Visiomed Group : un nouveau modèle de financement de croissance

En 2021, les sociétés cotées se doivent d’anticiper la reprise et préparer les conditions financières de leur relance post-Covid. A côté de l’appel au marché (augmentation de capital « classique ») et du recours à la dette (bancaire ou obligataire), il existe une troisième voie de financement, celle du financement alternatif.

En 2021, les sociétés cotées se doivent d’anticiper la reprise et préparer les conditions financières de leur relance post-Covid. A côté de l’appel au marché (augmentation de capital « classique ») et du recours à la dette (bancaire ou obligataire), il existe une troisième voie de financement, celle du financement alternatif.

Le financement en fonds propres des sociétés cotées à travers l’exercice de "dettes convertibles", communément appelé "equity line", existe depuis une vingtaine d’années sous différents acronymes (PACEO, OC, OCEANE, ORA, OCABSA, BEOCABSA, BSA, etc.). Le principe est simple : la société dispose d’une ligne de financement tirée selon ses besoins et remboursée in fine par l’émission de nouvelles actions.

Ce financement est trop souvent envisagé pour palier un manque structurel de trésorerie. Pourtant, à l’instar de la société Visiomed Group, les sociétés cotées peuvent également se tourner vers cet instrument pour financer leur croissance et leur développement dans une optique de projet industriel de long terme.

Du financement du besoin en fonds de roulement

Historiquement, le recours à ce type de financement répondait au besoin en fonds de roulement des sociétés cotées (notamment dans le secteur de la BioTech) dans l’attente du retour des investisseurs et prêteurs institutionnels ("bridge financing"). Cet instrument était considéré comme un financement de dernier recours et parfois même mis en place par des sociétés proches de l’état de cessation des paiements.

A cet égard, la société Visiomed Group, spécialiste français des produits et services de santé innovants, a très souvent eu recours à cet instrument pour financer son besoin en fonds de roulement : depuis 2015, elle a régulièrement tiré des lignes de financement en fonds propres allant de 7,5 millions à 36 millions d’euros.

Au financement d’un vaste programme d’acquisitions

Le recours au financement en fonds propres présente de nombreux avantages. En effet, il n’affecte ni l’état d’endettement (financement immédiatement compensé par l’émission de titres convertibles) ni les actifs de la société (aucune sûreté ou autres garanties). A la différence d’une augmentation de capital "classique", ce financement par augmentations de capital successives est simple, rapide à mettre en œuvre et à la seule main de la société. En outre, il est particulièrement vertueux dès lors que les fonds sont alloués à des projets de croissance : l’annonce d’acquisitions alimente l’equity story de la société et valorise le cours, nonobstant l’émission de nouvelles actions.

Dans ce contexte, le fonds d’investissement alternatif Park Capital géré par la société Park Partners GP s’est positionné sur le financement en fonds propres des projets de croissance des sociétés cotées et en février 2021, la société Park Partners GP s’est engagée auprès de la société Visiomed Group pour accompagner son ambition de croissance internationale à travers des acquisitions stratégiques avec une enveloppe de 180 millions d’euros. Le financement du développement industriel et de la politique de croissance externe par le biais d’une ligne de financement en fonds propres illustre un changement radical de paradigme : il est passé du financement de la « dernière chance » à celui de la croissance.

Un changement de paradigme innovant dans le sillage du phénomène des "SPAC"

Le terme "SPAC" ("Special Purpose Acquisition Company") désigne une société cotée uniquement en vue de réaliser une ou plusieurs acquisitions, telle la société Mediawan en 2016 (levée de 250 millions d’euros) ou la société 2MX Organic en décembre 2020 (levée de 300 millions d’euros). Le recours à une ligne de financement en fonds propres allouée à un programme d’acquisitions – qui pourrait être qualifié de "SPAF" ("Special Purpose Acquisition Financing") – partage la même approche, à savoir lever des fonds sur les marchés boursiers (à travers une IPO pour les SPAC et une equity line pour les SPAF) en vue de réaliser des acquisitions à court et moyen terme.

Visiomed Group : des premiers investissements prometteurs

Après une restructuration réussie, la société Visiomed Group entend désormais augmenter très significativement sa valeur d'entreprise à l'issue de son programme d'acquisitions, s’inscrivant notamment dans une stratégie de transformation digitale des centres médicaux.

Un mois après avoir sécurisé un financement de 180 millions d’euros auprès de Park Partners GP, la société Visiomed Group a annoncé un accord de principe sur un premier investissement au sein de la société Elna Médical, exploitant le plus grand réseau de cliniques médicales au Canada. Un mois plus tard, la société Visiomed Group annonce s’être rapprochée de la société Smart Salem, premier centre médical digitalisé de Dubaï, visant un chiffre d’affaires de plus de 13 millions d’euros et un résultat net de plus de 7 millions d’euros en 2021.

Un nouveau modèle de financement de la croissance à l’épreuve du marché

A l’instar des SPAC, la confiance des actionnaires est un élément déterminant dans le succès d’un SPAF. Si pour les SPAC, la confiance s’appuie sur la personnalité et la réputation des fondateurs, pour les sociétés mettant en place un SPAF, il s’agit de conserver la confiance des actionnaires et de les convaincre de la capacité de la société à s’appuyer sur son expertise sectorielle pour identifier les cibles disposant du plus gros potentiel de croissance.

Le caractère innovant du modèle de financement retenu par la société Visiomed Group peut surprendre ses actionnaires historiques et si le marché fait actuellement preuve d’un certain attentisme, nul doute que la poursuite du développement de son projet industriel innovant et ambitieux ainsi que la consolidation de sa politique d’acquisitions finiront par convaincre le marché de la pertinence de sa stratégie de financement.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Stratégies financières et fiscales 2021

Retrouvez notre dossier issu du guide-annuaire Stratégies financières et fiscales 2021
Sommaire
Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Réforme de la fiscalité internationale : réelle révolution ou pavé dans la mare ?

Réforme de la fiscalité internationale : réelle révolution ou pavé dans la mare ?

S’il est un sujet qui aura fait couler beaucoup d’encre depuis le début de l’année 2021, c’est bien celui de la réforme de la fiscalité internationale...

Nicolas Julia (Sorare) : "Notre vision est de construire un champion mondial de l’entertainment sportif"

Nicolas Julia (Sorare) : "Notre vision est de construire un champion mondial de l’entertainment spor...

La start-up Sorare, qui développe un jeu de fantasy football permettant de collectionner des cartes numériques de football sous forme de jetons non fo...

Le mid-cap européen se réunit à Paris

Le mid-cap européen se réunit à Paris

Dans le cadre de la 21e édition du forum indépendant "European Midcap Event" qui se tiendra à Paris les 21 et 22 octobre prochains, près de 200 entrep...

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

PDG d’Allianz depuis 2014, Oliver Bäte poursuit l’expansion de son groupe d’assurance en Europe et en Afrique de l’Est. Très impliqué sur les sujets...

30 milliards d’euros pour la France de 2030

30 milliards d’euros pour la France de 2030

Mardi 12 octobre, Emmanuel Macron présentait un programme de dix objectifs pour garantir à la France une croissance pérenne et gagner en souveraineté....

O. Lenel (Mazars En France) : "81 % des Français estiment que les entreprises ont le pouvoir de changer les choses"

O. Lenel (Mazars En France) : "81 % des Français estiment que les entreprises ont le pouvoir de chan...

Mazars en France a donné la parole à 2 143 Français concernant leurs attentes vis-à-vis des entreprises en 2021, dans un contexte de sortie de crise....

Thomas Strüngmann, son investissement dans BioNTech l'a rendu milliardaire

Thomas Strüngmann, son investissement dans BioNTech l'a rendu milliardaire

Investir dans BioNTech avant la pandémie rapporte gros. Ce n'est pas Thomas Strüngmann qui dira le contraire. Le vaccin anti-covid développé par la fi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte