Valérie Pécresse : balle au centre

Après avoir cajolé son aile droite, Valérie Pécresse s’attache à séduire le centre. Le soutien apporté ce week-end par l’UDI et Les Centristes lui sera précieux pour plusieurs raisons…

Après avoir cajolé son aile droite, Valérie Pécresse s’attache à séduire le centre. Le soutien apporté ce week-end par l’UDI et Les Centristes lui sera précieux pour plusieurs raisons…

Valérie Pécresse a promis de réunir derrière elle toutes les sensibilités de sa famille politique. Le soutien d’Éric Ciotti, patron de l’aile dure de LR étant acquis, la présidente de la région Ile-de-France passe aux "cibles" suivantes. Le vendredi 21 janvier, la candidate s’est affichée avec Laurent Wauquiez dans son fief du Puy-en-Velay. Avant de retourner à Paris le lendemain pour sceller officiellement l’union avec deux petits partis du centre Les Centristes et l’UDI.

D’un parti l’autre

La candidate s’est tout d’abord rendue au conseil national du parti Les Centristes, qui a eu lieu à Paris. Le mouvement fondé et présidé par Hervé Morin, ancien ministre de la Défense de Nicolas Sarkozy, lui a officiellement apporté son soutien. En échange, elle a promis un "programme de puissantes réformes » dans le cadre d’un « projet de droite", "100% compatible avec vos valeurs". Puis, direction Vincennes pour le conseil national de l’UDI où, une fois encore, elle a expliqué que son projet était compatible avec le centre pour "incarner une troisième voie entre l’immobilisme et la démagogie".

Avec ce discours, la gagnante de la primaire donne des gages à Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI qui, la veille, lui a apporté son soutien officiel tout en l’appelant à se recentrer et à rassembler toutes les composantes de la droite. "Pour l’instant, elle est juste la candidate de la droite. Il faut maintenant qu’elle sache, comme Nicolas Sarkozy, réunir la droite et le centre et aller chercher les électeurs qui votent Macron" a-t-il déclaré dans une interview au Figaro.

Les Centristes, UDI : petits mais stratégiques

Pour Valérie Pécresse, le soutien de ces deux partis du centre est indispensable tant au niveau "comptable" qu’au niveau symbolique. Bien que peu connus du grand public, les mouvements gardent une véritable influence sur l’ensemble du territoire. Ainsi, l’UDI compte 17 députés, 41 sénateurs et contrôle 7 départements et 14 communes de plus de 30 000 habitants. De son côté, Les Centristes, s’ils sont plus petits bénéficient d’une certaine influence puisqu’ils président la région Normandie, 2 conseils départementaux et qu’ils s’appuient sur 9 sénateurs et 3 députés.

Au niveau symbolique, la candidate LR envoie un message fort à la majorité présidentielle : Non, malgré le ralliement du Modem, la création d’Horizons et d’Agir La droite constructive, Emmanuel Macron n’incarnera pas à lui seul un électorat centriste réputé "faire l’élection".

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Edito : Chine - Russie, une relation (très) déséquilibrée

Edito : Chine - Russie, une relation (très) déséquilibrée

La guerre en Ukraine oblige Moscou à se tourner vers Pékin. Un choix contrait qui pourrait pénaliser la Russie à moyen-terme

Les défis de Pap Ndiaye à l’Éducation nationale

Les défis de Pap Ndiaye à l’Éducation nationale

Renouer avec les enseignants, relever le niveau des élèves, promouvoir l’enseignement républicain… Plusieurs chantiers majeurs attendent le nouveau mi...

Parti socialiste : bientôt l’implosion ?

Parti socialiste : bientôt l’implosion ?

L’accord noué avec LFI crée plus de remous que prévu au parti socialiste qui subit une fronde venue en grande partie du Sud-Ouest. La vieille maison n...

Gabriel Attal, un coup de jeune pour les comptes publics ?

Gabriel Attal, un coup de jeune pour les comptes publics ?

Nommé ministre délégué au Budget, le trentenaire hérite d'un poste qui sert de tremplin.

Catherine Colonna, l’expérimentée du Quai d'Orsay

Catherine Colonna, l’expérimentée du Quai d'Orsay

Peu connue du grand public, la nouvelle ministre des Affaires étrangères est pourtant l’une des diplomates les plus chevronnées de l’Hexagone. La chir...

Gouvernement Borne : Éric Dupond-Moretti conserve le ministère de la Justice

Gouvernement Borne : Éric Dupond-Moretti conserve le ministère de la Justice

De la salle des pas perdus à l’hôtel de Bourvallais, il n’y avait, pour Éric Dupond-Moretti, qu’un pas à sauter. L’ex-pénaliste, entré au gouvernement...

Gouvernement Borne : ce qu'il faut retenir

Gouvernement Borne : ce qu'il faut retenir

Une relative stabilité, peu de débauchages, des ministres et des députés promus : voici les principales informations sur le nouveau gouvernement.

Logement : ministère amer

Logement : ministère amer

Malgré les interpellations multiples dénonçant une campagne au cours de laquelle la question du logement est restée très secondaire, en dépit des aler...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message