Vivendi se fera-t-il botter hors d'Italie ?

Le régulateur italien des communications a dressé une nouvelle barrière face aux ambitions transalpines de Vivendi en lui demandant d'arbitrer entre ses participations dans Mediaset et Telecom Italia. Et les négociations avec Mediaset se corsent.
Le centre de production de Mediaset à Cologno Monzese (Milan).

Le régulateur italien des communications a dressé une nouvelle barrière face aux ambitions transalpines de Vivendi en lui demandant d'arbitrer entre ses participations dans Mediaset et Telecom Italia. Et les négociations avec Mediaset se corsent.

Dans sa volonté de se rapprocher de Mediaset, l’empire médiatique de Silvio Berlusconi, pour apporter une réponse européenne à Netflix et autres diffuseurs à la demande, Vivendi connaît un nouveau coup d’arrêt. Après sa propre volte-face dans l’accord d’échange actionnarial pour acquérir Mediaset Premium et la plainte déposée dans la péninsule par ce dernier qui s’en est suivie, c’est au tour du régulateur italien des communications (AGCom) de mettre son grain de sable en demandant à Vivendi de choisir entre Mediaset (dont le groupe français détient 28,8?% du capital) et Telecom Italia (24?%). La raison invoquée tient au droit concurrentiel italien (loi Gasparri) qui interdit de contrôler plus de 40 % du marché des télécoms et plus de 10 % de celui de la télévision. Or, Telecom Italia pèse 44,7 % dans son secteur, Mediaset 13,3 %, et, selon l’AGCom, « Vivendi exerce une influence certaine sur ces deux sociétés et enfreint ainsi le droit de la concurrence ». Une décision qui ne semble pas tout à fait étrangère à l'irritation ressentie outre-Alpes par la multiplication des prises d'intérêt capitalistiques françaises... et particulièrement concernant l'attitude de Vivendi.   

 

Le groupe italien bénéficie d’une conjoncture très favorable pour relancer les nécociations sur un pied d'égalité

 

Du côté français, la surprise est entière, le régulateur italien n'ayant jamais fait appliquer cette restriction légale. Tous les recours sont donc envisagés au niveau européen, même s’ils ont peu de chances d’aboutir pour des raisons de prérogatives nationales laissées dans la gestion de la pluralité des médias.

 

Milan AC
La voie amiable semble bien s’éloigner, mais en apparence seulement. Si Vivendi dit pour la forme avoir d’autres pistes d’alliance, ces mastodontes médiatiques ont tout intérêt à s’entendre sur le modèle ébauché entre Orange et Canal. Mediaset notamment va devoir financer très prochainement le renouvellement de ses droits sportifs et ne pourra probablement pas attendre les un ou deux milliards qu’il demande à Vivendi dans le cadre de sa plainte. Dans le même temps, le groupe italien bénéficie d’une conjoncture très favorable. La levée prochaine de la contrainte transalpine de limiter à 5 % d’achat annuel la part d’un capital intervient alors que la holding financière de la famille Berlusconi, Fininvest, vient de signer la vente pour 740 millions d'euros du Milan AC à un groupe chinois. Avec cent millions d'euros économisés par an de dépenses en pure perte dans le football, une réduction de sa dette de 200 millions et 520 millions en caisse, Fininvest, actionnaire à hauteur de 38,3 % de Mediaset, retrouve une formidable marge de négociations. Si la famille parvient à s’entendre sur l’allocation de ces sommes, elle aura de quoi en rabattre au grand méchant Vivendi et le contraindre à reprendre le chemin des discussions… entre égaux.

 

@Quentin Lepoutre

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

F. Duval (Amazon France) : "Seule une PME sur huit utilise des solutions de vente en ligne"

F. Duval (Amazon France) : "Seule une PME sur huit utilise des solutions de vente en ligne"

Amazon France comptera 14 500 collaborateurs à la fin de l'année et se place aujourd'hui comme un acteur de la digitalisation. Frédéric Duval, son dir...

Shift Technology entre dans le club des licornes françaises

Shift Technology entre dans le club des licornes françaises

La pépite tricolore de l’assurtech vient de lever 220 millions de dollars. La clé du succès ? Des solutions basées sur l’IA qui permettent aux assureu...

Solutech Industries : aux portes du succès

Solutech Industries : aux portes du succès

Lancement d’un nouveau produit, obtention de subventions... Cette PME du Tarn, qui subissait indirectement la crise du secteur aéronautique, a su rebo...

Wemean : "La raison d’être est plus que jamais un levier de transformation concrète"

Wemean : "La raison d’être est plus que jamais un levier de transformation concrète"

Les quatre associés et cofondateurs du cabinet Wemean plaident pour une raison d’être concrète et opérationnelle à tous les niveaux de l’organisation....

GYS, anticiper c’est gagner

GYS, anticiper c’est gagner

L’ETI mayennaise a eu du nez en constituant des stocks importants juste avant le premier confinement. Cela lui a permis de répondre à la demande et de...

Tronico, la santé comme remède

Tronico, la santé comme remède

L’entreprise spécialisée dans les cartes à puce va investir 3 millions d’euros pour se développer dans la santé. Déjà dans les tuyaux, ces projets n’o...

Phygitalisation : quand le point de vente devient un espace numérique

Phygitalisation : quand le point de vente devient un espace numérique

Avec la crise sanitaire, les entreprises ont accéléré leur digitalisation. Une accélération qui les oblige à initier leurs clients en les incitant ain...

Cyberattaques : le bouclier juridique doit devenir une arme

Cyberattaques : le bouclier juridique doit devenir une arme

En 2018, en France, 80 % des entreprises (grandes entreprises et PME) ont été victimes d’un incident de cybercriminalité et ce taux est passé à 90 % e...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte