Veolia-Suez, quel rôle pour l’AMF ?

La bataille boursière qui fait rage entre les deux groupes semble fragiliser le rôle de l’Autorité des marchés financiers. Mais, malgré les déclarations de Bercy et une décision de justice, l’AMF reste indépendante et aux commandes. Le régulateur devrait donner son avis sur l’OPA hostile de Veolia sur Suez d’ici deux mois.

La bataille boursière qui fait rage entre les deux groupes semble fragiliser le rôle de l’Autorité des marchés financiers. Mais, malgré les déclarations de Bercy et une décision de justice, l’AMF reste indépendante et aux commandes. Le régulateur devrait donner son avis sur l’OPA hostile de Veolia sur Suez d’ici deux mois.

Créée en 2003, l’Autorité des marchés financiers (AMF) est une organisme public indépendant. Et il le revendique. Sur la page de son site internet qui explique son rôle et ses missions, le régulateur boursier français l’affirme : "L’indépendance est fondamentale dans l’exercice de notre mission. Elle s’exprime au quotidien, dans les analyses, les prises de position et les décisions de l’institution, toujours dans un souci d’agir dans l’intérêt général." Cette indépendance est notamment permise par une autonomie juridique, fonctionnelle et financière. S’il s’avère que ses décisions peuvent parfois être jugées sévères ou tardives, l’AMF jouit d’une bonne réputation : celle d’un régulateur qui explique, contrôle et sanctionne quand cela est nécessaire. Ce crédit dont il jouit offre un avantage considérable pour Paris qui, dès lors, est considérée comme une place financière sérieuse.

Bruno Le Maire intervient

Mais l’affaire qui oppose Veolia à Suez vient fragiliser la position de l’Autorité. Ce qui a mis le feu aux poudres ? Le dépôt d’une offre publique d’achat (OPA) de Veolia sur Suez, le 8 février dernier, sans l’accord du conseil d’administration de la cible. Le groupe porté par Antoine Frérot justifie cette offre hostile. Il constate "que ses tentatives répétées d’amicalité se sont toutes heurtées à l’opposition" de Suez. "En conséquence, le conseil d’administration a décidé de déposer une OPA." Cette nouvelle stratégie n’est pas du goût de l’entreprise ciblée. Le spécialiste de la gestion de l’eau et des déchets estime que Veolia est dans "l’impossibilité de déposer" une telle offre dont il conteste la validité en se fondant sur "une rupture de l’engagement d’amicalité".

Personne ne peut saisir l'AMF, indépendance oblige

Dans cette bataille à couteaux tirés, Bruno Le Maire tranche en faveur de Suez. Sur l’antenne d’Europe 1, le ministre de l’Économie déclarait dans la foulée "que cette offre n’est pas amicale et (que) cela contrevient aux engagements qui ont été pris à plusieurs reprises par Veolia". Et le locataire de Bercy d’annoncer qu’il compte "saisir l’Autorité des marchés financiers". Or, personne ne peut saisir l’AMF, indépendance oblige, et ce, même si son président est nommé par l’Élysée.

Le tribunal de commerce s’en mêle

Pour ne rien arranger, un autre acteur entre en jeu : le tribunal de commerce de Nanterre. Celui-ci interdisait, toujours le 8 février, à Veolia de déposer l’OPA annoncée la veille. Or, cette ordonnance obtenue en référé par Suez ne change pas la donne selon l’acquéreur potentiel. "Nous avons reçu information de l’ordonnance à 7h23, après avoir déposé notre offre à 7h, toutes les conditions légales sont satisfaites (…), nous maintenons que notre dépôt est valable", déclarait Antoine Frérot.

Une position soutenue par Colette Neuville, présidente de l’Association de défense des actionnaires minoritaires (Adam) et qui a vu défiler un certain nombre de batailles boursières depuis qu’elle opère. "D’habitude, personne n’a le pouvoir de bloquer une offre publique d’achat. Personne sauf l’AMF, ou la cour d’appel de Paris, juridiction de recours", explique-t-elle aux Échos. En résumé : soit le régulateur, seul compétent en droit boursier, tranche en amont ; soit son avis est remis en cause mais a posteriori. Or dans le cas de l’OPA sur Suez, la cible cherchait à bloquer l’opération a priori.

En temps normal, il revient donc à l’Autorité des marchés financiers de décider si l’offre est recevable. Ce qui devrait, dans le cas présent selon les prévisions du président de l’AMF, prendre entre un mois et demi et deux mois. À l’issue de cet avis, Suez pourra engager un recours. Mais, dans cette bataille juridique haute en couleurs et alors que de nombreuses procédures sont ouvertes, rien n’est exclu.

Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

E. Leroy (Artcurial) : "Acheter Tintin ou Astérix, c’est comme acheter du Van Gogh ou du Picasso"

E. Leroy (Artcurial) : "Acheter Tintin ou Astérix, c’est comme acheter du Van Gogh ou du Picasso"

Avec son côté "madeleine de Proust", la bande dessinée attire de plus en plus de collectionneurs bien décidés à faire rimer plaisir avec investissemen...

MLCP Avocat, nouvelle enseigne spécialisée en fiscalité du patrimoine

MLCP Avocat, nouvelle enseigne spécialisée en fiscalité du patrimoine

Avec l’ambition de créer une nouvelle marque sur la place parisienne, Melissa Pun lance MLCP Avocat, un cabinet consacré à la fiscalité patrimoniale d...

Scalefast nomme son directeur juridique

Scalefast nomme son directeur juridique

Après plus de quinze années passées à la tête de la pratique propriété intellectuelle de Dentons à Paris, David Masson rejoint Scalefast en qualité de...

Nouveau référent déontologue pour l’Autorité de la concurrence

Nouveau référent déontologue pour l’Autorité de la concurrence

Magistrat de carrière, Ivan Luben est nommé référent déontologue de l’Autorité de la concurrence (ADLC). Il aura pour mission de conseiller les agents...

DWF accueille deux nouveaux associés

DWF accueille deux nouveaux associés

Nicole Coutrelis et Pierre-Nicolas Sanzey rejoignent le bureau parisien de cabinet DWF.

Nicolas Brooke devient directeur de l'éthique de Crédit agricole CIB

Nicolas Brooke devient directeur de l'éthique de Crédit agricole CIB

L’ancien directeur juridique du contentieux de la Société générale, Nicolas Brooke, quitte Signature Litigation pour retourner en banque, cette fois c...

Harvest et Quantalys se rapprochent

Harvest et Quantalys se rapprochent

L’expert tech de la gestion patrimoniale et financière, le groupe Harvest, annonce l’acquisition de l’un des leaders en Europe des données financières...

Memo Bank lève 13 millions d’euros

Memo Bank lève 13 millions d’euros

Memo Bank, première banque indépendante créée en France depuis cinquante ans, a clôturé sa troisième levée de fonds complémentaire auprès de Serena Ca...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte