Vincent Avanzi : le poète

Par poésie, certains entendent contemplation et introspection ; d’autres lyrisme et romantisme. Rares sont ceux qui pensent levier d’action et révélateur de talents. C’est pourtant en ce sens que Vincent Avanzi, ex-cadre sup reconverti en « Chief Poetic Officer », la pratique : comme un accélérateur de changement au service de l’humain et des entreprises. Rencontre avec un virtuose des mots et un homme d’action.

Par poésie, certains entendent contemplation et introspection ; d’autres lyrisme et romantisme. Rares sont ceux qui pensent levier d’action et révélateur de talents. C’est pourtant en ce sens que Vincent Avanzi, ex-cadre sup reconverti en « Chief Poetic Officer », la pratique : comme un accélérateur de changement au service de l’humain et des entreprises. Rencontre avec un virtuose des mots et un homme d’action.

Quand il parle poésie, Vincent Avanzi parle vite ; très vite, même. Et lorsqu’il dit ses textes, ce n’est pas avec le lyrisme de l’auteur torturé mais avec l’enthousiasme du coach inspiré. Peut-être parce qu’avant de s’inventer une vocation de poète au service des organisations, Vincent Avanzi faisait du slam. Et puis du rap aussi. Peut-être parce qu’il y a quelques années encore, il occupait un poste de cadre supérieur dans une grosse entreprise, avec bonus annuels et « chemin tout tracé », avant qu’un tour du monde en solitaire ne lui donne envie d’autre chose. Peut-être parce que, aujourd’hui, il fait de la poésie comme d’autres militent pour le climat : pour éveiller les consciences et influer sur les comportements. Pour agir sur le réel en montrant une autre voie. Celle qu’il appelle « la voie royale » et qui, explique-t-il, doit permettre de « faire converger les dons de chacun et les besoins du monde pour dessiner un avenir idéal. » Ambitieux… Et surtout, en rupture totale avec l’imagerie populaire du poète contemplatif à tendance neurasthénique. Vincent Avanzi, lui, n’entend pas s’indigner mais influer, et comme levier d’action il a choisi les mots. Pas ceux qu’on scande ou qu’on affiche ; ceux qu’on déclame et qui inspirent.

Harmonie intérieure

Il en est convaincu : la poésie a le pouvoir de mettre en mouvement ; d’éveiller et de révéler. Raison pour laquelle il y a cinq ans il décide de sortir des chemins balisés que lui garantissaient un diplôme de l’ESCP suivi d’un passage par Ernst & Young et de débuts prometteurs chez Microsoft pour aller chercher en territoire inconnu autre chose que « la performance, l’exigence et l’excellence ». Ce triptyque indissociable du monde de l’entreprise qu’il a banni de son vocabulaire ,« trop anxiogène» selon lui. Un séjour en Asie a modifié sa perception de la réussite. « Là-bas, j’ai découvert une philosophie de vie fondée sur la notion essentielle d’harmonie ; avec soi, les autres, la nature…, explique-t-il avant de reconnaître : J’en avais besoin ; j’étais sur des rails. »

Lorsque, quelques années plus tard il s’embarque pour un nouveau tour du monde, c’est pour en faire un véritable voyage initiatique, avec retraite dans une université spirituelle au Guatemala, ascension du Kilimandjaro, pèlerinage sur les traces de Mandela, exploration de la biodiversité aux îles Galapagos… « Je voulais comprendre comment il était possible de se changer soi pour changer le monde », résume celui pour qui l’expérience agira comme un déclic. « Lorsque je suis revenu, dix mois plus tard, j’avais changé de paradigme, déclare-t-il. J’étais passé du « je » au « nous » ; et de la musique à l’écriture ». La suite va s’imposer d’elle-même.

Co-écriture du monde

« J’avais compris que, pour s’accomplir, il fallait partir de soi, de ses dons et de ses envies, cultiver sa zone de talents, explique-t-il ; cela implique de rechercher non plus l’excellence mais l’exception. Cette singularité qui donne à chacun une utilité publique. » Il en est convaincu, c’est ainsi qu’il deviendra possible d’engager l’individu au service du collectif. « De penser co-écriture du monde de demain », en connectant les besoins de celui-ci aux talents de chacun. Les siens étant désormais identifiés: passion pour la poésie, compétences business et ouverture aux autres. 

Vincent Avanzi s’engage dans une reconversion aussi inédite que radicale. Sous le titre de « Chief Poetic Officer », il investit le territoire, peu concurrencé il est vrai, des conférences et de l’écriture poétiques en milieu professionnel. « Heureusement, je maîtrisais les codes de l’entreprise », concède-t-il en reconnaissant avoir dû se livrer à un sérieux travail d’évangélisation avant qu’une conférence donnée au salon des entrepreneurs n’ait raison des résistances culturelles. « Elle était intitulée « Comment la poésie peut changer votre stratégie d’entreprise » et visait à montrer comment des mots bien juxtaposés peuvent engendrer de l’action, se souvient-il. Je m’attendais à un auditoire clairsemé, ça a été un succès. Cela m’a littéralement propulsé ». Au point de lui ouvrir les portes des entreprises du CAC 40 et même du Sénat où, dans le cadre d’une conférence sur le bien-être au travail, il récitait en octobre dernier sa « Symphonie du cap-humanisme », invitant dirigeants et décideurs à « passer du Cap-italisme au Cap-humanisme, du taux de croissance au taux de conscience ».

Déclics de conscience

Loin de l’incantation de communicant, Vincent Avanzi parle de « conviction intime ». « Ce n’est pas une méthode de plus, martèle-t-il. J’habite mon message ». Un message pour « leaders éclairés » qu’il décline aujourd’hui sous toutes les formes de l’expression corporate. De l’écriture de discours pour dirigeants aux clôtures de conventions annuelles en passant par le coaching de comités de direction, les ateliers de créativité individuels, le team-building, le personnal branding ou encore  le story-telling. Si les formats changent, l’ambition, elle, ne varie pas. « Il s’agit toujours de créer des déclics de conscience, explique Vincent Avanzi pour qui le processus tient en trois temps : Libérer l’inspiration et la parole, reconnecter chacun à soi-même et aux autres, puis mettre en mouvement… ». Et à ceux tentés d’y voir un rôle de composition, celui-ci rappelle qu’il ne fait, au contraire, que renouer avec la vocation première du poète. « En grec ancien « poésie » signifie création, action de faire ; souligne-t-il. D’ailleurs dans l’antiquité, le poète se situait au centre de la cité, il donnait à voir un idéal, il projetait vers l’avenir. » C’est ainsi que lui-même se définit : à la fois porteur de rêves et acteur du changement. Déterminé à « ré-enchanter le monde en aidant l’individu à se réaliser et les entreprises à se réhumaniser ». Hors cadres.

Caroline Castets

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Lancel, de tradition et d'audace

Lancel, de tradition et d'audace

À la fois ancrée dans son époque et garante d’un héritage, rigoureuse dans sa maîtrise de la confection et furieusement créative dans son style, la ma...

Carrefour-Couche-Tard,  pas de sitôt

Carrefour-Couche-Tard, pas de sitôt

Bercy s’oppose au rapprochement entre Carrefour et le canadien Couche-Tard, brandissant l’argument de la sécurité alimentaire française. Un droit de v...

J.-M. Noe (Korian) : "Le M&A est un instrument de transformation du business model d’une entreprise"

J.-M. Noe (Korian) : "Le M&A est un instrument de transformation du business model d’une entreprise"

Korian, leader européen du bien-vieillir et du soin aux personnes fragiles n’a pas cessé de multiplier les transactions ces dernières années. Jean-Mic...

Primonial rachète la fintech Net-investissement

Primonial rachète la fintech Net-investissement

Dans le contexte pandémique actuel, Primonial a décidé de s’associer avec Net-investissement, une marketplace de l’investissement immobilier et financ...

Thales-Gemalto : chronique d’une fusion réussie

Thales-Gemalto : chronique d’une fusion réussie

En avril 2019, le groupe de défense et d’électronique, Thales, rachetait le spécialiste des cartes à puces. Si depuis, la crise est passée par là, l’i...

F.Fernandez (Groupe PSA) : "Le maintien du lien avec les créateurs et inventeurs est capital pour nous en ces temps troublés"

F.Fernandez (Groupe PSA) : "Le maintien du lien avec les créateurs et inventeurs est capital pour no...

Le groupe PSA a retrouvé sa place de 1er déposant de brevets en 2019 dans le célèbre palmarès de l’INPI, devant Valéo, Safran, le CEA et Renault, pour...

Steve Ballmer, le milliardaire qui aime le show

Steve Ballmer, le milliardaire qui aime le show

Personnage atypique et haut en couleur, Steve Ballmer fait carrière et fortune à la tête de Microsoft de 2000 à 2014. Sixième milliardaire mondial du...

L.Levy (Freelance.com) : "Le CDI ne fait plus nécessairement rêver"

L.Levy (Freelance.com) : "Le CDI ne fait plus nécessairement rêver"

Entreprises comme freelances sont souvent à la recherche d’un accompagnement pour sécuriser leurs collaborations. Un soutien que propose Freelance.com...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte