Vladimir Lissine, qui est l'homme le plus riche de Russie ?

L’homme le plus riche de Russie est plutôt discret. De l’extraction à l’exportation, il contrôle pourtant une grande partie de l’industrie métallurgique du pays.

© Grigory Sysoev / Sputnik

L’homme le plus riche de Russie est plutôt discret. De l’extraction à l’exportation, il contrôle pourtant une grande partie de l’industrie métallurgique du pays.

Le saviez-vous ? Dans la langue de Pouchkine, Staline signifie littéralement "homme d’acier". Un surnom qui pourrait également convenir à Vladimir Lissine, magnat des métaux qui trône cette année à la première place des Russes les plus fortunés avec un compte en banque que Forbes estime à 22,8 milliards de dollars. Un pécule amassé sans tambours ni trompettes, sans liens avec le monde politique, mais avec une vraie maîtrise de la métallurgie.

Technicien plus que financier

Car plus qu’un financier audacieux, Vladimir Lissine est avant tout un technicien. Né en 1956 à Ivanovo, ville située à 250 kilomètres à l’est de Moscou, il grandit dans l’URSS kroutchevienne puis brejnévienne. Un pays où les bons élèves comme lui sont dirigés vers le secteur industriel. Il commence sa vie professionnelle comme mécanicien dans une mine de Sibérie en 1975 et y gravit peu à peu les échelons pour devenir ingénieur en chef en 1986.

Bien que milliardaire, Vladimir Lissine reste toujours un ingénieur dans l’âme. Il continue à étudier les techniques d’extraction ou d’acheminement et n’hésite pas à partager son savoir en enseignant ou en publiant des articles dans des magazines spécialisés (une centaine depuis 30 ans). En 1989, il est même titulaire du prix des sciences et de l’ingénierie.

De l’extraction à l’exportation

Au début des années 90, alors que l’URSS est en plein effondrement, quelques Russes malins et formés au capitalisme font main basse sur les ressources du pays soudainement privatisées. C’est le cas de Lissine qui, associé à trois financiers, met la main sur une grande partie de la production d’acier. En 2000, il prend le contrôle total d’une partie du "butin", le combinat métallurgique de Novolipetsk, devenu l’entreprise NLMK dont il prend le titre de PDG et qu’il développe rapidement. Ce qui lui permet de devenir l’homme le plus riche de Russie dès 2006.

Pour faire croître NLMK, Vladimir Lissine avance sur deux pieds : modernisation et contrôle de l’exportation. Les infrastructures sont peu à peu remises aux normes "occidentales", ce qui donne au groupe un niveau de productivité qui n’a rien à envier aux concurrents d’Europe et d’Amérique du Nord. En parallèle, il crée également l’Universal Cargo Logistic Holding (UCLH) afin de contrôler lui-même les exportations sans passer par des tiers. Plus qu’un "facilitateur", UCLH est devenu une poule aux œufs d’or puisque la société contrôle la majorité du transport de fret de Russie. Et ce, grâce à un investissement coûteux mais judicieux. En 2011, Vladimir Lissine rachète à l’État 95% de la compagnie des chemins de fer russes dédiée au transport de marchandises. Le voici à la tête de 85 000 kilomètres de voies ferrées et de 200 000 wagons qu’il modernise peu à peu. Entre temps, il devient également le premier armateur du pays.

Un franc-tireur

Dans le petit milieu des milliardaires russes, Vladimir Lissine est perçu comme un "franc-tireur" différent de ses congénères. Peu politisé, il ne fait pas partie des oligarques proches (voire le contrôlant) de Boris Eltsine. Il n’est pas non plus réputé proche de Vladimir Poutine comme Vladimir Potanine, Suleyman Kerimov ou les frères Rotenberg. Tireur, Vladimir Lissine l’est également au sens propre du terme. Ce passionné de tir sportif est depuis 2018 président de la fédération internationale de tir sportif.

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Fortunes 100 : les chemins de la réussite

Sommaire Vagit Alekperov : le patriarche russe de l'or noir Larry Page, programmé dès l'enfance Warren Buffett : l'alchimiste Julia Koch : l'héritière Mukesh Ambani, le maharadjah Steve Ballmer, le milliardaire qui aime le show Eduardo Saverin, le phénix Anne et Henri Beaufour, actionnaires discrets mais de long terme Éric Guerlain, comme un parfum de réussite
Un nouveau Spac dédié à la tech voit le jour en France

Un nouveau Spac dédié à la tech voit le jour en France

Lancé par Marc Menasé, Michaël Benabou et Charles-Hubert de Chaudenay, IDI et MACSF Épargne Retraite, DEE Tech le premier SPAC dédié à la Tech lève 15...

De plus en plus de fonds de Private Equity souhaitent que leurs participations utilisent l’affacturage

De plus en plus de fonds de Private Equity souhaitent que leurs participations utilisent l’affactura...

En 2005, Gaëtan du Halgouët et Thibaut Robet créaient la société Chateaudun Crédit, le spécialiste français du conseil en affacturage. Ils évoquent av...

Memo Bank lève 13 millions d’euros

Memo Bank lève 13 millions d’euros

Memo Bank, première banque indépendante créée en France depuis cinquante ans, a clôturé sa troisième levée de fonds complémentaire auprès de Serena Ca...

Patrick Blethon (Saur) : "En France, on ne connaît pas le prix de l’eau"

Patrick Blethon (Saur) : "En France, on ne connaît pas le prix de l’eau"

Président de Saur depuis un an et demi, Patrick Blethon déroule son plan stratégique. Au menu : s’internationaliser, se rapprocher de ses clients et s...

Belle opération de rachat pour BA Healthcare

Belle opération de rachat pour BA Healthcare

Spécialiste de la robotique médicale, BA Healthcare quitte la tutelle d’Alstef group à travers ce rachat organisé par Financière Fonds Privés. Conseil...

Y. du Rusquec (Eurazeo Growth) : "De nombreuses start-up françaises sont des licornes potentielles"

Y. du Rusquec (Eurazeo Growth) : "De nombreuses start-up françaises sont des licornes potentielles"

Avec de nombreux investissements emblématiques comme PayFit, Vestiaire Collective ou encore Back Market, Eurazeo affiche son ambition de se positionne...

Gafa : les Américains songent à serrer la vis

Gafa : les Américains songent à serrer la vis

Des projets de lois visant à instaurer davantage de concurrence ont été dévoilés en fin de semaine dernière. Apple, Amazon ou encore Google pourraient...

Tribune. Repensons la dynamique entrepreneuriale et réarmons l’industrie française

Tribune. Repensons la dynamique entrepreneuriale et réarmons l’industrie française

Un groupe de travail composé d’élus LR vient de rendre un livret de 30 propositions pour une relance économique durable. Dans cette tribune, les déput...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte