Vincent Bolloré : l'homme de clan

L’industriel breton a su transformer l’entreprise familiale en un empire multisectoriel. L’œuvre d’une vie dont la succession pose aujourd’hui question.

L’industriel breton a su transformer l’entreprise familiale en un empire multisectoriel. L’œuvre d’une vie dont la succession pose aujourd’hui question.

Il ne s’en est jamais caché, bien au contraire. Depuis longtemps, Vincent Bolloré a prévu de prendre sa retraite le 17 février 2022, jour du bicentenaire de son groupe. Pour ne pas perdre de vue cette échéance, le dirigeant aurait même, dit-on, installé une application chargée d’effectuer le décompte des heures.

À 67 ans, celui qui a transformé une PME familiale en piètre état en un groupe diversifié comptant dans ses rangs Vivendi et, indirectement, Universal Music, Havas et Canal +, n’a plus à prouver ses talents de dirigeant. Peut-être sa succession constitue-t-elle son dernier vrai défi. L’annonce, le 14 mars 2019, soit avec près de trois ans d’avance sur le calendrier établi, de son départ du groupe Bolloré fit l’effet d’une bombe. Pourtant, à bien y regarder, cette décision se justifie à plusieurs égards.

Un retrait de façade ?

Tout d’abord, le patriarche ne confie pas à n’importe qui les rênes du groupe. C’est Cyrille Bolloré, son troisième fils jusqu’alors directeur général délégué, qui hérite du titre de PDG. Une succession logique à la fois parce que son successeur connaît parfaitement la maison mais aussi parce que, chez les Bolloré, le business est affaire de famille. Chacun des quatre enfants du patriarche occupe des places de choix au sein de l’empire industriel. Ensuite, en dépit de ce passage de témoin, Vincent Bolloré conserve la main par le biais de la Financière de l’Odet, dont il est PDG et qui contrôle 64 % du capital du groupe, lui assurant de facto une forte implication personnelle dans la gestion de l’entreprise. Enfin, et de manière plus pragmatique, certains ­n’hésitent pas à ­établir un lien entre ce retrait soudain et les revers qui se sont accumulés ces derniers temps : échec d’Autolib à Paris, bataille musclée contre le fonds Elliott pour s’implanter en Italie dans les télécoms et, même, mise en examen pour soupçons de corruption en Afrique. En prenant également du recul, Vincent Bolloré protégerait aussi son groupe dans l’éventualité d’une condamnation.

Caroline Castets

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Fortunes 100, leçons de réussite

Les 100 premières fortunes : France, Europe, International.
Sommaire Susanne Klatten, plus qu’une héritière Amancio Ortega, le roi d'Espagne Dietrich Mateschitz, l'énergique Pony Ma, l'omniprésent Jeff Bezos, le prophète du e-commerce Carlos Slim Helu, le conquistador Aliko Dangote, Saga Africa Abigail Johnson, la discrète Petr Kellner : le roi des chèques
Nathaniel Scher : "La réalité virtuelle et le métavers auront une incidence considérable en santé"

Nathaniel Scher : "La réalité virtuelle et le métavers auront une incidence considérable en santé"

Alors que les nouvelles technologies s’invitent plus que jamais dans le secteur de la santé, la médecine intégrative fait de plus en plus d’adeptes. D...

Safran devance Stellantis de justesse en nombre de brevets

Safran devance Stellantis de justesse en nombre de brevets

L’INPI (Institut national de la propriété industrielle) dévoile son palmarès 2021 des déposants de brevets. Cette année encore, cette compilation soul...

Raphaël Botbol (FDJ) : "Nous souhaitons remettre l’humain au cœur du paiement"

Raphaël Botbol (FDJ) : "Nous souhaitons remettre l’humain au cœur du paiement"

Directeur Stratégie, Innovation et Nouvelles Activités chez FDJ et président de FDJ Services, Raphaël Botbol nous en dit plus sur l’offre Paiement et...

Création du cabinet d&a partners en droit des affaires appliqué à la blockchain

Création du cabinet d&a partners en droit des affaires appliqué à la blockchain

Daniel Arroche, Margaux Frisque et Stéphane Daniel fondent leur propre boutique consacrée au droit des affaires, à destination des entrepreneurs de la...

Cryptocrash : l'avenir incertain du bitcoin

Cryptocrash : l'avenir incertain du bitcoin

Le bitcoin est à son plus bas niveau depuis 18 mois dans un contexte où le goût du risque des investisseurs diminue proportionnellement à la hausse de...

Carole Chrétien (CNRS) : "Le monde de l’entreprise et celui de la recherche se sont éloignés"

Carole Chrétien (CNRS) : "Le monde de l’entreprise et celui de la recherche se sont éloignés"

Carole Chrétien est la directrice des relations avec les entreprises du CNRS. Sa mission ? Faire se rencontrer les mondes de l’entreprise et de la rec...

Cabinets de conseil, success-stories françaises

Cabinets de conseil, success-stories françaises

Si les cabinets de conseil anglo-saxons sont souvent mis sur le devant de la scène, la France regorge, elle aussi, de belles aventures entrepreneurial...

Aramis Group normalise l’achat de véhicules d’occasion sur Internet

Aramis Group normalise l’achat de véhicules d’occasion sur Internet

Présent dans 4 pays, sous 4 marques, le Français Aramis Group se fixe pour objectif de devenir le site de vente en ligne de voitures d’occasion préfér...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message