Validation de la loi prorogeant l’état d’urgence sanitaire

Si le texte a été déclaré conforme à la Constitution dans sa quasi-totalité, deux dispositions ont toutefois été censurées par le Conseil constitutionnel qui les a jugées trop attentatoires aux libertés individuelles.

Si le texte a été déclaré conforme à la Constitution dans sa quasi-totalité, deux dispositions ont toutefois été censurées par le Conseil constitutionnel qui les a jugées trop attentatoires aux libertés individuelles.

La loi prorogeant l’état d’urgence sanitaire adoptée par le Parlement le 9 mai dernier vient d’être validée par le Conseil constitutionnel qui censure cependant deux dispositions. La première est la mise en quarantaine obligatoire et l’isolement prolongé des malades sans intervention d’un juge. Ont donc été considérées comme des mesures privatives de liberté celles qui consistent en "un isolement complet, lequel implique une interdiction de toute sortie" ou celles qui "imposent de demeurer à son domicile ou dans son lieu d’hébergement pendant une plage horaire de plus de douze heures par jour". D’après les juges constitutionnels, de telles mesures ne sont pas accompagnées de garanties ni de contrôle par le juge judiciaire. 

Seconde censure : le système d’information qui permet le traitement des données destinées au traçage des personnes malades et de celles qui ont été en contact avec elles. Si ce dispositif "poursuit l’objectif de valeur constitutionnelle de protection de la santé" d’après le Conseil, ce dernier voulait toutefois s’assurer que les données extraites des fichiers utilisés pour le suivi épidémiologique et la recherche sur le coronavirus soient exclues des informations de contact (e-mail et numéro de téléphone notamment) des personnes inscrites dans le fichier. Dans le même sens, le Conseil a censuré la mesure qui prévoit que les organismes assurant l’accompagnement social (tels que les centres communaux d’action sociale) puissent avoir accès à ces données. 

Massilva Saighi

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Régionales 2021 : le bide du RN en infographie

Régionales 2021 : le bide du RN en infographie

Le principal perdant du premier tour des élections régionales est le Rassemblement national. C’est bien simple, entre 2015 et 2021, le parti d’extrême...

Delphine Horvilleur, la lumière après le tunnel

Delphine Horvilleur, la lumière après le tunnel

Bien qu’habituée à accompagner des deuils en tant que femme rabbin, Delphine Horvilleur ne peut que constater la finitude du langage quand il s’agit d...

Régionales. Résultats, déclarations : ce qu’il faut retenir du premier tour

Régionales. Résultats, déclarations : ce qu’il faut retenir du premier tour

Un RN au plus bas, des sortants qui améliorent tous leurs scores, des "présidentiables potentiels" LR aux résultats satisfaisants, une majorité qui ne...

Laurent Wauquiez, l’indétrônable

Laurent Wauquiez, l’indétrônable

Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes est le grandissime favori à sa réélection : jeunes, seniors, CSP+, villes, campagnes… C’est bien simple...

Infographie. Régionales : Xavier Bertrand intouchable ?

Infographie. Régionales : Xavier Bertrand intouchable ?

Si Xavier Bertrand fait figure de favori à sa réélection, c’est en grande partie grâce aux plus âgés et aux CSP+. La gauche réalise de bons scores che...

Tribune. Repensons la dynamique entrepreneuriale et réarmons l’industrie française

Tribune. Repensons la dynamique entrepreneuriale et réarmons l’industrie française

Un groupe de travail composé d’élus LR vient de rendre un livret de 30 propositions pour une relance économique durable. Dans cette tribune, les déput...

Sondage : Régionales, qui vote quoi en Ile-de-France ?

Sondage : Régionales, qui vote quoi en Ile-de-France ?

Julien Bayou très haut chez les jeunes mais inexistant chez les retraités, Valérie Pécresse solide partout et très forte chez les plus âgés, Audrey Pu...

Emmanuel Macron giflé : le symbole d’une société malade ?

Emmanuel Macron giflé : le symbole d’une société malade ?

Ce n’est qu’une gifle anodine et probablement peu douloureuse qui a claqué sur la joue d’Emmanuel Macron lors d’un déplacement à Tain-l’Hermitage dans...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte