande partie de la production d’acier. En 2000, il prend le contrôle total d’une partie du "butin", le combinat métallurgique de Novolipetsk, devenu l’entreprise NLMK dont il prend le titre de PDG et qu’il développe rapidement. Ce qui lui permet de devenir l’homme le plus riche de Russie dès 2006.

Pour faire croître NLMK, Vladimir Lissine avance sur deux pieds : modernisation et contrôle de l’exportation. Les infrastructures sont peu à peu remises aux normes "occidentales", ce qui donne au groupe un niveau de productivité qui n’a rien à envier aux concurrents d’Europe et d’Amérique du Nord. En parallèle, il crée également l’Universal Cargo Logistic Holding (UCLH) afin de contrôler lui-même les exportations sans passer par des tiers. Plus qu’un "facilitateur", UCLH est devenu une poule aux œufs d’or puisque la société contrôle la majorité du transport de fret de Russie. Et ce, grâce à un investissement coûteux mais judicieux. En 2011, Vladimir Lissine rachète à l’État 95% de la compagnie des chemins de fer russes dédiée au transport de marchandises. Le voici à la tête de 85 000 kilomètres de voies ferrées et de 200 000 wagons qu’il modernise peu à peu. Entre temps, il devient également le premier armateur du pays.

Un franc-tireur

Dans le petit milieu des milliardaires russes, Vladimir Lissine est perçu comme un "franc-tireur" différent de ses congénères. Peu politisé, il ne fait pas partie des oligarques proches (voire le contrôlant) de Boris Eltsine. Il n’est pas non plus réputé proche de Vladimir Poutine comme Vladimir Potanine, Suleyman Kerimov ou les frères Rotenberg. Tireur, Vladimir Lissine l’est également au sens propre du terme. Ce passionné de tir sportif est depuis 2018 président de la fédération internationale de tir sportif.

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Fortunes 100 : les chemins de la réussite

Sommaire Vagit Alekperov : le patriarche russe de l'or noir Larry Page, programmé dès l'enfance Warren Buffett : l'alchimiste Julia Koch : l'héritière Mukesh Ambani, le maharadjah Steve Ballmer, le milliardaire qui aime le show Eduardo Saverin, le phénix Anne et Henri Beaufour, actionnaires discrets mais de long terme Éric Guerlain, comme un parfum de réussite
Immobilier : état des lieux d'un actif résilient

Immobilier : état des lieux d'un actif résilient

De même que les marchés financiers ont subi de plein fouet la crise sanitaire, l’immobilier n’a pas été davantage épargné. Certains secteurs ont néanm...

Carrefour-Couche-Tard,  pas de sitôt

Carrefour-Couche-Tard, pas de sitôt

Bercy s’oppose au rapprochement entre Carrefour et le canadien Couche-Tard, brandissant l’argument de la sécurité alimentaire française. Un droit de v...

Quatre dispositifs non bancaires pour sauver son entreprise

Quatre dispositifs non bancaires pour sauver son entreprise

Alors que la fermeture des commerces dits non essentiels et le ralentissement de l’activité économique se ressentent dans les bilans financiers, la tr...

Les family offices misent sur l’alternatif et le durable

Les family offices misent sur l’alternatif et le durable

BlackRock vient de publier les résultats d’une vaste enquête portant sur les conséquences de la crise sanitaire sur l’activité des family offices. Men...

Dossier. 50 joyaux sur lesquels misent les gérants d'actifs

Dossier. 50 joyaux sur lesquels misent les gérants d'actifs

En ce début d'année, Décideurs Magazine est parti à la rencontre des stars de la gestion d’actifs française pour connaître leurs valeurs préférées.

Entreprises françaises à très forte croissance. Quel est leur secret ?

Entreprises françaises à très forte croissance. Quel est leur secret ?

Certaines sociétés tricolores connaissent une croissance insolente depuis plusieurs années. Quelle est leur recette gagnante ? Focus sur quatre joyaux...

J.-M. Noe (Korian) : "Le M&A est un instrument de transformation du business model d’une entreprise"

J.-M. Noe (Korian) : "Le M&A est un instrument de transformation du business model d’une entreprise"

Korian, leader européen du bien-vieillir et du soin aux personnes fragiles n’a pas cessé de multiplier les transactions ces dernières années. Jean-Mic...

La stratégie payante de Checkout

La stratégie payante de Checkout

Avec sa levée de 450 millions de dollars, l’entreprise britannique spécialisée dans les paiements en ligne devient la fintech la mieux valorisée d’Eur...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte